Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

140 - QOC 2000-662 Question de M. Jean-Marie LE GUEN et des membres du groupe socialiste et apparentés, à M. le Maire de Paris au sujet du foyer Clisson (13e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2000


Libellé de la question :
"Le foyer Clisson, résidence de travailleurs immigrés, situé 50, rue Clisson (13e) a été inauguré et occupé en 1981. 212 résidants vivent dans ce foyer, la quasi-totalité en chambres individuelles, les cuisines et sanitaires étant collectifs.
Depuis son ouverture, ce foyer n'a pas connu, ou très peu, de travaux d'entretien et de maintenance. Aussi, aujourd'hui, cette résidence est-elle en piètre état d'habitabilité.
La dernière intervention de M. Jean-Marie LE GUEN et des membres du groupe socialiste et apparentés au Conseil de Paris n'a pas été suivie d'effets.
Afin d'ouvrir des négociations avec la Direction de la C.C.A.S.S., les résidants ont cessé de payer leur loyer depuis septembre 2000. Ils souhaitent que soient ouvertes des discussions avec leurs représentants sur la salubrité, la propreté et l'aménagement des locaux, avec, entre autres :
la remise en état (peinture, papiers peints et sols) de toutes les chambres ;
- la création d'une cuisine collective unique, équipée et aménagée au rez-de-chaussée du bâtiment à la place des cuisines éclatées à chaque étage et mal agencées ;
- l'obturation des fuites d'eau au plafond et le changement des dalles de revêtement des plafonds ;
- la création d'un bloc sanitaire correct, avec notamment des douches équipées de bacs individuels et séparés par des cloisons bâties en dur et revêtues de faïences ou peintures acryliques.
Que compte faire M. le Maire de Paris pour que s'ouvrent les négociations et que soit établie une charte, en accord avec les résidants, fixant les travaux (dates et délais) à réaliser afin de résoudre le problème de rénovation intérieure et extérieure des bâtiments et améliorer les conditions de logement et de vie des habitants de ce foyer relevant de la Ville de Paris ?"
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
"Le foyer Clisson a fait l'objet ces dernières années d'investissements importants en matière de gros travaux. Ainsi, la rénovation des sanitaires collectifs et des ventilations mécaniques, qui a été réalisée en 1998, a coûté 4 millions de francs. Si on ajoute à cette somme les travaux relevant de la sécurité et ceux concernant les installations de chauffage, c'est une dépense de 5,4 millions de francs qui a été engagée de 1996 à 1999. Les investissements de l'année 2000, comprenant notamment le remplacement des ascenseurs, s'éléveront à 728.000 F.
De plus, les installations techniques (chauffage, ascenseur, extraction, hottes de cuisine, extincteurs, blocs secours, alarme incendie) font l'objet d'un contrat d'entretien strictement respecté.
Le nettoyage des locaux est assuré régulièrement et la désinsectisation des locaux est réalisée périodiquement.
Le Centre d'action sociale n'a jamais refusé de recevoir les représentants des résidants. Ainsi, le 21 juin 2000, la Direction des foyers a reçu les délégués des résidants. De même, leur dernier courrier a fait l'objet d'une réponse à toutes les questions posées.
La configuration du bâtiment ne permet pas la création d'une grande cuisine au rez-de-chaussée ; en tout état de cause une cuisine unique pour 212 résidants poserait trop de problèmes de sécurité et de promiscuité, ce qui justifie l'organisation de l'établissement par unité de vie autonome (deux par étage).
Comme précisé plus haut, les sanitaires ont été entièrement rénovés en 1998 et les installations répondent entièrement aux normes d'hygiène et de confort.
Le Centre d'action sociale ne peut que regretter que les résidants aient décidé de cesser de payer leurs loyers depuis septembre 2000, ce qui les place dans une situation irrégulière, alors même que, par les travaux qu'il a déjà financés par le passé, il a montré qu'il se souciait de l'amélioration des conditions de vie des habitants de ce foyer et qu'il était prêt à poursuivre son effort."