Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par M. Ian BROSSAT, Mme Danielle SIMONNET et les élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à l'occupation par le collectif "Jeudi Noir" d'un immeuble au 14, passage de la Bonne-Graine (11e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2009


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Le v?u n° 44 relatif à l'occupation par le collectif "Jeudi Noir" d'un immeuble a été déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

La parole est à M. Ian BROSSAT pour une minute.

M. Ian BROSSAT. - Merci, Monsieur le Maire.

Depuis le début du mois de septembre, le collectif "Jeudi Noir" occupe un immeuble vide du 11e arrondissement, situé au 14, passage de la Bonne-Graine pour y loger une trentaine d'étudiants et de jeunes travailleurs précaires.

Cette action, vous le savez, vise à dénoncer le manque de logements pour les étudiants. Il se trouve que l'immeuble concerné a été acquis par "Adoma" il y a quelques semaines et restait inoccupé dans l'attente de travaux.

Les responsables du collectif "Jeudi Noir" se sont dès le départ engagés à quitter les lieux dès que les travaux commenceraient. Ces travaux devaient commencer mi-décembre. Or, il se trouve qu'entre temps "Adoma" a affirmé que les travaux seraient avancés et donc ils exigent l'expulsion de ceux qui aujourd'hui occupent le 14, passage de la Bonne-Graine.

Ce v?u vise donc à ce que nous demandions à Adoma tous les éléments attestant que l'avancement de la date des travaux est bien réel et qu'il ne s'agit pas d'une annonce visant uniquement à expulser brutalement ceux qui aujourd'hui, occupent le 14 passage de la Bonne Graine.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour vous répondre, je donne d?abord la parole à M. Jean-Yves MANO et ensuite, à Mme Pascale BOISTARD.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Jeudi Noir est un mouvement sympathique à mes yeux, que j'approuve quand ils occupent l'immeuble de la rue de Sèvres, que j'apprécie quand ils animent la visite de M. APPARU au salon de l'immobilier, que j'aime quand ils font des manifestations, bouteilles de champagne à l'appui, quand ils vont visiter des logements à 40, 45 euros le mètre carré pour dénoncer le scandale de la spéculation en matière de loyers pratiqués sur Paris, et ils reçoivent mon soutien sans réserve.

Sur l'adresse concernée, et ils le savent, je suis beaucoup plus gêné dans la mesure où, honnêtement, il y a erreur de cible, mais ils ne le savaient pas, je l'avoue.

L'immeuble du passage de la Bonne Graine est un immeuble effectivement, après de longues négociations entre France Télécom, nous-mêmes et Adoma, destiné à recevoir en urgence, et j'insiste sur ce mot-là, les travailleurs migrants du foyer de Fontaine-au-Roi, qui présente un caractère d'insalubrité totale, et il y a urgence absolue à reloger la moitié de ce foyer dans l'immeuble acheté pour cela et mobilisé là par Adoma.

Nous nous trouvons devant une situation où vous ne contesterez pas, et j'en suis certain, le fait que nous avons une priorité absolue. Vous nous avez souvent rappelé dans des v?ux émanant de votre groupe l'urgence qu'il y avait à trouver des sites de déserrement pour les foyers de travailleurs migrants, ce que nous avons fait avec un partenaire sérieux qu'est Adoma.

Nous avons donc servi d'intermédiaire entre le groupe Jeudi Noir et les animateurs du collectif qui sont aujourd?hui dans cette adresse et Adoma, pour qu'ils puissent s'expliquer très sereinement, bien évidemment. Ils ont aménagé il y a maintenant quelques jours, presque un mois, la présence a été confirmée par notre intervention pendant quelques semaines supplémentaires, mais nous avons convenu entre nous que compte tenu de la destination de l'immeuble, les personnes qui s?y trouvaient devraient évacuer spontanément les lieux. Je ne parle pas d?expulsion.

Mais je pense qu'il serait de mauvais aloi, y compris pour les animateurs de ce collectif, de mettre en opposition le logement des jeunes avec le logement des foyers de travailleurs migrants. Nous ne le souhaitons pas. Nous réaffirmons clairement notre priorité absolue, et dans des délais les plus rapides possibles, de la destination de cet immeuble. Renseignements pris encore ce matin, je peux vous confirmer que les travaux démarreront bien à la fin du mois d'octobre et que le 29 ou 30 octobre, les entreprises se présenteront pour faire des travaux. D'ailleurs, aujourd'hui, les résidents peuvent constater que de nombreuses entreprises sont là pour faire des métrés, préparer le travail.

Je compte sur votre soutien pour expliquer aux jeunes présents qu'il y a nécessité absolue à partir dans les délais impartis, dans le respect mutuel, comme nous nous le sommes dit lors d?échanges dans une réunion tripartite entre Adoma, la Ville de Paris, et le collectif.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à Mme Pascale BOISTARD.

Mme Pascale BOISTARD, adjointe. - C'est avec une certaine surprise que j'ai pris connaissance du v?u des élus du groupe communiste et élus du parti de gauche.

En effet, au Conseil de Paris des 6, 7 et 8 juillet dernier, ce même groupe, avec Mme la maire du 20e, m'interpellait, avec raison, sur la nécessité et l'urgence de trouver des sites pour permettre la réhabilitation des foyers de travailleurs migrants et la création de logements pour leurs résidents, et j'y avais apporté mon soutien.

Le 14 passage de la Bonne Graine est d?ailleurs "le" témoignage de ce travail en cours et de la volonté de la mairie du 11e arrondissement de s'y investir.

Mais aujourd'hui, ce que nous demande en partie ce v?u n?est ni plus ni moins de valider la mise en concurrence de deux catégories de citoyens parisiens confrontés à des problématiques de logement, les uns en tant qu'étudiants, les autres en tant que travailleurs migrants vivant aujourd'hui, pour la plupart, dans des conditions indignes, et qui sont eux aussi des Parisiens à part entière.

La politique de la Ville de Paris a toujours été de trouver des solutions pour tous, et non pas de les opposer.

Je nous propose donc de continuer ainsi et vous l'aurez compris, je vous invite comme Jean-Yves MANO à retirer ce v?u.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. Monsieur BROSSAT, maintenez-vous ou retirez-vous ce v?u ?

M. Ian BROSSAT. - Si vous permettez que je réponde.

D'abord, ici, personne n'oppose, personne ! Les travailleurs migrants et les étudiants de l'autre, et lorsqu'on entend ce que disent aujourd'hui les animateurs du collectif Jeudi Noir, il n'est jamais question d'opposer ces deux catégories entre elles.

Par ailleurs, j'entendais dans la bouche de Pascale BOISTARD l?expression de mise en concurrence.

Moi, je fais partie d'un parti qui n'est pas favorable à la mise en concurrence, voilà !

Par ailleurs, je pense que l'on n'a pas intérêt non plus à faire preuve d'agressivité à l'égard de gens qui se battent pour le logement étudiant et qui sont aussi favorables à ce que l'on ait plus de foyers de travailleurs migrants.

Par conséquent, nous allons maintenir ce v?u, vous l'aurez évidemment compris.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche assorti d'un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.