Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

5 - 2002, ASES 12 G - Subvention d'investissement à la Fondation de l'Armée du Salut (20e) pour le financement des travaux de transformation de la Péniche "Louise Catherine" située quai d'Austerlitz (13e) en centre d'accueil d'urgence pour femmes isolées. - Montant : 228.674 euros

Débat/ Conseil général/ Janvier 2002


M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération ASES 12 G relatif à l'attribution d'une subvention d'investissement à la Fondation de l'Armée du Salut pour le financement des travaux de transformation de la péniche "Louise Catherine", située quai d'Austerlitz dans le 13e arrondissement afin de transformer cette péniche en centre d'accueil et en centre d'urgence pour femmes isolées. Le montant est de 228.674 euros.
Je donne la parole à Mme GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Monsieur le Président, c'est encore un acte fort de notre collectivité à l'égard des plus démunis et notamment des femmes. Je pense à la restructuration du centre Crimée et encore récemment à l'acquisition d'un nouveau bus des femmes.
Cette fois-ci, il s'agit de contribuer à la réhabilitation du chaland "Louise Catherine" amarré quai d'Austerlitz et appartenant à l'Armée du Salut.
Nous nous réjouissons qu'un financement partenarial permette la réhabilitation de cette péniche, fermée depuis 1994, pour la rendre à sa vocation d'accueil des sans-abri et de point d'appui vers la réinsertion sociale.
Mais ce qui est encore plus remarquable, c'est la qualité qui prévaut aux choix de réhabilitation marqués par le respect du bâtiment et le respect des personnes qui seront hébergées.
Le Corbusier, qui a conçu la "Louise Catherine", serait heureux de ce que nous faisons aujourd'hui, lui qui a consacré tant d'efforts et d'intelligence à concevoir des logements, beaux, colorés, fonctionnels, pour des familles à revenus modestes. Que soient consacrés aux plus démunis des lieux empreints de beauté est essentiel et pas seulement des lieux propres et pratiques.
C'est d'ailleurs le choix qui a été fait pour l'aménagement de l'espace "solidarité-insertion" de l'Armée du Salut à la station de métro Saint-Martin et c'est une réussite.
Nous devons continuer à accentuer cet effort pour les femmes isolées, mais aussi pour celles qui ont des enfants et pour celles victimes de violences.
La proportion de femmes parmi les personnes à la rue ne cesse de croître alors que les souffrances endurées par les sans-abri sont pires lorsque qu'il s'agit de femmes. Savez-vous que sur Paris et la banlieue, parmi les 16-19 ans à la rue ou dans une grande précarité, il y a deux fois plus de filles que de garçons, selon une étude réalisée en en 1998 par l'Institut national d'Etudes démographiques, mais cela n'a qu'empiré depuis.
Les équipements existant n'arrivent pas à suivre cette évolution et les centres d'hébergement d'urgence sont massivement consacrés aux hommes.
Aussi, je regrette que la proposition que j'avais faite en décembre, d'ouvrir un lieu d'accueil pour femmes isolées, dans le 13e il est vrai, mais à l'autre extrémité, n'ait fait l'objet d'aucune suite car il me semble que chaque occasion doit être saisie de faire reculer la grande exclusion.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame GÉGOUT.
C'est Mme STAMBOULI qui va vous répondre.
Mme Mylène STAMBOULI, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Président, merci à Mme GÉGOUT d'attirer l'attention du Conseil sur ce projet d'un montant de 1.670.000 euros, auquel le Département participe pour une somme de plus de 228.000 euros. Cette péniche qui est inutilisée depuis plusieurs années et qui stationne quai d'Austerlitz dans le 13e, va dans quelques mois pouvoir offrir effectivement 42 cabines individuelles avec sanitaires individuels à des femmes actuellement à la rue.
Ce projet s'inscrit tout à fait dans les nouvelles orientations de l'équipe municipale en matière d'exclusion, à savoir permettre à des personnes à la rue de se stabiliser dans une structure qui bien qu'étant d'urgence, ne fixera pas de limites en termes de jours aux personnes qui seront accueillies. Par ailleurs, ce projet permettra d'accueillir dans une petite structure -et cela fait aussi partie des nouvelles orientations- à taille humaine, ces femmes qui ont souvent eu des parcours très difficiles.
Ce projet s'inscrit, et vous l'avez rappelé, dans une série de projets qui, pour certains ont déjà été adoptés : la restructuration du centre de Crimée qui permettra l'ouverture de 80 places supplémentaires, la création d'un nouveau C.H.R.S., rue de Charonne dans le 11e, qui permettra la création de 52 logements pour des femmes, et la réhabilitation du Palais de la Femme, rue de Charonne, actuellement géré par l'Armée du Salut.
Par ailleurs, nous avons en projet la création d'un lieu de vie pour femmes isolées avec enfant, dans le 17e arrondissement, et nous recherchons activement de nouveaux locaux pour des structures dans les arrondissements de l'ouest parisien.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame STAMBOULI pour tous ces projets.
Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 12 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, ASES 12 G).