Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

58 - 2001, DASCO 66 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention pour la fourniture de repas au personnel assurant la surveillance d'interclasse dans les écoles de la Ville de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2001


Mme Frédérique CALANDRA, adjointe, présidente. - Nous passons à présent au projet de délibération DASCO 66 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris à souscrire un avenant à la convention pour la fourniture de repas au personnel assurant la surveillance d'interclasse dans les écoles de la Ville de Paris.
Je donne la parole à Mme MEYNAUD.
Mme Sophie MEYNAUD. - Merci, Madame la Maire.
Mes chers collègues, je profite de cette délibération pour attirer à nouveau votre attention sur la question des animateurs scolaires et périscolaires de la Ville de Paris.
Comme vous le savez, les élus communistes sont intervenus à plusieurs reprises sur la nécessaire revalorisation du statut de ces animateurs encadrant les enfants, notamment pour l'interclasse du midi et du soir.
Dans le budget primitif 2001, nous avons voté la création de 400 postes contractuels à temps non complet par transformation des heures de vacation. Cette mesure constitue une avancée positive, attendue des animateurs et rompant avec la précarité qui a tant fait de mal à cette profession.
Cependant, pour offrir aux enfants un encadrement de qualité, pour faire de l'interclasse du midi un véritable moment éducatif et de détente, nous pensons qu'il faut poser dès maintenant les jalons d'une meilleure prise en compte des métiers de l'animation au sein de la collectivité parisienne.
Lors de la séance du Conseil de Paris des 23 et 24 avril dernier, M. l'adjoint au Maire en charge des Affaires scolaires s'est engagé à commencer un processus de concertation avec les organisations syndicales. A la veille de l'été, j'aimerais savoir où nous en sommes. En effet, un débat entre tous les acteurs concernés par cette question me paraît absolument nécessaire.
Si nous n'avançons pas rapidement sur cette question, nous risquons de compromettre la mise en place des contrats éducatifs locaux et l'aménagement de la journée des écoliers parisiens. Or, un encadrement de qualité exige un personnel en nombre suffisant, formé, stable et bien rémunéré.
Sans doute les 400 postes du budget n'y suffiront pas. C'est pourquoi il me semble qu'un plan pluriannuel ambitieux de recrutement pourrait être envisagé et ce dès le budget primitif 2002.
Enfin, ainsi que les élus communistes l'ont souligné, dans le budget primitif 2001 il n'existe pas à la Ville de Paris, contrairement à de nombreuses autres collectivités territoriales, de filière animation à laquelle ces animateurs pourraient être rattachés. C'est pourquoi je réitère aujourd'hui notre souhait de prévoir, à terme, la titularisation d'un plus grand nombre d'animateurs afin d'assurer la stabilisation et la pérennité de ces emplois dans nos écoles.
Madame la Maire, vous aurez compris que si j'ai choisi d'intervenir sur cette question à la veille des vacances d'été, c'est pour qu'une réflexion soit lancée dans la perspective de la prochaine rentrée scolaire et de la préparation du budget 2002.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs du groupe communiste).
Mme Frédérique CALANDRA, adjointe, présidente. - Je vous remercie.
Monsieur FERRAND, vous avez la parole.
M. Eric FERRAND, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci.
Effectivement, le système fonctionnait jusqu'au budget primitif 2001 avec 900 animateurs titulaires et environ 3.600 vacataires. Au budget 2001, nous avons créé 400 emplois d'animateur contractuel aux trois quarts temps. Ceux-ci ont vocation, bien entendu, à pouvoir passer à un travail à plein temps.
J'avais annoncé, en effet, pendant la discussion budgétaire, qu'un certain nombre de discussions seraient engagées avec les animateurs afin de réfléchir sur leurs fonctions et leurs missions. Des réunions bilatérales avec les représentants syndicaux ont déjà eu lieu. J'ai rencontré, le 6 juillet dernier, une nouvelle fois, l'ensemble des organisations syndicales sur cette question et le 17 juillet prochain, les services rencontreront à nouveau les représentants syndicaux des animateurs pour avancer sur cette problématique.
Bien entendu, et je l'avais dit, je crois, au mois d'avril dernier, les 400 animateurs, ce n'est pas une réponse de fond. Pour autant, il nous faut une structure avec une colonne vertébrale composée d'animateurs titulaires, il nous faut aussi des contractuels et il nous faut aussi des vacataires pour répondre à l'ensemble des besoins, qui sont multiples, dans les écoles.
Voilà la réponse que je peux vous faire au jour d'aujourd'hui et, dès la rentrée prochaine, j'espère pouvoir faire des propositions concrètes.
Mme Frédérique CALANDRA, adjointe, présidente. - Madame MEYNAUD ? De façon très brève.
Mme Sophie MEYNAUD. - Je vous remercie de votre réponse. Je souhaitais simplement dire que, personnellement, j'aurais aimé être associée, une fois ou deux, au débat sur la question des animateurs.
Je crois, plus largement, qu'un débat au sein de cette Assemblée, pour avoir l'opinion des élus, pourrait être une chose positive.
Je vous remercie.
Mme Frédérique CALANDRA, adjointe, présidente. - Monsieur FERRAND, souhaitez-vous dire encore un mot ?
M. Eric FERRAND, adjoint, rapporteur. - Ce n'est pas une réflexion fermée, c'est une réflexion ouverte et bien entendu ceux qui souhaitent apporter leur contribution peuvent le faire.
Mme Frédérique CALANDRA, adjointe, présidente. - Je vous remercie.
Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 66.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DASCO 66).