Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par Mme Marinette BACHE et les éluEs du groupe du Mouvement républicain et citoyen, de M. Ian BROSSAT et des élus du groupe communiste relatif aux personnels de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2008


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le v?u référencé n° 75 dans le fascicule, déposé par les groupes du Mouvement républicain et citoyen et communiste, relatif aux personnels de la Ville de Paris.

Je donne la parole à Mme Marinette BACHE.

Mme Marinette BACHE. - Je vais être très rapide puisque j?ai déjà expliqué les raisons de ce v?u hier lors du débat sur les orientations budgétaires de la Ville, et vous connaissez l'intérêt que nous portons à l'ensemble du personnel municipal, dont la qualité est nécessaire à l'accomplissement des missions que nous nous sommes fixées ensemble dans le contrat de mandature.

Les considérants, je ne les reprendrai pas maintenant, définissent le cadre de ce v?u.

Si nous connaissons les contraintes budgétaires de la Ville, il nous a semblé utile d'attirer plus particulièrement l'attention de l'ensemble de cette Assemblée sur la nécessité d'avoir une attention particulière pour les emplois des services publics de la Ville qui sont directement en contact avec les citoyens et les usagers.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame ERRECART, vous avez la parole pour la réponse.

Mme Maïté ERRECART, adjointe. - Bien évidemment, je suis tout à fait en accord avec les attendus développés par Mme BACHE. Il s'agit effectivement d'améliorer toujours le service public aux Parisiens, le service rendu aux Parisiens.

Simplement, je rappellerai quand même, même s'il ne faut pas parler de trop des contraintes budgétaires, que nous avons une contrainte que nous avons votée ensemble, qui est d'avoir une stabilité des emplois. Très concrètement, cela veut dire qu'il faut favoriser les redéploiements.

Les redéploiements, c'est un exercice difficile, parce qu?il s?agit, autant que faire se peut, de réduire, en tenant compte notamment de certains attendus que vous avez évoqués, Madame, à savoir l'informatisation, à savoir la recherche de synergies entre des services, les emplois qui seraient des emplois purement administratifs pour les redéployer vers des emplois qui sont dans les équipements et au service des usagers.

C'est un problème qui est difficile et je pense que nous aurons besoin de toute notre énergie commune pour y arriver, notamment dans chacun des domaines de responsabilité des uns et des autres.

Je voudrais dire effectivement que notre politique de l'emploi, c'est de ne pas être cigale. Comme j'ai entendu hier que vous avez dit que dans la mandature précédente, il y avait eu un comportement cigale, je me suis replongée dans trois chiffres, que je voudrais rappeler à votre mémoire, pour bien dire que je ne crois pas que dans la mandature précédente, la majorité municipale ait été cigale, pas plus que dans celle-ci.

Je voudrais simplement vous rappeler ces trois chiffres.

En matière de création d'emploi, 25 % sont dus à la réduction du temps de travail. En fait, il faut savoir que la réduction du temps de travail a été estimée à 6 % de création d'emploi en face d'une diminution qui était de l'ordre de 10 à 11 %. Il n'y a eu aucun laxisme dans cette mesure.

La deuxième cause de création d'emploi, ce sont les équipements nouveaux ou les changements de périmètre. Je vous donne un exemple de changement de périmètre : nous avons hérité du personnel des T.O.S. qui étaient précédemment sur des budgets autres. Cela représente 36 % de la création d'emploi.

Enfin, la troisième cause de création d'emploi, c'est la déprécarisation du personnel, puisque cela a concerné 3.800 personnes, soit 38 % de la création d'emploi.

Je crois qu?il n?y a, à aucun moment, de laxisme de cigale dans ce comportement et je pense que nous continuerons à être totalement responsables par rapport aux salariés de la Ville de Paris, car je crois qu'il n'y aurait rien de pire que de faire du "stop and go", c?est-à-dire d?être laxiste à un moment pour ensuite revenir à des temps trop difficiles.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame, d'avoir rappelé ces chiffres.

Quel est l?avis de l'Exécutif ?

Mme Maïté ERRECART, adjointe. - Favorable.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes du Mouvement républicain et citoyen et communiste, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2008, V. 215).