Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DAC 289 - Signature avec l'association "Théâtre musical de Paris" (1er) d'un avenant à la convention annuelle relative à l'attribution d'une subvention de fonctionnement de 9.023.000 euros et d'une convention annuelle relative à l'attribution d'une subvention d'équipement de 400.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2008


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous allons examiner à présent le projet de délibération DAC 289 relatif à la signature avec l'association "Théâtre musical de Paris" (1er) d'un avenant à la convention annuelle relative à l'attribution d'une subvention de fonctionnement de 9.023.000 euros et d'une convention annuelle relative à l'attribution d'une subvention d'équipement de 400.000 euros.

Je donne la parole à M. Thierry COUDERT.

M. Thierry COUDERT. - Avant d'évoquer Le Châtelet directement, je voudrais remercier l'Exécutif d'avoir entendu l'appel que j'avais lancé au début de l'été au nom de mon groupe, pour que soit trouvée une solution au problème que connaissait le collectif d'artistes "La petite Rockette" et nous avions obtenu que le délai de préemption par la Ville soit rouvert par le Ministère des Finances. Je me réjouis donc que l?on semble s'orienter vers une solution positive sur ce dossier. J'espère d'ailleurs que, sur le dossier de la rue de Rivoli, on arrivera à une solution positive également, à titre intermédiaire.

En ce qui concerne le théâtre du Châtelet, bien entendu, on ne peut, là aussi, que se réjouir - on est en pleine réjouissance ! - que cette subvention arrive. Il est peut-être plus délicat que son montant définitif ait tardé à être connu, ce qui n'est pas très favorable nécessairement à un bon fonctionnement, mais surtout je voudrais souligner le fait que la subvention de fonctionnement n'a pas évolué depuis 2002 et que le fonds de roulement aujourd'hui de cette institution connaît quelques difficultés.

Le Châtelet est une institution au rayonnement national et international. Il est important qu'une institution culturelle comme celle-ci, qui doit travailler en complémentarité avec la programmation des autres grandes institutions culturelles, notamment d'Etat, sur Paris, puisse avoir une part de création active. Or, il est évident qu'à partir du moment où les charges de fonctionnement sont si lourdes, la part de création s'amenuise.

Je voudrais vraiment insister pour que, lors des prochaines programmations budgétaires, un effort puisse être fait pour permettre à cette institution culturelle parisienne de contribuer au rayonnement international culturel de notre Capitale.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Monsieur GIRARD, vous avez la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci beaucoup pour cette intervention.

D?abord, sur la rue de Rivoli, puisque Thierry COUDERT vient d'indiquer, à la suite d'un article paru très curieusement, ce matin, dans "Le Parisien", indiquant des inquiétudes pour un collectif autour de Gaspard DELANOË, qui n'a rien à voir avec le Maire de Paris, puisque ce n'est pas son vrai nom - c'est un faux nom qu?il a, c?est un nom d?artiste -, je dois indiquer que la rue de Rivoli a été rachetée par la Ville de Paris en 2001, qu?il y a des travaux, que les travaux, c?est long et coûteux, que les artistes sont provisoirement logés dans le 9e arrondissement et qu'ils seront en effet installés, tranquillement, comme cela est prévu, le Secrétariat général d?ailleurs me l?a garanti, rue de Rivoli. Il n?y a donc pas d?inquiétude à avoir.

Méfiez-vous des articles un peu sensationnels qui sont écrits pour alerter les élus et leur donner l'occasion de s'exprimer.

Vous souhaitez attirer, Monsieur COUDERT, l'attention de notre Assemblée sur la subvention attribuée par la Ville de Paris au théâtre du Châtelet.

Nous proposons aujourd'hui d'attribuer au théâtre du Châtelet une subvention de fonctionnement de 17.746.000 euros, soit une augmentation de 300.000 euros par rapport à 2007, et une subvention d'équipement de 400.000 euros, soit une hausse de 200.000 euros par rapport à celle votée en 2007.

Ainsi, le soutien de la Ville en faveur du Châtelet s'élève en 2008 à 18.146.000 euros.

18.146.000 euros, soit 500.000 euros de plus qu'en 2007.

En cette période de crise financière, qui n'échappe plus à personne, 500.000 euros ne nous semble pas être un effort anodin !

Je tiens également à vous rappeler qu?en 2000, la subvention attribuée au Châtelet s?élevait à 15.543.700 euros. La subvention a donc augmenté en huit ans de plus de 2.600.000 euros, soit l'équivalent d'une hausse annuelle de plus de 300.000 euros. La Ville de Paris n'a donc pas délaissé le Châtelet, je pense, en accordant ces hausses et en les étudiant soigneusement.

Doit-on rappeler qu'avant 2001, il n'existait pas, par exemple, de ligne de crédit dédiée aux musiques actuelles. L'effort de la Ville se porte aujourd'hui sur tous les fronts de la création, sans discrimination et avec enthousiasme. La Ville soutient l'art lyrique, la musique symphonique, la musique de chambre, mais aussi le jazz, le slam, le hip-hop, la chanson francophone, le rock, les musiques électroniques, la création numérique?

Oui, tout cela, en effet, vous avez raison, les financiers, de le remarquer !

Bien sûr, dans un monde idéal, sans contraintes budgétaires, sans crise financière, nous aimerions tous donner plus de moyens à Jean-Luc CHOPLIN, le très dynamique directeur du théâtre du Châtelet qui a pris la succession de Jean-Pierre BROSSMANN voici trois ans, afin qu'il puisse réaliser davantage de productions. Je comprends le mélomane qu?est Thierry COUDERT, qu?il ait envie de voir et d?entendre plus?

Je réponds à M. COUDERT, Madame COHEN-SOLAL, c'est lui qui m'a posé une question.

? mais nous ne devons négliger personne, encore plus dans des périodes difficiles où l'avenir est incertain, la Ville doit accentuer son effort en faveur des plus fragiles et créatifs. Même si la situation financière du théâtre du Châtelet pourrait être meilleure, elle n'est pas fragile car la Ville ne se désengagera jamais.

En revanche, de nombreuses associations nous alertent chaque jour sur les difficultés qu'elles rencontrent depuis quelques mois suite aux diminutions ou aux suppressions des subventions de l'Etat et du Ministère de la Culture.

De nombreux projets sont menacés, de nombreux emplois sont menacés, Saint-Nicolas n'est pas partout !

Dans les quartiers "politique de la ville"...

Ne soyez pas émus à chaque fois que l'on dit une vérité ! Ce n'est pas grave ! Vous n'êtes pas responsables de la politique gouvernementale.

Les choses prennent même une tournure dramatique.

Quand c'est la faute de quelqu'un, c'est la faute de quelqu'un, en effet. Le Conseil de Paris n'est pas responsable du budget du Ministère de la Culture. C'est un fait.

Nous avons prévu avec Gisèle STIEVENARD, Adjointe en charge de la politique de la ville et de l'engagement solidaire, de nous réunir en session de crise pour regarder les dégâts dans les quartiers dits "politique de la ville" où nous aurons besoin de faire des efforts particuliers et d'être particulièrement attentifs.

Oui, nous n'augmentons la subvention du Châtelet que de 500.000 euros, un peu plus de trois millions de francs. Nous espérons que l'Etat saura suivre notre exemple dans les grandes scènes nationales.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 289.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DAC 289).