Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par M. Jean-François LAMOUR et les élus du groupe U.M.P.P.A. relatif à l'attribution d'une subvention à la F.A.C.E.L.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Le v?u n° 22 relatif à l'attribution d'une subvention à la F.A.C.E.L. a été déposé par le groupe U.M.P.P.A.

Je donne la parole à Mme Laurence DOUVIN.

Mme Laurence DOUVIN. - La F.A.C.E.L., c'est-à-dire la Fédération des associations culturelles, éducatives et de loisirs, c?est une grosse fédération. Elle regroupe 51 associations, elle accueille sur 19 arrondissements plus de 12.000 enfants et adolescents, que ce soit en période scolaire les mercredis et le soir après la fin des classes, et aussi pendant les petites vacances, pour des sessions d?éducation et de loisirs.

C'est donc une association qui répond à une forte demande des familles, et cette demande est encore exacerbée en ce moment avec la crise économique. Donc, pour les familles à faibles revenus, cette association voudrait pouvoir développer ses activités.

Or, elle éprouve un certain nombre de problèmes financiers pour pouvoir effectivement prendre en charge le coût salarial et de formation de ses directeurs et de ses animations. La F.A.C.E.L. n'est aujourd'hui pas subventionnée par la collectivité parisienne, alors qu'elle mène véritablement une action authentiquement sociale au service des jeunes Parisiens.

Nous avons lu dans la communication du Maire de Paris, consacrée à la rentrée scolaire, que la crise touche durement les familles parisiennes. Nous en parlerons demain matin.

Donc, nous demandons qu'une subvention de 50.000 euros soit attribuée à la F.A.C.E.L. sur le budget 2010.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame Colombe BROSSEL, vous avez la parole.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Il existe un dispositif assez génial qui accueille 25 à 28.000 enfants le mercredi, 12 à 13.000 le mois de juillet et 10.000 au mois d?août. Il permet aux enfants d'être accueillis par des équipes d'animateurs qualifiés, formés, dans un processus de professionnalisation permanente - on en parlera notamment demain - avec un projet éducatif formalisé par le directeur de chacun de ces centres, qui est donc le projet mis en ?uvre par l'ensemble de l'équipe, avec les enfants - nous essayons de travailler de plus en plus sur les projets culturels - et qui a en plus le mérite d?avoir une tarification qui prend en considération le quotient familial et qui donc s?appuie sur les revenus des parents. Ceci s'appelle les centres de loisirs. C'est aujourd'hui ce que la Ville de Paris, en régie, directement, au regard de ses compétences, met en ?uvre. C'est l'action de la Ville et je travaille pour la développer et la rendre encore plus accessible.

Donc, bien entendu, je ne peux qu'apporter une réponse négative à votre v?u. Ce service existe. Il est performant pour les usagers. Il est utile. On peut encore retravailler sur un certain nombre de sujets et je m?y attache, avec la directrice de la DASCO et l'ensemble des équipes, mais c'est ce service qui constitue le service de base, principal, assuré par la Ville de Paris. C'est donc ce service-là que, en priorité, nous financerons et continuerons à financer.

Mais, bien évidemment, l'ensemble des enfants peuvent venir s'inscrire dans les centres de loisirs pour participer à l'ensemble des activités qui leur sont proposées.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est repoussé.