Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1995
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

60 - QOC 95-160 Question de Mme Gisèle STIEVENARD et des membres du groupe socialiste à M. le Maire de Paris concernant l'association "Paris tout-p'tits".

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- La question suivante de Mme Gisèle STIEVENARD et des membres du groupe socialiste à M. le Maire de Paris concerne l'association "Paris tout-p'tits".
En voici la teneur :
"Depuis 1992, l'association "Paris tout-p'tits" vient en aide aux parents en difficulté qui ne peuvent assumer les frais de nourriture de leurs bébés.
Elle fournit boîtes de lait, petits pots et autres aliments pour bébés aux familles adressées par les centres d'action sociale.
L'association est confrontée à l'amenuisement de ses ressources et a besoin du soutien de la collectivité parisienne pour poursuivre sa mission d'aide alimentaire en faveur des nourrissons en détresse.
Mme Gisèle STIEVENARD et les membres du groupe socialiste demandent à M. le Maire de Paris d'accorder, sans délai, la subvention demandée par l'association.
Au-delà, ils souhaitent que les centres d'action sociale, centres de protection maternelle et infantile et centres maternels soient en mesure de proposer une aide comparable en nature aux parents rencontrant de réelles difficultés pour nourrir leurs bébés."
Madame HERMANGE, vous avez la parole.

Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint.- L'association "Paris Tout p'tits" a fait connaître son activité à la Mairie de Paris mais elle n'a pas encore formalisé de demande de subvention.
Celle-ci pourra être étudiée dès lors que le dossier transmis le permettra.
Toutefois, le Département de Paris intervient déjà auprès des familles défavorisées au titre des aides financières d'Aide sociale à l'Enfance versées par les sections du Centre d'action sociale.
La part réservée aux dépenses alimentaires dans ce soutien a représenté en 1994 plus de la moitié de l'effort financier, soit 34 millions de francs sur 65 millions de francs.
A ce soutien financier s'ajoutent les aides en nature délivrées à la permanence de la rue de Joinville, 19e, aux populations sans domicile fixe : farine, lait, petits pots, couches ...
Voilà la réponse que je peux apporter, Monsieur le Maire, et qui complète les observations que mon collègue donnait tout à l'heure, notamment sur le soutien alimentaire que la Ville de Paris apporte à toutes les familles lorsqu'elles en ont besoin.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Madame HERMANGE et merci, Madame STIEVENARD.