Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A relatif à la propreté dans le 16e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2008


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 92 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à la propreté dans le 16e arrondissement.

Je donne la parole à Mme Marie-Laure HAREL.

Mme Marie-Laure HAREL. - Il s'agit d'un v?u relatif à la saleté qui règne dans les rues du 16e, dont les habitants de ce quartier ne cessent de se plaindre.

Le premier problème est que, malgré la meilleure volonté du monde, le Maire du 16e a une marge de man?uvre bien limitée, puisque, comme vous le savez, la propreté est une compétence exclusive du Maire de Paris, malheureusement.

Le second problème est que nous ne sommes franchement pas aidés par le Maire de Paris qui a carrément décidé en juillet dernier de retirer le 16e arrondissement du Plan de redéploiement des moyens d'intervention pour la propreté de Paris.

Nous nous doutons que le 16e est un arrondissement que le Maire de Paris n'affectionne pas particulièrement, mais nous voudrions bien être traités comme ceux qui lui sont plus favorables !

Malgré tous ces obstacles, Claude GOASGUEN a le mérite d'avoir entrepris un certain nombre d?initiatives. Il a lancé une grande charte visant à sensibiliser la population du 16e aux questions de propreté voici une dizaine de jours. Il a organisé de grandes opérations de nettoiement approfondi en concentrant des moyens tour à tour dans des quartiers délimités.

Bref, on ne pourra pas reprocher au maire du 16e d'être inactif, comme l?est le Maire de Paris dans ce domaine.

Et, puisque Claude GOASGUEN a pris ses responsabilités, malgré le peu de moyens dont il dispose en la matière, nous demandons au Maire de Paris d?en faire de même et nous attendons de lui des solutions crédibles et rapides pour garantir la propreté de nos rues.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - La parole est à M. François DAGNAUD, pour vous répondre.

M. François DAGNAUD, adjoint. - Ce v?u met en avant la démarche de la mairie du 16e au service de la mobilisation des usagers de l'espace public, avec l'organisation de plusieurs OCNA et la diffusion d'une charte d'arrondissement, qui est un outil de sensibilisation et de responsabilisation au respect de l'espace public et à la maîtrise des déchets.

Je veux d?ailleurs saluer cette démarche, parfaitement cohérente avec l'impulsion que je souhaite porter. Je suis en effet convaincu que les mairies d'arrondissement ont un rôle majeur à jouer dans l'amélioration de la propreté de Paris, en exploitant des champs nouveaux d'efficacité.

Et c'est dans cet esprit, comme je m?y étais engagé en juillet, que, pour la première fois, des concertations localisées sont en cours dans tous les arrondissements, qui associent les services, les élus d'arrondissements et les représentants du personnel, afin de rechercher et d'identifier toutes les pistes d?amélioration du travail pour la collecte et la propreté.

Nous sommes donc bien dans le déploiement de la démarche et dans le respect du calendrier, tels qu'ils ont été décidés par notre Assemblée.

Quant à la question des effectifs, il me semble que ce serait une facilité de penser que l'addition de postes budgétaires supplémentaires serait la seule et unique façon de progresser. Je reste toujours très surpris d'entendre des intervenants élus sur les bancs de l'U.M.P. qui nous expliquent à longueur de journée qu'il y a trop de fonctionnaires, qui nous expliquaient encore hier, lors du débat d'Orientations budgétaires que, vraiment, cette Municipalité avait été totalement folle de créer autant d'emplois et qui n'attendent pas 24 heures pour demander le contraire en demandant davantage d'emplois !

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

Chers collègues, je ne veux pas polémiquer sur un sujet dont je mesure l'importance pour les Parisiens, mais un peu de bonne foi ou, au minimum, un peu de cohérence politique serait certainement utile à nos débats.

La Ville de Paris mobilise d'ores et déjà des moyens très supérieurs à ce qui existent dans les autres collectivités comparables et je crois que la mobilisation des uns et des autres, au-delà des incantations à toujours plus d'emplois, sera certainement plus utile pour faire avancer les choses.

Pour résumer ma pensée, si les attendus de votre v?u s'inscrivent dans une démarche positive, la formulation finale du v?u, inutilement provocatrice, m'oblige à demander soit son retrait soit son rejet.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur.

Madame HAREL, souhaitez-vous retirer votre v?u ?

Mme Marie-Laure HAREL. - Tout d?abord, pour la question des fonctionnaires, nous en demandons juste là où c?est utile et nécessaire, ce qui est le cas dans le 16e.

Ensuite, je ne suis pas surprise que vous n'approuviez pas le v?u, puisqu'il ne vient pas de vos bancs.

Je maintiens mon v?u et nous continuerons à en formuler dans le même sens tant qu'il n'y aura pas d'amélioration en matière de propreté dans le 16e.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Très bien.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.