Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

29 - 2001, DVLR 50 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer 3 conventions avec des associations support des équipes de développement local dans les "quartiers, politique de la ville". - Attribution de subventions aux dites associations

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2001


M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons au projet de délibération DVLR 50 autorisant M. le Maire de Paris à signer trois conventions avec les associations, support des équipes de développement local, dans les "quartiers, politiques de la ville". Attribution de subventions aux dites associations.
Je donne la parole à Mme DECORTE.
Mme Roxane DECORTE. - Merci, Monsieur le Maire.
Monsieur le Maire, mes chers collègues, si je me suis inscrite à propos de ce projet de délibération, concernant les "quartiers, politique de la ville", c'est pour vous faire part de mon vif mécontentement.
En effet, vous parlez beaucoup de concertation, c'est très bien en termes d'affichage, l'objectif est noble, mais concrètement, vous devriez préciser qu'il s'agit d'une concertation sans les élus de l'opposition.
Dans le 18e arrondissement, les élus de l'opposition ne sont jamais conviés aux réunions organisées dans le cadre de la politique de la ville, ni d'ailleurs aux visites de terrains avec les associations.
Et pourtant, de nombreuses réunions sont organisées que ce soit pour évoquer les problèmes de sécurité, de la bibliothèque destinée à la jeunesse "Maurice Genevoix" ou du gymnase de la Z.A.C. "Evangile" pour le secteur de la Chapelle.
J'ai exprimé mon incompréhension à différents fonctionnaires de la politique de la ville, et cela m'a d'ailleurs été confirmé en 6e Commission. Il n'y a aucune instruction pour inviter les élus de l'opposition. Respecter les élus de l'opposition, n'est-ce pas là le B-A-BA de la démocratie locale ?
Cela suscite en tout cas le doute chez les habitants, dans les associations qui pensent que les élus de l'opposition délaissent le terrain et ne s'intéressent pas à leur arrondissement.
Belle conception du rôle des élus issus du suffrage universel !
En ce qui concerne plus précisément l'objet de la délibération, j'aurais souhaité que les associations du quartier Chapelle-Porte d'Aubervilliers, comme les élus de l'opposition, puissent être associés dans le choix de l'association, support de l'équipe de développement local.
Surtout dans ce secteur, le secteur Chapelle, où la décision de D.S.U. avait été en amont très discutée.
Ceci est quelque peu déroutant quand on connaît l'importance, je dirai même l'enjeu du choix de l'association référente. En effet, l'association "Espace 19" qui n'a aucune expérience en matière de politique de la ville contrairement à l'école normale sociale et l'association "Jean Cotxet", mais une expérience dans la gestion de centres sociaux a été choisie sans concertation.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés").
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci.
La parole est à Mme DURLACH, pour la réponse.
Mme Martine DURLACH, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Je remercie Mme DECORTE de son attention subite et passionnée à la démocratie et à la politique de la ville.
Je trouve quand même que dans le domaine de la politique de la ville, et de la lutte contre les inégalités, vous, Madame, et votre groupe, et la droite en général, êtes assez mal placés pour donner des conseils.
Vous me laissez parler...
M. Jacques TOUBON. - ... la "Stal" de service !
Mme Martine DURLACH, adjointe, rapporteur. - Qu'avez-vous dit, Monsieur TOUBON ?
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Monsieur TOUBON, laissez parler...
M. Jacques TOUBON. - Vous avez passé votre vie, Monsieur ASSOULINE, à dire ce que je viens de dire...
Mme Martine DURLACH, adjointe, rapporteur. - Monsieur TOUBON, vous brillez par votre politesse et votre originalité.
M. Jacques TOUBON. - Assumez votre place politiquement.
Mme Martine DURLACH, adjointe, rapporteur. - Je remarque que lorsqu'on parle des inégalités sociales, cela fait hurler de rage la droite. C'est une chose qu'elle ne veut pas entendre.
Vous avez campé sur des quartiers privilégiés pendant des années, délaissant les quartiers qui souffrent et leurs habitants.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Monsieur TOUBON, je remarque que, systématiquement, quand une Maire répond, il y a de l'agitation de votre côté. Respectez tout le monde.
Monsieur TOUBON, voulez-vous respecter la séance ? Mme DURLACH répond. Elle a le droit à votre écoute, autant que tous les autres. S'il vous plaît !
Mme Martine DURLACH, adjointe, rapporteur. - Avec l'équipe municipale, nous avons une tout autre ambition pour la politique de la ville et nous allons consacrer beaucoup plus de moyens humains et financiers pour s'attaquer aux immenses inégalités sociales et territoriales que vous avez creusées, comme en témoigne d'ailleurs la délibération de ce matin et le vote du budget modificatif. J'ajoute qu'en matière de démocratie, nous voulons aussi réaliser un véritable tournant dans les méthodes utilisées en donnant enfin une large place aux maires d'arrondissement qui me l'ont demandé quand je suis arrivée, qui voulaient que les maires d'arrondissement soient consultés car ils ont le sentiment légitime d'avoir été délaissés par vous.
Maintenant, vous pouvez continuer de crier, j'ai fini !
(Applaudissements sur les bancs des groupes communiste, socialiste et radical de gauche, du Mouvement des citoyens et "Les Verts").
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Madame DURLACH.
Madame DECORTE ?
Mme Roxane DECORTE. - Je suis désolée, mais Mme DURLACH n'a pas répondu à ma question !
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - C'est une appréciation complètement subjective !
Mme Roxane DECORTE. - Pourquoi n'y a-t-il aucun élu de l'opposition convié aux réunions de concertation ? C'est cela la question !
Mme Martine DURLACH, adjointe, rapporteur. - Jeudi dernier, 5 juillet, il y a eu une réunion de concertation à la mairie à laquelle tous les élus et habitants étaient invités. Vous pouviez y participer et vous pourrez y participer tant que vous voulez.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Il y a une proposition d'amendement de Mme DURLACH.
Mme Martine DURLACH, adjointe, rapporteur. - A la demande du 20e arrondissement, il a été proposé la précision suivante sur la concertation : "Informer régulièrement les mairies d'arrondissement en complément des Comités de pilotage de la situation que le secteur rencontre, réaliser des synthèses ponctuelles, émettre des propositions d'action". Que ces point-là figurent dans la convention me paraît très bien pour faire grandir la démocratie.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Avec cet amendement, il y a même une réponse au débat précédent.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement n° 19 déposée par Mme DURLACH visant à informer régulièrement la mairie d'arrondissement, en complément des comités de pilotage, de la situation dans le secteur en contrat de ville.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition d'amendement n° 19 est adoptée.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVLR 50 amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DVLR 50).