Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

47 - Proposition de vœu n° 44 présentée par M. GAREL et les élus "Les Verts" relative à la visite du Maire de Paris en Russie

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2001


M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Maintenant, nous allons passer à la dernière délibération, nous terminerons avec cela, c'est un v?u concernant la visite en Russie du Maire de Paris présenté par Sylvain GAREL et les élus "Les Verts" au Conseil de Paris. Et M. SCHAPIRA va répondre.
La parole est à M. GAREL.
M. Sylvain GAREL. - Monsieur le Maire, je sais bien qu'on aborde ce problème à une heure moins dix du matin mais, donc le 28 juin dernier, le groupe des élus "Les Verts" organisait à l'Hôtel-de-Ville une conférence de presse sur la guerre et les violences, les droits de la personne en Tchétchénie en présence de M. Ilias AKHMADOV, Ministre des affaires étrangères de la République Tchétchéne.
Les nombreux journalistes, la presse étrangère et française présente, les défenseurs des droits de la personne et les élus ont pu découvrir, au cours de cette rencontre, des images inédites tournées ces derniers mois clandestinement en Tchétchénie.
Ces images tournées clandestinement en Tchétchénie montrent par exemple que les troupes russes repoussent les limites de l'horreur : non seulement des milliers de Tchétchènes ont été arrêtés, torturés, exécutés ces derniers mois sans raison pour la plupart mais certains soldats russes vont jusqu'à prélever les organes des suppliciés pour les revendre, puis remplacent les organes par des déchets afin de mieux négocier le prix des cadavres avec les familles et les victimes. J'apprécie l'humour !
Monsieur le Maire de Paris, dans quelques jours, vous allez vous rendre en Russie en compagnie de Lionel JOSPIN. Nous formons le v?u que vous interpelliez publiquement M. POUTINE au sujet de la guerre d'extermination du Peuple Tchétchène menée par l'armée Russe et que vous dénonciez les exactions intolérables commises contre ce peuple dans une indifférence quasi générale.
(Applaudissements du groupe "Les Verts").
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Monsieur SCHAPIRA, vous avez la parole.
M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.
J'ai bien entendu la question de notre collègue GAREL. Effectivement, nous sommes tous préoccupés par la situation en Tchétchénie, par le sort des populations civiles, par celui des personnes déplacées et par les atteintes aux Droits de l'Homme.
C'est pourquoi je fais miennes un certain nombre de préoccupations de notre collègue GAREL et du groupe "Les Verts".
J'observe aussi que nos autorités continuent à manifester les plus vives préoccupations, que ce soit le Président de la République, lors de son voyage à Moscou, ou que ce soit le Premier Ministre.
Aussi, dans le cadre des Nations unies, un projet de résolution déposé par l'Union européenne a été adopté le 20 avril dernier. Cette résolution réitère notre profonde préoccupation face à la poursuite de la violence en Tchétchénie et aux rapports que vous avez décrits faisant état de violences et de violations des droits de l'Homme, de droits humanitaires, ainsi que l'usage de la force par les troupes russes.
Je souscris donc à ce que vous dites mais vous comprendrez que le Maire de Paris va à Moscou pour défendre la candidature de Paris aux Jeux Olympiques et qu'il ne rencontrera pas M. POUTINE.
M. Jacques TOUBON. - Bravo, c'est de nature à faciliter notre candidature.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Monsieur TOUBON, vous n'avez pas la parole dans chaque débat tout de même !
Monsieur SCHAPIRA, continuez.
M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je rappelle que le Maire de Paris sera effectivement - vous avez raison - à Moscou mais il ne rencontrera pas M. POUTINE.
Le Maire de Paris allant à Moscou dira ce qu'il doit dire et dans le sens que vous l'avez décrit au maire de Moscou, lors d'un dîner prévu.
Aujourd'hui même, avec quelques-uns, j'ai déjeuné avec le vice-maire de Moscou et, au cours de la conversation, alors que nous parlions de pacte, d'amitié et de différents échanges entre nos villes, j'ai évoqué la situation en Tchétchénie. L'ambiance s'est rafraîchie, mais j'ai clairement dit les choses.
M. Jacques TOUBON. - On a un bac en trop !
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - C'est M. Pierre SCHAPIRA qui a la parole.
M. Jacques TOUBON. - Soyez sérieux !
Un intervenant. - Et en Bosnie ?
M. Jacques TOUBON. - Si quelqu'un a fait quelque chose en Bosnie, c'est CHIRAC !
M. Pierre SCHAPIRA. - Monsieur le Maire, faites preuve d'autorité !
M. David ASSOULINE. - Avec M. TOUBON, je commence à être prudent... j'ai bien un bâton...
Monsieur SCHAPIRA, allez-y !
M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je souscris à ce que vous dites, mais nous ne pouvons pas voter un texte où vous demandez au Maire de Paris d'interpeller publiquement M. POUTINE alors qu'il ne le rencontrera pas. Par contre, il le fera avec le Maire de Moscou.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Nous passons au vote du v?u. Il est une heure moins deux.
Monsieur GAREL, vous avez la parole.
M. Sylvain GAREL. - Juste pour dire que même si M. DELANOË ne rencontre pas M. POUTINE, il peut très bien au cours de ce dîner ou d'un autre moment, interpeller les représentants du gouvernement russe pour leur dire ce que nous pensons des massacres du peuple tchétchène.
Je demande qu'on vote en faveur de ce v?u. M. TOUBON vient de dire qu'il préférait les Jeux Olympiques à Paris que le sort d'un million de personnes en Tchétchénie. Je lui laisse l'entière responsabilité de ce choix, mais ce n'est pas le nôtre.
M. Jacques TOUBON. - Cela n'a rien à voir !
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 44 déposée par M. GAREL et le groupe "Les Verts" relative à la visite du Maire de Paris en Russie.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 44 est adoptée.
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste et radical de gauche et "Les Verts").
Je vous annonce que la séance sera reprise demain à 9 heures avec un débat sur la R.T.T. très important, puis l'examen de la fin des délibérations et 55 désignations de conseillers de Paris dans divers organismes. La séance sera levée à 13 heures 30.