Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif à un hommage aux "mutins du Chemin des Dames". Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2008


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous allons examiner, toujours en 9e Commission, les v?ux référencés nos 62 et 62 bis déposés respectivement pas le groupe "Les Verts" et l?Exécutif, relatifs à un hommage aux "mutins du Chemin des Dames".

La parole est à M. DUTREY.

M. René DUTREY. - "Craonne, c'est d?abord le lieu de la terrible bataille engagée entre le 16 avril et le 10 mai 1917 au c?ur de l'offensive du Chemin des Dames. C'est selon un communiqué militaire l'enfer de Craonne, où les unités françaises semblent fondre sous le feu de l?artillerie ennemie. Je souhaite rendre hommage à la mémoire des soldats de ces unités comme à celle de tous les autres soldats français de la Grande Guerre, armée de soldats professionnels, mais aussi d'intellectuels, de paysans, d?ouvriers, de coloniaux levés dans l'unité de la nation.

Cet hommage embrasse tous les soldats de la République. Craonne est cet endroit où une armée d?élite, qui avait déjà durement et glorieusement combattu, une armée choisie pour sa bravoure, fut projetée sur un obstacle infranchissable : 200 mètres de buttes et de creutes balayés par le souffle mortel de l?artillerie et des mitrailleuses. Certains de ces soldats, épuisés par des attaques, condamnés à l'avance, glissant dans une boue trempée de sang, plongés dans un désespoir sans fond, refusèrent d'être des sacrifiés.

Que ces soldats, fusillés pour l'exemple, au nom d'une discipline dont la rigueur n'avait d'égal que la dureté des combats, réintègrent aujourd'hui pleinement notre mémoire collective nationale, je répète : notre mémoire collective nationale".

Lionel JOSPIN, novembre 1998, discours Craonne.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à Mme Catherine VIEU-CHARIER pour vous répondre.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Je remercie le groupe "Les Verts" pour avoir déposé ce v?u qui va nous permettre d'abord de rappeler aujourd'hui que nous allons fêter prochainement le 90e anniversaire de l'armistice de cette Grande Guerre. J'encourage d'ailleurs chacun de mes collègues à se rendre à ces cérémonies qui sont extrêmement importantes.

Je voudrais rappeler aussi que cette guerre a été une incroyable boucherie et qu'elle a marqué le début du XXe siècle. Dans chaque village de France, se dresse un monument aux morts extrêmement touchant où l'on peut voir une longue liste d?hommes jeunes sacrifiés, des fratries, des pères et des fils. Dans chaque campagne, dans chaque ville de France, les familles ont été frappées et ce sont les femmes, les vieillards et les enfants qui ont dû relever l'économie et toute la vie de notre pays.

Dès 1914, des hommes se sont révoltés contre l'absurdité de cette guerre, qui fut une guerre totale, mondiale, la guerre des empires et des grandes puissances et où toutes les classes confondues, dont beaucoup d'ouvriers et de paysans, ont payé un lourd tribut.

Ces premières rébellions de 1914 précédaient les grandes mutineries - dont celle du Chemin des Dames - consécutives à une offensive complètement irresponsable et tragique, du tristement célèbre général Nivelle au printemps 1917. Il est vrai que ces hommes méritent que leur histoire soit connue et que l'on ouvre une réflexion concernant leur réhabilitation.

La Ville de Paris se doit d'ailleurs de participer à cette réflexion. Pour ce qui concerne les cérémonies, je suis moins convaincue car je ne voudrais pas que nous nous laissions envahir par une contrition mémorielle et une multiplication de cérémonies qui apporterait de la confusion à tous ces événements.

Aussi, le v?u n° 62 bis propose que soit poussée une réflexion par l'organisation de colloques ou d'expositions sur la guerre de 14-18 visant à présenter à un public le plus large possible le contexte des événements qui présidèrent à ces mutineries.

Aussi, je vous demanderai de substituer le v?u n° 62 bis à celui que vous avez présenté.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Monsieur DUTREY, retirez-vous votre v?u au profit de celui de l'Exécutif ?

M. René DUTREY. - Voilà 80 ans que les familles des 39 condamnés à mort pour mutinerie du Chemin des Dames demandent leur réhabilitation, rejointes par Lionel JOSPIN en 1998. Je trouve le v?u de l'Exécutif complètement en deçà de ces demandes. Je ne peux donc que maintenir mon v?u et regretter que la Ville de Paris ne soit pas en pointe pour demander la réhabilitation de ces 39 fusillés pour l'exemple, morts par la France.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - J'ai deux demandes d'explication de vote. Mme Laurence DOUVIN pour le groupe U.M.P.P.A. et M. Yves POZZO di BORGO, pour le groupe Centre et Indépendants.

Mme Laurence DOUVIN. - Le Chemin des Dames est l'un des pires épisodes de la Grande Guerre, l?un des plus cruels et l?un des plus douloureux. Tous ceux qui ont été concernés, ceux qui sont montés au front comme ceux qui ont été des mutins ont eu à affronter les souffrances de cette première guerre européenne avec toutes ses horreurs. Il est donc juste d'avoir un regard de compassion pour chacun d'entre eux, pour les uns comme pour les autres.

Mais si on ne peut pas qualifier les uns de lâches et les autres de héros, il n'est pas possible de nous associer au fait de rendre un hommage aux mutins lors des cérémonies car ce serait oublier le courage et la bravoure de ceux qui sont allés au front et qui ont donné leur vie.

Par contre, nous sommes tout à fait demandeurs d'une exposition à l'Hôtel de Ville qui présente l'intégralité de ces événements dans le respect de la vérité historique, et nous proposons que cette exposition soit organisée en liaison avec Jean-Marie BOCKEL, le Secrétaire d'Etat, qui a lancé une réflexion sur la réhabilitation de ces soldats, mention qui figurait dans le v?u des "Verts". Nous trouvons dommage que cette mention ne soit pas reprise dans le v?u de l'Exécutif.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. Monsieur POZZO di BORGO, vous avez la parole.

M. Yves POZZO di BORGO. - Cette guerre de 14-18 a été terrible mais il faut la remettre en perspective sur les 150 ans que nous venons de connaître, durant lesquels la France et l'Allemagne, trois fois, se sont combattues. C'est la raison pour laquelle, en 1950, Robert Schuman a dit : "Arrêtons tout cela et faisons l'Europe". Notre génération actuelle ne connaît pas tout cela et nous avons nous, les élus comme les générations d'usagers, un devoir de mémoire très important et je remercie "Les Verts" d'avoir déposé ce v?u.

Mais je ne voterai pas leur v?u pour la raison suivante : nous avons trop tendance en France à ce que les politiques remplacent les historiens et fassent eux-mêmes l'histoire des choses. C?est pour cela que nous ne voterons pas pour le v?u des ?Verts?.

Par contre, nous soutiendrons le v?u de l'Exécutif dans lequel je considère important que nous ayons de la part de la Mairie un travail de mémoire, le colloque et l?exposition étant une très bonne chose. Je m'associe aux propositions de mes collègues de l'U.M.P. : pourquoi ne pas le faire, sur des choses aussi importantes, en collaboration avec le Ministre des Anciens combattants ? Ce n'est pas une affaire politicienne, mais une affaire importante de mémoire collective. Ce n'est pas parce que le ministre n'est pas de votre majorité que l'on ne pourrait pas l'associer à une affaire importante, la mémoire collective, pour apprendre aux nouvelles générations que plus jamais la guerre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame Catherine VIEU-CHARIER, vous souhaitez ajouter quelques mots ?

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - La réhabilitation, j'en ai parlé dans mon intervention, c'est une chose que nous demandons et qui dépasse la Ville de Paris. Nous devons vraiment faire confiance à la volonté politique mais aussi aux historiens et à tout ce qui est histoire pour remettre effectivement cet épisode dans la guerre de 14-18, ce dont nous avons besoin. Je m'y engage personnellement.

Je ferai des propositions dans ce sens au Maire de Paris afin que nous ayons une plus grande connaissance du contexte de la guerre de 14-18 parce qu'il est très important de remettre cette guerre dans la perspective de l'entrée dans le XXe siècle. Il y a eu beaucoup de choses dans cette guerre de 14-18, y compris une révolution en 1917 en Russie. Il est important de prendre toute la globalité de la guerre de 14-18 et des mutineries qui sont tout à fait honorables. Nous travaillerons là-dessus. Je trouve dommage que vous ne votiez pas le v?u n° 62 bis.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "Les Verts", assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2008, V. 208).