Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

83 - QOC 2000-611 Question de M. Philippe LAFAY à M. le Préfet de police au sujet de la création d'une antenne de police au carrefour Davy, Guy-Môquet (17e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2000


Libellé de la question :
"Les bars et restaurants des rues Davy, Guy-Môquet, Sauffroy, l'angle mort des rues Davy-Guy-Môquet (17e) et la cabine téléphonique sont des lieux de rassemblements agressifs et bruyants. Le carrefour "Davy - Guy-Môquet" et son espace vacant favorisent des rassemblements bruyants et des dépôts d'ordures permanents.
Les habitants du quartier deviennent de plus en plus allergiques et des incidents graves risquent sous peu de se produire.
M. le Préfet de police pourrait-il prévoir la création d'une antenne de police à ce carrefour ?"
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Le carrefour des rues Sauffroy, Davy et Guy-Môquet se trouve au c?ur du quartier des Epinettes, dans un îlot en voie de paupèvementrisation, où l'habitat est souvent vétuste.
Le commissariat central de l'arrondissement, situé rue Truffaut, se trouve à moins d'un kilomètre, et cet espace est constamment surveillé de 7 heures à 23 heures par des équipes d'îlotiers.
Les nuisances signalées sont occasionnées par des rassemblements bruyants de consommateurs qui fréquentent des débits de boissons et des locaux utilisés par des associations, rues Sauffroy et Guy-Môquet, principalement en soirée et la nuit.
Je puis vous assurer que les services de police effectuent régulièrement des contrôles dans ces lieux et sont parfois amenés à proposer des fermetures administratives lorsque la gravité des troubles constatés l'impose.
C'est ainsi que 19 mesures de fermetures administratives ont été ordonnées depuis le début de l'année dans le 17e arrondissement, dont 5 rues Davy et Sauffroy, pour des durées allant de 9 jours à 6 mois.
J'ai, par ailleurs, accordé le concours de la force publique pour procéder à une expulsion commerciale, rue Sauffroy, en mars dernier.
Les services de police interviennent également à la suite de plaintes pour faire cesser des tapages. Toutes infractions constatées à ces occasions sont relevées et les procédures corrèvementlatives sont transmises au Parquet pour que des poursuites judiciaires soient engagées.
Pour limiter les nuisances précitées, j'ajoute qu'en coopération avec les services municipaux du 17e arrondissement, l'éclairage public a été renforcé, et le stationnement interdit rue Sauffroy. Je tiens à vous indiquer que cette interdiction donne lieu à de nombreuses verbalisations et à des mises en fourrière.
L'installation d'un poste de police dans ce quartier, compte tenu de la proximité du commissariat central et de la présence quotidienne et effective des îlotiers, ne semble pas une solution de nature à améliorer sensiblement la situation.
En effet, je crois devoir rappeler que la multiplication de locaux de police oblige, en raison des tâches d'accueil et de garde des lieux, à détourner les fonctionnaires de police de leurs missions prioritaires de prévention de la délinquance sur la voie politique, assignées à la police de proximité."