Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par MM. Thierry COUDERT, Vincent ROGER et les membres du groupe U.M.P.P.A. relatif à l'instauration d'un secteur sauvegardé sur l'île Saint-Louis.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2009


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Le v?u n° 59 du groupe U.M.P.P.A. relatif à l?instauration d?un secteur sauvegardé sur l?île Saint-Louis.

Monsieur COUDERT, vous avez la parole.

M. Thierry COUDERT. - Ce v?u a pour objet de réparer ce qui paraît être un oubli étonnant et regrettable, alors que les berges de la Seine sont reconnues au patrimoine mondial de l'Unesco, alors qu'à l'autre de bout de la chaîne, la Commission locale de révision du plan de sauvegarde du Marais a été installée au mois de juin, l'île Saint-Louis, qui pourtant a connu quelques affaires récentes, ne fait l'objet que de protection individuelle des bâtiments mais pas d'inscription dans un secteur sauvegardé qui permettrait de protéger bien entendu les bâtiments mais aussi des éléments de décoration intérieure qui sont de plus en plus menacés par la densification de cette partie de Paris le plus historique. Voilà pourquoi il nous apparaît opportun sans tarder que soit engagée une extension du périmètre du secteur sauvegardé du Marais, qui permette d'englober l'île Saint-Louis.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

Madame Danièle POURTAUD ?

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Je voudrais commencer par rappeler à mes collègues du groupe U.M.P.P.A., qui le savent certainement, que sur l'île Saint-Louis, petit territoire de 11 hectares, il y a 9 édifices classés Monuments historiques et 24 inscrits à l'Inventaire supplémentaire. J'ajoute par parenthèse que la Ville de Paris a dans le cadre du P.L.U. en 2006 donné une protection patrimoniale à 172 parcelles sur le reste de l'île Saint-Louis, montrant bien son attachement à ce patrimoine exceptionnel.

Cette densité en édifice protégé a deux conséquences. D'une part, tous les projets réalisés sont soumis à l'avis des architectes des Bâtiments de France. En effet, tous les points de l'île se trouvent à moins de 500 mètres d'un monument classé.

D'autre part, les services instructeurs de la Direction de l'Urbanisme prêtent une attention toute particulière à la préservation du patrimoine dans l'analyse qu'ils font des projets qui leur sont soumis. Nous ne constatons pas aujourd'hui que l'architecture de l'île Saint-Louis soit particulièrement en danger.

J'ai bien compris que vous faisiez allusion au cas de l'hôtel Lambert, qui a beaucoup fait parler de lui ces derniers mois, mais j'imagine que vous savez qu'il bénéficie de la protection maximale étant classé Monument historique, c'est-à-dire qu'il est protégé à la fois pour ses façades, son aspect extérieur, son cadre mais également pour ses intérieurs, et c'est bien la Ministre de la Culture et de la Communication, Mme ALBANEL, qui a autorisé les travaux, lesquels, après recours des associations viennent d'être suspendus par le Tribunal administratif. Un plan de sauvegarde et de mise en valeur comme celui que vous demandez pour l'île Saint-Louis n'y aurait rien changé. Je ne comprends donc pas le sens de ce v?u, consistant à demander l'instauration d'un nouveau secteur sauvegardé. Paris possède actuellement deux secteurs sauvegardé, le Marais, à cheval sur les 3e et 4e arrondissements, et la partie est du 7e arrondissement. Ces deux secteurs sauvegardés sont régis par des plans de sauvegarde et de mise en valeur et pas par le P.L.U. Ils sont effectivement aujourd'hui en révision puisqu'ils ne correspondent plus aux attentes des Parisiens qui souhaitent voir dans ces quartiers comme sur le reste du territoire s'appliquer un certain nombre de règles d'urbanisme en particulier concernant le logement social ou le maintien voire le développement des activités économiques.

J'en profite d'ailleurs pour vous dire que c'est ce soir que se tient à la mairie du 4e arrondissement, mais vous le savez sans doute chers collègues, la première réunion publique pour la révision du P.S.M.V. du Marais.

Nous sommes dans ce processus de révision, de P.S.M.V. et nous souhaiterions pouvoir y aboutir en un peu moins de cinq ans, ce qui sera une performance par rapport à ce qui s'est passé la dernière fois. Cette révision représente des milliers d'heures d'études qui sont effectuées à la fois par les services de la Ville et par les chargés de mission, les cabinets d'architectes et urbanistes qui ont été mandatés par l'Etat.

Cela représente un budget de plusieurs millions d'euros.

C'est donc à l'aboutissement de ces deux procédures que nous travaillons. C'est un objectif prioritaire, et je pense que vous savez, chers collègues, que l'élargissement du périmètre du P.S.M.V. du Marais n'a pas reçu un accueil favorable de l'Etat lorsque nous avons commencé à préparer cette révision.

Dès lors, à mon avis, il ne faut pas hypothéquer la réussite de cet objectif prioritaire, en lançant une procédure parallèle qui perturberait l'avancement de la révision en cours, et je considère donc que la création d'un nouveau secteur sauvegardé sur l'île Saint-Louis n'est ni justifiée ni surtout opportune, et je compte sur le bon sens de mes collègues du groupe U.M.P.P.A. pour retirer leur v?u sinon, Madame la Maire, j'appellerai à voter contre.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Madame Danièle POURTAUD.

Monsieur COUDERT, retirez-vous votre v?u ?

M. Thierry COUDERT. - Je le maintiens.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente.- Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.

M. Yves POZZO di BORGO. - C'est un manque d'imagination.