Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par Mme Laurence DOUVIN et les élus du groupe U.M.P.P.A. relatif aux couloirs de bus.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2008


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous allons examiner le v?u référencé n° 84 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif aux couloirs de bus.

Je donne la parole à Mme Laurence DOUVIN, pour une minute.

Mme Laurence DOUVIN. - Il y a une situation de dangerosité qui a été évoquée plusieurs fois dans cette Assemblée et qui concerne les tourne-à-droite. La Ville a dû faire faire un certain nombre d'expérimentations, de mémoire, il s'agissait de cinq ou six sites. Ces expérimentations ont été faites il y a maintenant un an et demi ou 2 ans.

Je voudrais savoir quelle évaluation on peut tirer de ces expérimentations qui sont fort intéressantes dans la mesure où c'est la sécurité de tous les usagers de la voirie à ces endroits qui est en cause. Quels enseignements peuvent être tirés de ces expérimentations ?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - La parole est à Mme Annick LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Madame DOUVIN, vous avez raison, c'est une préoccupation concernant la sécurité dans la circulation générale.

Sur les expérimentations, je peux vous apporter un certain nombre d'éléments. Des expérimentations, comme leur nom l'indique, sont faites pour savoir si cela fonctionne ou pas. Certaines ne fonctionnent pas.

Par exemple, on a fait des essais de signalisation avec la mise en place d'un panneau pour prévenir l'attention sur un couloir bus avec une flèche de tourne-à-droite au carrefour avenue du Maine/rue des Plantes. Ces essais de signalisation ne se sont pas révélés efficaces.

D'autres expérimentations ont été faites pour étudier des carrefours spécifiques parce que chaque carrefour n'a pas la même problématique, ce qui complique les choses.

Un exemple, le cas du carrefour Réaumur-Sébastopol, où la Ville de Paris, en collaboration étroite avec la R.A.T.P. et la Préfecture de police, a étudié ce carrefour. C'est l?un des tourne-à-droite les plus importants. On a retenu que ce carrefour devait être géré en trois phases avec une file affectée spécifiquement pour tourner à droite et une gestion des feux qui a d'ailleurs été mise en service il y a déjà maintenant un peu plus de deux ans.

Comme je vous le disais, cette mesure n'est pas généralisable. Chaque carrefour a une géométrie qui lui est propre et il est compliqué d'annoncer comme cela une généralisation des expérimentations.

En revanche, bien évidemment, ce que nous faisons d'ailleurs à chaque fois, les maires d'arrondissement sont associés à ces expérimentations et ils ont à la fois l'état des lieux en amont et bien sûr le bilan. On ne peut pas forcément prendre l'exemple d'une expérimentation réussie à un endroit pour l'appliquer à un autre.

C'est pourquoi, Madame DOUVIN, je vous demanderai de bien vouloir retirer votre v?u.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame DOUVIN, le retirez vous ?

Mme Laurence DOUVIN. - Je suis d'accord pour le retirer mais j'aimerais qu'il y ait une communication pour l?ensemble des élus ou des maires sur les expériences que l'on peut tirer de ce qui est réalisé. Je comprends bien ce que vous dites : on ne peut pas généraliser. Néanmoins, on voudrait savoir ce qui marche.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.