Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, VI - Question d'actualité du groupe du Mouvement républicain et citoyen à M. le Maire de Paris relative à l'accueil des personnes porteuses de handicaps dans les cinémas, les théâtres et salles de spectacles.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2009


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous en venons à la question du groupe du Mouvement républicain et citoyen.

La parole est à Mme Karen TAÏEB.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Monsieur le Maire.

Depuis la précédente mandature, Paris mène une politique dynamique et volontariste en direction des personnes porteuses de handicap. Par les nombreuses subventions allouées, nous encourageons également les associations qui font un travail remarquable en direction de l?autre avec ses différences.

Plusieurs projets de délibération sont d?ailleurs à l'ordre du jour dans ce Conseil. Je prends l?exemple de "CINE-MA différence" qui permet à un public habituellement exclu, privé des séances de cinéma traditionnelles, en raison de troubles du comportement, de syndromes autistiques ou encore de polyhandicaps d?y avoir accès. Nous pouvons également nous féliciter des places dédiées dans certains cinémas parisiens, tels que le complexe de Bercy ou encore le Forum des Images, tout comme de l'accueil rendu possible aux personnes à mobilité réduite dans le cadre de séances de cinéma gratuit en plein air au parc de la Villette ou encore de ce qui est fait pour faciliter l'accès de "Paris plage" aux personnes handicapées, par la mise à disposition de rampes d'accès aux plages, de fontaines et buvettes accessibles et de trottoirs adaptés.

Cela étant, de nombreuses salles ne sont pas en mesure d'accueillir les spectateurs en fauteuil roulant, si ce n?est en proposant quelques places tout à fait devant, rendant la visualisation inconfortable et désagréable. Comment peut-on intervenir auprès des salles parisiennes pour inciter au développement de ces places dédiées ? Qu'en est-il des films accessibles aux sourds et malentendants ? La question mérite particulièrement d'être posée aujourd'hui, en cette Journée mondiale de la surdité. On me faisait remarquer que les personnes atteintes de surdité ne peuvent voir un film en français, alors qu'elles peuvent voir un film en version originale lorsqu?il est étranger parce que celui-ci est sous-titré, ce qui n?est pas le cas des films français.

Existent-ils des salles à Paris qui diffusent des films français avec sous-titres ? Grâce à l'audiodescription, les aveugles et malvoyants peuvent se rendre seuls à une séance de cinéma ; combien de salles parisiennes le permettent ? On pourrait ainsi se poser la question pour les salles de théâtre et de spectacle à Paris.

C'est pourquoi j'ai suggéré en 6e Commission que s'organise une réunion coprésidée par nos adjoints Véronique DUBARRY et Christophe GIRARD, en présence des élus, usagers porteurs de handicap et responsables de salles de cinéma et spectacles. Bien sûr, si les élus, Véronique DUBARRY et Christophe GIRARD, en sont d'accord, cette réunion pourrait avoir pour mission de faire un point sur ce qui est fait et ce qu?il reste à faire pour rendre accessible la culture au sens large à nos concitoyens porteurs de handicap. Est-ce possible et dans quel délai ?

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup de cette question tout à fait importante.

M. Christophe GIRARD a la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Sans me comprimer ni me restreindre, je vais essayer de répondre de façon concise. La Ville de Paris consacre en 2009 plus de 244 millions euros aux actions en faveur des personnes en situation de handicap, de l'accueil en crèches à la scolarisation, en passant par les sports, les loisirs et la culture. C'est donc en étroite collaboration avec ma collègue Véronique DUBARRY que nous pouvons répondre à cet enjeu : l'accès de tous les publics à la culture sans exception aucune.

Concernant les salles de cinéma, en 2008, la Mission cinéma de la Ville de Paris a réalisé un diagnostic sur l'accessibilité dans les salles Art et Essai indépendantes et les salles non classées Art et Essai de moins de 550 fauteuils. La Mission cinéma consacre 100.000 euros par an d?aides en investissement, pour aider ces salles à se mettre aux normes d'accès. C'est dans ce cadre que les travaux ont ainsi été réalisés au cinéma "Le Grand Action" dans le 5e et, prochainement, au cinéma "Le Racine" dans le 6e arrondissement. Bien évidemment, le Forum des Images est entièrement accessible aux personnes en situation de handicap, depuis les travaux récents que nous y avons effectués.

Concernant les théâtres, les dispositifs adaptés ont été mis en place dans les théâtres municipaux. C?est le cas, par exemple, du Théâtre 13 qui, en collaboration avec l'association "Prête-moi tes yeux", a installé un système d'audiodescription en direct. Grâce au soutien de la Ville de Paris et à l'action "Accès culture", un service d'accessibilité pour les déficients visuels et auditifs a été mis en place pour les spectacles musicaux, présentés au Châtelet, au Théâtre Monfort, au Théâtre du Rond-Point. Le Théâtre Monfort dispose également d'un service de surtitrage pour le public sourd et malentendant.

Par ailleurs, la Ville soutient, depuis 2002, le théâtre dirigé par Emmanuel LABORIT, dans le 9e arrondissement, qui a développé une école de langue des signes et des projets artistiques avec des comédiens sourds et entendants.

Enfin, dans le cadre d'une convention travaux tripartite entre l'Association de soutien pour le théâtre privé, que vous avez reçue, Monsieur le Maire, hier, la Ville et l'Etat, des subventions d'investissement, d'un montant total variant de 200.000 à 300.000 euros par an, sont accordées, chaque année, à des théâtres privés, membres de l'association. L'effort fourni par la Ville de Paris en matière d'accessibilité se traduit également au sein des musées et du réseau de nos bibliothèques.

D'autre part, dans le cadre du projet "Canopée des Halles", un équipement culturel, spécialement conçu pour la pratique de la danse et de la musique à destination des personnes sourdes et malentendantes, est programmé.

Concernant enfin le soutien aux associations, je souhaite rappeler qu'une ligne budgétaire de 200.000 euros par an permet d'accompagner les structures qui ?uvrent en faveur de l'accessibilité des personnes handicapées à la création artistique et à leur pratique.

Malgré les efforts déployés par la Ville de Paris, sans précédent depuis 2001, nous sommes conscients, Véronique DUBARRY et moi-même, du chemin qu'il reste à parcourir, notamment concernant le respect du cadre réglementaire de la loi de 2005 qui impose, aux établissements recevant du public, une mise aux normes complète au 1er janvier 2015. Ces travaux de mise aux normes relevant de la responsabilité des exploitants de salles, la Ville de Paris entend mobiliser l'ensemble de ces partenaires culturels et étudier les modalités d'accompagnement possible dans le cadre du programme d'investissement de cette mandature.

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.

Les questions d'actualité sont terminées.

François DAGNAUD, pourrais-je vous demander, lors de la prochaine conférence d'organisation, avec les six présidents de groupe, de réfléchir sur la durée indiquée des questions d'actualité. Ce n'est pas la peine de m'indiquer un temps qui n'est pas respecté alors que c'est une séance très lourde et qu'il y a beaucoup d'autres choses à faire.

Dites-moi, décidez ensemble, consultez les présidents de groupe de la majorité et de l'opposition, mais il ne faut pas prendre des décisions qu'on ne respecte pas. Je ferai le Préfet de police pour l'ordre interne au Conseil de Paris. Ce sera déjà un pas vers la demande de M. POZZO di BORGO. Je ferai un peu de police dans le Conseil de Paris, ce sera municipal.

La séance du Conseil municipal est suspendue. Nous allons être en Conseil général.