Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DVD 239 - Subvention pour l'achat de vélos à assistance électrique pour les Parisiens, ainsi que les commerçants, artisans et réparateurs implantés à Paris pour la pratique de leurs activités.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DVD 239.

M. Denis BAUPIN a la parole.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Une intervention pour dire que nous nous réjouissons de ce projet de délibération. Nous avions exprimé, lorsque la Ville avait adopté le principe d'une aide pour l'achat de deux-roues motorisés électriques nos regrets que les vélos à assistance électrique ne soient pas inclus dans le dispositif.

Nous avions proposé que nous avancions en la matière et nous avons été entendus. Ce projet de délibération va permettre de soutenir le développement des vélos à assistance électrique. C?est un élément important, parce qu?il y a une partie du public potentiel pour l?utilisation du vélo qui, soit du fait de l'âge ou du fait de faiblesses physiques, soit parce que les trajets comportent des pentes - nous avons quelques pentes un peu raides à Paris - se voit privé de l?utilisation du vélo. Avec le vélo à assistance électrique, ces handicaps sont compensés. C?est donc une excellente nouvelle que le dispositif soit étendu au vélo à assistance électrique.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame VERON, je suis désolé, M. BAUPIN était inscrit avant. Je vous donne maintenant la parole.

Mme Pauline VERON. - Merci, Monsieur le Maire.

Depuis 2001, et grâce à une politique volontariste et ambitieuse en la matière, la pratique du vélo s'est fortement développée dans la capitale. Selon les statistiques, le nombre de vélos à Paris a plus que doublé entre 2001 et 2008. Le vélo représente 3 % des déplacements à Paris, dont un tiers à Vélib?, et le rythme de progression annuelle reste soutenu.

Nous devons nous féliciter de cette évolution en matière de déplacement, tant elle est positive. Bien évidemment, d?un point de vue environnemental mais aussi parce qu?elle permet une circulation générale plus apaisée.

Ce projet de délibération, qui crée une subvention pour l?acquisition d?un vélo à assistance électrique, conformément au v?u adopté lors du Conseil de Paris de mars dernier, comme Denis BAUPIN vient de le rappeler, vise à accompagner et à amplifier ce phénomène.

Le vélo à assistance électrique est encore aujourd'hui peu connu en France, contrairement à d'autres pays européens. En Allemagne, par exemple, plus de 100.000 vélos électriques ont été vendus en 2008. Aux Pays-Bas, ils représentent déjà un quart du marché des vélos avec 125.000 modèles vendus en 2008. En France, dans le même temps, seulement 8.000 exemplaires ont été vendus, ce qui prouve l'importance de la marge de progression.

Le vélo à assistance électrique présente pourtant de nombreux avantages : équipé d?un moteur et d?une batterie qui déclenche une assistance au pédalage, il permet par rapport au vélo classique de gagner du temps et de limiter l?effort physique fourni. Il est possible ainsi de se déplacer à vélo sur des distances beaucoup plus longues, par exemple de traverser Paris ou de rejoindre son lieu de travail en banlieue.

Il peut donc inciter à la pratique du vélo de nombreuses personnes aujourd'hui réticentes, au regard de certains efforts physiques parfois nécessaires. Son principal inconvénient, qui explique en partie son développement limité, est aujourd'hui son prix puisqu'il coûte entre 800 et 2.000 euros. Grâce à cette nouvelle subvention, fixée à 25 % du prix d?achat dans la limite de 400 euros par matériel neuf acheté, nous allons fortement réduire cette barrière du prix, comme nous l'avons déjà fait pour encourager l'acquisition de scooters électriques.

Je vous invite donc à voter favorablement ce projet de délibération, qui est une illustration supplémentaire de notre volonté politique de diversifier l'offre de déplacements non polluants et économiques, et ainsi de proposer aux Parisiennes et aux Parisiens un véritable bouquet de mobilité.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Je donne la parole à Mme Annick LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe, au nom de la 3e Commission. - Merci.

Je ne vais pas développer ce qu'est le vélo à assistance électrique, parce que Pauline VERON vient de très bien le faire. Je vais juste préciser qu'aujourd'hui nous souhaitons élargir et compléter l'offre de transports propres que nous développons depuis plusieurs années maintenant à Paris. Je pense bien sûr au tramway, aux offres de bus, aux navettes fluviales avec Voguéo, au système de vélo en libre service avec Vélib? et prochainement, nous en avons parlé à l'instant, des voitures électriques avec Autolib?.

Nous prenons ces initiatives qui visent à mettre en place une offre de transport diversifiée. À cela s'ajoute aujourd?hui la possibilité pour les particuliers d'avoir une aide financière à l'achat d'un deux-roues électrique. Si nous avions - je réponds juste quelques secondes à Denis BAUPIN -, peut-être de façon rapide mais nous l'assumons, voté il y a quelques mois une délibération qui ne concernait que les scooters électriques, c'était parce que d'abord le Maire s?y était engagé auprès des Parisiens, pendant la campagne municipale. Deuxièmement, à cette époque, dans notre esprit, c'était pour compléter la subvention qui était donnée par l'ADEME, donc par l'Etat, de 400 euros aux constructeurs de scooters électriques et non aux particuliers. Mais vous imaginez que si nous avions pu cumuler les deux, cela faisait une aide pour le particulier de 800 euros. Là, je pense que nous aurions pu connaître un véritable bond des deux-roues électriques.

Malheureusement, comme vous le savez, Monsieur BAUPIN, l?ADEME, depuis décembre 2008, a supprimé cette aide de 400 euros. Donc il est tout à fait judicieux, et nous nous rejoignons sur cette mesure, d?ajouter aujourd?hui les vélos à assistance électrique. On peut le voir avec des exemples dans d'autres villes - je pense à Aix les Bains - où le succès de ces vélos à assistance électrique est extrêmement fort.

Nous espérons donc que ce sera un pas supplémentaire pour inviter et inciter nos concitoyens à rouler avec des véhicules plus propres, moins polluants, et sans doute moins dangereux.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 239.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2009, DVD 239).