Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par Mmes Brigitte KUSTER, Laurence DOUVIN et les élus du groupe U.M.P.P.A. relatif à la construction d'un parking attenant les futurs locaux du Tribunal de grande instance et de la police judiciaire.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Le v?u n° 100 du groupe U.M.P.P.A. a trait à la construction d?un parking attenant les futurs locaux du T.G.I.

Mme DOUVIN a la parole.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Nous parlons de la zone "Clichy-Batignolles". Considérant la décision du Président de la République d?y implanter la future Cité judiciaire et la Direction régionale de la Police judiciaire, considérant le nombre important d'emplois qui seront générés, considérant que près de 3.000 personnes travailleront notamment au Tribunal de grande instance, qu'il y en aura également, certainement, un nombre important en tant que visiteurs, qu'il y a déjà un manque de places de stationnement dans ce secteur et qu'il y a donc nécessité de faciliter au public et aux salariés l'accès à la Cité judiciaire et à la police judiciaire, nous émettons le v?u que dans le cadre de cette implantation sur les terrains "Clichy-Batignolles", la Ville de Paris s'assure qu'un parking de dimension suffisante soit construit pour répondre aux nouveaux besoins générés, ainsi qu?aux besoins actuels et à venir des résidents et visiteurs du secteur.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame.

Mme Annick LEPETIT a la parole.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Merci.

Vous présentez un v?u, Madame DOUVIN, qui demande la construction d'un parking pour la cité judiciaire, mais ce v?u n'est pas cohérent avec le v?u qui a été débattu dans cette Assemblée au moment de la 8e Commission et qui demandait la suspension des projets envisagés sur les terrains "Clichy-Batignolles".

J'avoue ne pas comprendre. On suspend ou on demande un parking ?

Par ailleurs, sachez, et vous le savez bien, Madame DOUVIN, qu'un parking est en cours de construction sur les mêmes terrains. Nous venons d'en parler, je n'y reviens pas.

Vous savez aussi qu'une étude qui a été menée par l'établissement public du palais de Paris signale aujourd'hui que le T.G.I. ne loue pas de places de stationnement pour son personnel, que les déplacements qu'il génère concernent les personnes qui comparaissent devant les juges et la livraison de marchandises ; quant aux visiteurs et au personnel, ils viennent, pour la plupart, en transports en commun.

Tout cela milite pour ne pas construire de parking. Par ailleurs, je vous rappelle que notre politique est de limiter la circulation automobile, source de pollution. Il vaut donc mieux privilégier la desserte en transports en commun, avec le prolongement du T3 à la porte d'Asnières, la désaturation de la ligne 13 et, bien entendu, l'amélioration de la gare Cardinet.

Les projets avancent, sauf si vous voulez les bloquer, mais, encore une fois, j'ai du mal à comprendre exactement ce que vous souhaitez, parce que dès qu'un projet prend naissance, devient concret, nous avons droit à un v?u ou, comme cela s'est passé le 8 avril au Conseil d'administration du S.T.I.F., au moment où nous avions enfin un projet qu'une majorité votait, la désaturation de la ligne 13 par le prolongement de la ligne 14, les élus U.M.P. avait fait un renvoi en Commission, jugeant qu'il était plus utile d'attendre le discours du Président de la République à la fin du mois d'avril.

Je trouve qu'il y a une similitude concrète entre ce que vous faites concernant les transports en commun et concernant l'aménagement des terrains "Cardinet-Batignolles". Aussi, je vous demanderai le retrait de ce v?u.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Donc le retrait, vous ne le faites pas ; si ?

Mme Laurence DOUVIN. - Excusez-moi, mais je ne peux quand même pas laisser Mme LEPETIT intervenir comme cela, sans dire au moins deux mots, parce que, vraiment, là, il y a un salmigondis de choses qu?on ne peut pas laisser dire.

Tout le monde se réjouit, les élus du 17e notamment, qu'il y ait le Tribunal de grande instance et la police judiciaire, c'est bien évident.

Demander un parking ne me paraît pas quelque chose d'absolument invraisemblable ; cela me paraît plutôt aller évidemment de pair. Je ne vois pas comment l'un est contraire à l'autre. D'autre part, la dimension de ce parking, si Mme LEPETIT veut bien se donner la peine de lire le v?u, concerne à la fois les besoins générés ainsi, les besoins actuels et ceux qui seront ceux des résidents à venir.

Je pense que là, il ne peut véritablement pas y avoir une mauvaise interprétation de ce v?u.

En ce qui concerne ce qu'elle expose sur le S.T.I.F., je crois que ce n'était pas mal venu de demander que l'on puisse surseoir à une décision, alors qu?il y a eu, après, le discours du Président de la République qui a remis des choses dans une perspective complètement différente et, aujourd'hui, on voit bien qu'il aurait mieux fallu attendre 15 jours de plus.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.