Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DAC 538 - Signature d'une convention avec la Fondation de la France Libre (13e) pour l'attribution d'une subvention. Montant : 124.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2009


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DAC 538 relatif à la signature d'une convention avec la Fondation de la France Libre pour l'attribution d'une subvention. Montant : 124.000 euros.

La parole est à Mme Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce projet de délibération nous propose d'apporter notre soutien à la Fondation de la France Libre, fondation assez bizarrement déclarée d'intérêt public.

Pour notre part, nous voterons contre ce projet de délibération, et j'avais même demandé en Commission à ce qu'il soit retiré de l'ordre du jour.

Nous voterons contre, tout d'abord parce que le but poursuivi par cette association, c'est-à-dire, notamment, apporter aux anciens membres de l'Association des Français Libres et leur famille et descendants directs une aide morale, matérielle et financière, ne nous semble pas une priorité dans le contexte actuel. Il nous semble aussi qu'une association a vocation à s'ouvrir et non à encaisser des aides dont les bénéficiaires sont ses seuls membres.

Nous voterons contre aussi, parce que dans la fiche de présentation, qui est d?ailleurs fort bien faite, et qui accompagne le projet de délibération, nous apprenons que la situation financière est - le terme est le suivant - très "confortable". C'est vrai qu'il est rare de voir une association avec un fonds de roulement égal à près de 8 millions d'euros et une trésorerie à 7,5 millions d'euros.

C'est donc une association riche, bénéficiant de legs importants, qui n'a pas besoin de l'aide de la Ville.

C'est aussi une association qui a une curieuse conception des budgets, puisqu'elle mentionne dans les recettes une formule en quelque sorte inédite, en tout cas pour moi, peut-être magique : 18,5 %, soit 195.550 euros comme "insuffisance de financement".

Pour ma part, je suis vraiment très mauvaise en calcul, mais je trouve bizarre qu'une insuffisance apparaisse comme une recette.

Enfin, et je dirai que c'est le bouquet, en allant sur le site de cette association, la première page n'évoque ni l'idéal de la France Libre, ni de Gaulle, comme on pourrait s?y attendre, mais un club, le Club de la France Libre, qui propose son menu, midi et soir, pour 26 euros - une petite somme -, club qui est ouvert uniquement aux membres, à leurs amis et à leurs invités, bien évidemment.

C'est pourquoi, à l'heure où la Ville fait des choix en matière budgétaire, il nous semblerait judicieux d'utiliser autrement la somme de 124.000 euros au service des Parisiens et de tous les Parisiens par exemple.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

La parole est à Mme VIEU-CHARIER pour vous répondre.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe, au nom de la 9e Commission. - Je suis triste quand j'entends cela, parce que je voudrais faire un rappel historique. La France Libre est née le 18 juin 1940, à travers l'appel du Général de Gaulle. C'est tout un pan de la Résistance française dont notre pays s?honore et dont tous les Français sont fiers, au-delà de tout clivage politique.

La Fondation de la France Libre ?uvre pour la mémoire et l'histoire de la Résistance des Français et aussi l'histoire de la convergence de tous les mouvements de Résistance, notamment des F.T.P. qui ont donné par la suite les Forces Françaises Intérieures.

Dans quelques mois, nous allons commémorer le 70e appel du Général de Gaulle, comme nous avons commémoré le 65e anniversaire de la Libération de Paris et la Fondation du C.P.L.

Je ne suis pas d'accord avec Mme FOURNIER lorsqu'elle parle du site, car lorsqu'on ouvre la première page du site, on voit bien le rappel historique de cette fondation et l'importance qu'elle a dans le pays pour faire connaître l'histoire de la Résistance, l'histoire de l'appel du général de Gaulle et les ?uvres qu'elle fait à travers notamment l'éducation des jeunes lycéens et, bien sûr, comme me le souffle ma voisine, le Concours de la Résistance et de la Déportation.

Je voudrais ajouter qu'effectivement, la Fondation de la France Libre a quelques problèmes dans la mesure où, évidemment, les adhérents de la Fondation vieillissant, il y a un manque de dynamisme. M. le Président de la Fondation, M. Yves GUÉNA, lors de son dernier conseil d'administration, où je siège comme représentante du Maire de Paris, a proposé que nous votions le principe de fusion de la Fondation de la France Libre avec la Fondation Charles de Gaulle, ce qui a été acté par vote et qui permettra un rebond, un regain de créativité et de dynamisme justement.

Alors, la Ville de Paris s?honore depuis longtemps de subventionner la Fondation de la France Libre. Nous avons déjà baissé la subvention de près de 50.000 euros et pour l'année prochaine, il est prévu la même chose, pour 100.000 euros, avec l'accord, évidemment, de la France Libre, mais j'estime que tant que la Fondation de la France Libre existera, ce sera un honneur pour la Ville de Paris de la subventionner et nous la subventionnerons cette année à hauteur de 124.000 euros.

Je trouve que c?est non négociable?

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche, du Mouvement républicain et citoyen, U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 538.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DAC 538).