Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

10 - QOC 2002-1007 G Question de M. Christophe NAJDOVSKI et des membres du groupe "Les Verts" à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, à propos de l'affectation, par arrondissement, des nouveaux emplois pour les jeunes

Débat/ Conseil général/ Janvier 2002


M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant à l'examen des questions orales.
La première, émanant de M. Christophe NAJDOVSKI et des membres du groupe "Les Verts" est relative à l'affectation, par arrondissement, des nouveaux emplois pour les jeunes.
La parole est à M. NAJDOVSKI.
M. Christophe NAJDOVSKI. - Monsieur le Président, il s'agissait en fait d'une question relative à la création d'emplois-jeunes, puisqu'une délibération datée du mois de décembre, prévoyait la création de 104 nouveaux emplois-jeunes. Ma question portait donc sur la répartition par arrondissement ou par groupe d'arrondissements de ces emplois nouveaux. Je rappelle que ces emplois concernent plus particulièrement 24 assistantes de publication Internet, 30 animateurs de Conseil de quartier, 10 agents d'animation économique. Pour toutes ces raisons, j'aimerais avoir des précisions sur la ventilation arrondissement par arrondissement, ou par groupe d'arrondissements, de ces emplois et, question subsidiaire, savoir de quel service ces personnes embauchées dépendront ?
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur le Président.
Je vais vous répondre.
Vous avez rappelé que le mois dernier, effectivement, le Conseil de Paris avait adopté un avenant à la convention de développement d'activités pour l'emploi des jeunes en vue de la création de 104 emplois jeunes supplémentaires.
La répartition est la suivante :
- Il y a d'abord 40 emplois-jeunes qui sont affectés à des actions de communication en vue de favoriser la collecte sélective.
S'ajoutent trois autres projets :
- Le premier, c'est la mise en place des portails Internet (portails jeunesse et portails des mairies d'arrondissement), dont le but, vous le savez, est de développer l'information et les services de proximité et d'inciter les habitants à participer à la vie citoyenne. Donc, 20 des 24 emplois-jeunes "assistant de publication Internet" dont vous avez parlé seront affectés dans chacun des 20 arrondissements parisiens.
- Le deuxième projet est lié à la mise en place des Conseils de quartier, qui est un de nos grands projets en matière de démocratie plus participative : 30 emplois-jeunes seront assistants de Conseils de quartier. Il y en aura un dans chacun des dix premiers arrondissements de Paris et deux dans chacun des dix derniers. Leur mission sera de contribuer au fonctionnement des Conseils de quartier.
- Le troisième projet est lié au développement des structures de proximité que sont les Maisons du développement économique et de l'emploi ou la Maison du Faubourg Saint-Antoine. Ces institutions, si je puis dire, de terrain, ont pour but d'accueillir les entreprises, d'accueillir les associations d'insertion, les habitants, et d'apporter des solutions de proximité, notamment aux artisans et commerçants qui veulent les interroger. Nous avons le projet de créer quatre nouvelles structures dans les 19e et 20e arrondissements, parce que c'est là que le besoin en est le plus criant. Huit emplois-jeunes seront affectés à ces structures tandis que deux autres emplois-jeunes seront affectés au soutien des actions d'animation conduites par les associations de commerçants dans les quartiers "politique de la ville".
Si vous faites bien le compte, on arrive à 104.
La réponse à votre question subsidiaire, c'est que ces jeunes, du point de vue de leur recrutement, du point de vue de leur gestion, du point de vue de leur formation, sont gérés par le Bureau des Formations en alternance et des Contrats aidés pour l'Emploi, de la Direction du Développement de l'Activité économique et de l'Emploi.
Mais bien évidemment, la responsabilité quotidienne de leur encadrement et de leur accompagnement relève du service "affectataire".
Voilà, Monsieur le Président, des réponses précises à des questions précises.