Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

34 - 2001, DLH 185 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la société d'économie mixte "S.E.M.A.-EST" une convention de délégation de maîtrise d'ouvrage en vue de réaliser divers travaux dans l'immeuble communal situé 94, rue Jean-Pierre-Timbaud (11e)

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2001


M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Maintenant nous allons examiner le projet de délibération DLH 185 concernant la signature avec la société d'économie mixte "S.E.M.A.-EST" d'une convention de délégation de maîtrise d'ouvrage en vue de réaliser divers travaux dans l'immeuble communal situé 94, rue Jean-Pierre-Timbaud dans le 11e.
Je donne la parole à M. SARRE... ne le voyant pas... il arrive.
Mme Catherine DUMAS. - Trop tard ! Trop tard !
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Il arrive... nous pouvons donner la parole à M. BLOCHE en attendant...
Mme Liliane CAPELLE. - Non, Monsieur le Maire, de droit je demande une suspension de séance de deux minutes. Merci.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Attendez, oui. Je vous fais une proposition : il y a deux autres inscrits dont notamment M. BLOCHE, donc je lui donne la parole.
Mme Liliane CAPELLE. - D'accord.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Si M. SARRE n'est pas là nous verrons.
M. Patrick BLOCHE. - Il s'agit effectivement, Monsieur le Maire, mes chers collègues, d'envisager l'adoption d'un projet de délibération qui ne pose évidemment pas de problème puisqu'il autorise le Maire de Paris à conclure avec la S.E.M.A.-EST une convention de délégation de maîtrise d'ouvrage en vue de réaliser divers travaux de sécurité et d'aménagement dans l'immeuble communal sis 94, rue Jean-Pierre-Timbaud à Paris 11e.
Pour ceux qui ne le sauraient pas, au 94, rue Jean-Pierre-Timbaud, il y a l'historique Maison des Métallos qui depuis peu, est propriété de la Ville, suite à l'exercice d'un droit de préemption.
L'ensemble immobilier a donc été attribué à la Ville qui l'a récupéré dans un état nécessitant de façon relativement urgente des travaux qui visent évidemment à ce que des garanties de sécurité soient désormais apportées à ce qui est maintenant un immeuble municipal.
Nous rentrons, en ce qui concerne la Maison des Métallos, dans une période transitoire qu'il nous faut assumer de la façon la plus ouverte, la plus collective et surtout la plus productive possible. Cette période transitoire est à la fois nécessaire mais aussi indispensable pour élaborer un projet structurant. C'est parce que la Maison des Métallos est un équipement important, à la fois d'un point de vue historique mais aussi du point de vue symbolique qu'il doit donc être doté d'un projet culturel et associatif fortement structurant, comme je le disais.
L'élaboration de ce projet nécessite, comme toujours en ce domaine, concertation mais aussi réflexion collective, car ce projet ne naîtra pas, nous en convenons tous, spontanément. Ce sera donc le rôle du Comité de pilotage qui va se mettre en place prochainement que de réfléchir à la reconversion de ces espaces vers une destination culturelle.
Il va de soi que ce Comité de pilotage doit être ouvert aux partenaires locaux, publics et associatifs mais aussi ouverts à des personnalités ayant une expérience dans la reconversion de ce genre d'immeuble, de ce genre de locaux. Donc que les choses soient claires, se retrouveront autour d'une table, à la fois les élus qui ont la légitimité donnée par le suffrage universel pour apporter une contribution décisive à l'élaboration de ce projet mais aussi tous ceux qui représentent à la fois les habitants du quartier mais aussi les associations. Dans cet esprit, le Comité des métallos et ARS LONGA, seront naturellement autour de la table.
De fait, il m'apparaît important de dire qu'il ne saurait être question de faire de la Maison des Métallos un simple lieu de prêt de salles aux associations locales, une sorte de sympathique salle des fêtes autogérée. Comme il n'est pas plus question de ne destiner les mètres carrés qu'à des acteurs culturels étrangers à la fois à la mémoire et à l'identité du lieu et du quartier.
Pour terminer, je pense qu'il est également important de dire que la Maison des Métallos ne doit pas fermer pendant la période transitoire dans laquelle nous sommes d'ores et déjà engagés. Donc pour permettre à ce lieu de vivre et d'accueillir les activités associatives et culturelles, il a été décidé - et c'est une bonne chose - de confier la gestion provisoire des salles à la mairie du 11e arrondissement qui saura s'acquitter de sa tâche avec l'ouverture d'esprit qui la caractérise.
Cela signifie que la mairie d'arrondissement, en concertation, sera habilitée à réserver les salles et à planifier les activités. C'est à elle que reviendra la régie directe, la gestion pratique et opérationnelle de l'ensemble. À partir de là nous nous situerons en perspective pour, à la fin de cette période transitoire, disposer d'un projet qui corresponde à cet immeuble tout à fait remarquable qu'est la Maison des Métallos.
En attendant, protégeons ce lieu et votons bien entendu ces indispensables travaux de sécurité.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Monsieur BLOCHE.
M. SARRE a la parole.
M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement des citoyens, maire du 11e arrondissement. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, j'ajouterai peu de choses aux propos que vient de tenir notre collègue Patrick BLOCHE. Je rappellerai simplement que depuis la précédente mandature la municipalité du 11e arrondissement s'est battue pour que la Maison des Métallurgistes soit achetée par la Ville de Paris. C'était une des priorités que j'avais définies et ce dossier continuera d'être un enjeu majeur pour l'équipe que j'anime. Pourquoi ? Parce que ce bâtiment, tant par sa surface que par son histoire, ne pouvait être laissé à la promotion privée et qu'il peut et doit être un lieu au service des Parisiens, devenir un équipement collectif bénéficiant à la fois aux habitants du 11e, aux Parisiens, aux associations.
Une négociation longue et difficile s'était engagée avec les précédentes municipalités qui fut heureusement positive. La Ville deviendra définitivement propriétaire du lieu le 14 juillet 2001. Le Maire de Paris, bien sûr, mais aussi les adjoints chargés de la culture et de la politique de la ville, ainsi que Patrick BLOCHE, ont eu une action décisive pour permettre cette issue favorable.
L'objet de la présente convention est de permettre l'exécution pendant plusieurs mois des travaux pour un montant de 2 millions de francs environ afin de permettre l'accueil du public dans des conditions de sécurité définies par la Préfecture de police de Paris. Ces travaux n'empêcheront pas le bâtiment de rester ouvert.
Pendant plusieurs mois, la mairie du 11e arrondissement gérera ce lieu en direct. Les conditions de location de la Maison des Métallurgistes seront alors équivalentes à celles pratiquées pour la salle polyvalente Olympe-de-Gouges.
C'est autrement dit, que ceux qui en font la demande soient admis et que les prix correspondent tout simplement aux heures supplémentaires payées au personnel quand il y a dépassement des horaires.
Cet ensemble immobilier offre la dernière grande opportunité foncière de mettre en service un grand équipement public dans la partie nord du 11e, un espace culturel doté de son identité propre, ouvert à tous, associations et citoyens où auraient leur place toutes les formes d'expression artistique ainsi que des expositions.
Cela nécessite d'élaborer un concept clair et large : ce sera la tâche du comité de pilotage qui a été créé par le Maire de Paris. Composé comme l'a dit Patrick BLOCHE, d'un petit nombre de personnalités qualifiées, dont des représentants du monde associatif, il a pour tâche d'arriver à finaliser ce concept et à présenter un projet qui sera ensuite débattu et voté par le Conseil du 11e arrondissement, puis par le Conseil de Paris.
Je ne veux pas clore cette brève intervention sans remercier pour sa ténacité et son engagement le Comité des Métallos et le mouvement associatif en général. Leur mobilisation a permis d'avancer.
Leurs initiatives ont créé une convergence avec la volonté de la municipalité du 11e.
D'ailleurs, la vie associative dans la diversité trouvera la possibilité de s'affirmer dans la nouvelle Maison des Métallurgistes comme elle pourra s'épanouir dans la nouvelle maison des associations.
Il est désormais possible de considérer la Maison des Métallurgistes comme l'un des projets-phares en matière culturelle à Paris, et je suis heureux que par sa localisation dans les quartiers Est de la Capitale, ce projet participe au rééquilibrage de notre Ville.
Je vous remercie.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Monsieur SARRE.
Je donne la parole à Mme GUIROUS-MORIN. Ce n'est pas pour vous que je le dis, mais il y a encore quelques délibérations, je vous demande de faire tous un effort de concision. On va jusqu'à la 6e Commission ou sinon on ne pourra pas tenir.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Monsieur le Maire.
Au nom du groupe des élus "Les Verts", je tiens à vous faire part du fait que nous nous réjouissons que la Maison des Métallos soit aujourd'hui propriété de la Ville. Ce fut un combat long où l'ensemble de la gauche a su soutenir et accompagner une mobilisation animée par le Comité des Métallos.
Nous nous réjouissons également du choix de faire de ce lieu un équipement culturel et de proximité. Cela correspond à un besoin fort dans ce quartier.
Nous savons tous qu'un projet fort existe, présenté le 29 mars par les 72 associations du Comité des Métallos, en partenariat avec "Planète Emergences" et en lien avec l'Union fraternelle des métallurgistes. La présentation de ce projet, avec la présence de M. Christophe GIRARD et du représentant du Cabinet de Mme Martine DURLACH et du maire du 11e, a été un moment fort pour le futur de ce lieu.
Nous nous félicitons de l'intégration probable du Comité des Métallos au comité de pilotage, qui va travailler au futur de ce lieu et à sa gestion immédiate, le Conseil municipal du 11e s'étant déclaré unanimement sur ce point lors de la dernière séance.
En revanche, nous nous inquiétons fort de la décision de faire gérer la Maison des Métallos en régie municipale et que la gestion immédiate soit faite sans que les associations du Comité des Métallos ne soient associées.
Il existe un risque potentiel de voir casser une dynamique qui existe depuis trois mois et qui est le symbole du "changement d'ère" dans le Bas-Belleville.
Nous ne souhaitons pas que les salles de la Maison des Métallos se voient réduites à la simple fonction de salles d'événements louée par la mairie du 11e comme l'est déjà la salle Olympe-de-Gouges, dont le calendrier est surchargé (le délai d'attente est d'environ 6 mois-un an) et dont la gestion du planning échappe complétement aux associations.
Un programme d'activité pour le deuxième semestre culturel et inter-associatif sera présenté au comité de pilotage lors de sa première réunion.
Nous nous félicitons des travaux, objet de la présente délibération. Les lieux sont accessibles au public. Les travaux prévus permettront de réaliser cet accueil dans plus de confort.
Là aussi les associations du Comité des Métallos ont travaillé sur l'emplacement et les modalités de fonctionnement de l'espace d'accueil. Elles ont pris des contacts pour la réalisation des travaux par une entreprise d'insertion.
Il existe à la Maison des Métallos une formidable opportunité de créer un nouvel équipement alliant de façon novatrice culture et proximité, saisissons-la donc collectivement !
Merci.
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Les Verts").
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Madame.
Nous allons donner la parole à M. DAGUENET. Je vous annonce quand même que nous n'allons pas terminer la 6e Commission. Après ce vote, nous allons dîner car il commence à y avoir de l'hypoglycémie dans l'air !
M. Jacques DAGUENET. - Merci.
Je veux dire aussi quelques mots concernant la Maison des Métallos du 94, rue Jean-Pierre-Timbaud. Effectivement avec ce projet de délibération présenté, tout nous montre que nous sommes entrés dans une nouvelle étape : le 94 est bel et bien devenu la propriété de la Ville de Paris plus précisément pour la totalité des bâtiments le 15 juillet.
Evidemment, nous nous en félicitons. Il a fallu, je le rappelle, la mobilisation, comme il a été dit par différents orateurs, de différentes associations du quartier de la Fontaine-au-Roi, pour beaucoup regroupées au sein du Comité des métallos, de la mairie du 11e et des élus de gauche, notamment des interventions du groupe communiste ici-même pour que l'ancienne majorité use effectivement de son droit de préemption de ce lieu historique.
Aujourd'hui, dans cette situation nouvelle et au-delà du projet de délibération qui nous est présenté, à savoir de confier à la S.E.M.A.-EST des travaux entre autre de mise en conformité pour des questions de sécurité, projet de délibération que nous voterons, il est nécessaire que le processus de démocratie participative engagé par les associations, le Comité des métallos en lien avec la mairie du 11e et de Paris qui vise à construire un projet pour ces lieux soit effectivement poursuivi.
C'est le sens de la mise en place, comme il a été dit, d'un comité de pilotage comme de poursuivre l'animation de ce lieu durant toute la période transitoire. Nous souhaitons qu'un maximum d'acteurs de la vie associative du quartier, mais aussi les acteurs de la politique de la ville, des élus de toutes sensibilités soient représentés au sein même de ce comité de pilotage.
Et ce pour définir un projet pluriel comportant - pourquoi pas ? - un projet culturel, un lieu de proximité et en même temps de la politique de la ville. Pour conclure, j'ai envie de dire que nous devons avoir de grandes ambitions pour le 94, qu'un large débat doit avoir lieu pour que ce projet soit à la hauteur de ce lieu historique du mouvement populaire parisien.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Conseiller.
M. MANO a la parole pour répondre.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Simplement nous pouvons nous féliciter collectivement de la destination de ce lieu symbolique qui revient aux associations. Je pense que c'est une bonne chose pour nous tous. Je n'en dirai pas plus à l'heure qu'il est.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Nous allons passer au vote.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 185.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DLH 185).
La séance est suspendue.