Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Condoléances.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2009


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, le Conseil de Paris a appris avec tristesse le décès survenu le 9 août 2009 de Jean-Charles Lepidi, ancien Député, ancien Conseiller municipal de Paris, ancien Conseiller général de la Seine. Durant la Seconde Guerre mondiale, Jean-Charles Lepidi refusa le service du travail obligatoire et participa à 21 ans à la Résistance dans les maquis de province.

(Les Conseillers se lèvent).

Il fut en 1958 élu Député de la 8e circonscription de la Seine, circonscription formée par le 10e arrondissement de Paris sous l'étiquette UNF et réélu en 1962 et en 1967. Il siégea sur les bancs de l'Assemblée parisienne de mars à juin 1965. Il fut membre de la 7e Commission, ainsi que de la Commission mixte du travail et du chômage.

Au nom du Conseil de Paris, en mon nom personnel, j'exprime à sa veuve, à ses enfants, à ses petits-enfants ainsi qu'à sa famille, les condoléances de notre Assemblée.

(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).

Mes chers collègues, c'est avec une immense tristesse que nous avons appris la disparition dimanche matin de Pierre-Christian Taittinger. Son nom, son élégance, sa fidélité faisait de lui une figure marquante de la vie municipale.

(Les Conseillers se lèvent).

Associé de façon fusionnelle avec ce 16e arrondissement, dont il fut le maire de 1989 à 2008, Pierre-Christian Taittinger, c'est d'abord l'expression si rare d'une certaine relation à la vie démocratique.

Engagé au sein du Mouvement des républicains indépendants, ancien Ministre, Sénateur de Paris de 1968 à 1995, partout il laissera l'empreinte d'un homme inspiré par des valeurs, soucieux du bien commun et dont la démarche alliait constance des convictions et respect de chacun.

Cette énergie et cette dignité, c'est en ce lieu, le Conseil de Paris, qu'il les manifesta sans relâche au service de nos concitoyens depuis 1953.

Quelques heures avant de prononcer, ici même, à cette place, un émouvant discours qui donnait en quelque sorte le coup d?envoi de la présente mandature, le doyen de notre Assemblée s'était confié à un grand quotidien. Pierre-Christian Taittinger exprimait - ce sont ses mots - "un vrai bonheur depuis cinquante-cinq ans". Puis, malicieux, il évoquait la date de sa première élection en 1953.

"J'étais alors, se souvenait-il, le benjamin des élus avec Léa KRASUCKI", la femme d?Henri. Il se remémorait aussi avec intensité ces deux années entre 1962 et 1964 durant lesquelles il présida le Conseil municipal. "J'ai reçu, disait-il le Chancelier Adenauer, premier chef d'Etat allemand à revenir en France après la guerre".

Oui, Pierre-Christian Taittinger était un témoin, un acteur lucide dont le regard subtil fut toujours dédié à des causes nobles, à une conception exemplaire de l'engagement politique. Homme de culture, spécialiste du monde arabe, il fut membre de la délégation française à l'Onu en 1978. Mais cette curiosité insatiable, cet appétit raffiné pour tout ce qui est divers allait de pair avec le goût du résultat, celui du décideur actif.

Mes chers collègues, travailler pendant toutes ces années avec une telle personnalité fut pour nous, fut pour moi, une véritable chance et même un privilège. Cette alchimie singulière entre exigence morale et finesse de l'humour transformait sa présence en une vraie source d'enrichissement humain.

Je conserve la mémoire d'un homme libre, direct, pugnace lorsqu'il défendait ses dossiers, mais épris de dialogue parce que telle était sa culture profonde.

Par delà les arcanes de l'Hôtel de Ville, nous nous croisions souvent, notamment lors des rencontres sportives dont il était un grand amateur, et, pourquoi le cacher ?, les différences politiques cédaient alors le pas à une passion commune pour les couleurs de Paris.

Pierre-Christian Taittinger est parti subitement. Sa qualité d?écoute, son sens de la tolérance, son ouverture d'esprit nous manqueront, me manqueront. Mais notre cité ne l'oubliera pas et nous veillerons demain à inscrire son nom dans la trame de cet arrondissement qui lui était si cher.

A Marie-Louise TAITTINGER, son épouse, à Valérie sa fille, à ses petits-enfants, à toute sa famille, ainsi qu'à tous les habitants du 16e arrondissement, je veux dire respectueusement notre profonde émotion et notre solidarité.

Au nom du Conseil de Paris, et en mon nom personnel, nous les assurons de notre fidélité, de mon amitié et de ma fidélité.

(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).

Jean-François LAMOUR m'a demandé de pouvoir dire quelques mots.

M. Jean-François LAMOUR. - Merci, Monsieur le Maire.

Vous avez rappelé il y a quelques instants cet immense et unique parcours. Nous vous en remercions.

A travers ces propos, je tenais à vous dire que notre groupe, notre famille politique est douloureusement frappée par le décès de notre collègue et ami Pierre-Christian Taittinger, qu'une crise cardiaque vient d'arracher à l'affection des siens.

Je tiens à leur témoigner toute mon amitié, celle de tout notre groupe, au premier rang duquel nos collègues du 16e arrondissement, et leur dire que toutes nos pensées et nos sincères condoléances les accompagnent dans ce deuil qui les touche.

L?image de Pierre-Christian restera gravée dans nos mémoires et j?ai entendu, Monsieur le Maire, cette proposition qui était également celle du Maire du 16e, de définitivement marquer sa présence à Paris par un geste que vous avez exprimé.

Homme de c?ur et d?engagement, élu de proximité et homme d'Etat, incarnation de l'élégance en politique, érudit, avocat de formation, mais aussi héritier d'une des maisons les plus prestigieuses de France, Pierre-Christian Taittinger fut tout cela.

Grand élu de Paris, cet homme brillant a marqué de sa présence et souvent de son empreinte la vie politique et l'histoire de la Capitale. Toute sa vie, il a ?uvré pour Paris et ce 16e arrondissement qu'il adorait tant.

Il le servira si bien qu'il sera constamment réélu depuis 1953. Il aura su conserver la confiance de ses concitoyens, n'ayant jamais ménagé ses efforts pour les écouter et les défendre.

Il aura emporté l'estime, la sympathie et le respect de tous ceux qui l'ont côtoyé.

Tous conserveront le souvenir d'une figure politique, mue par un sens aigu de l'intérêt général, nourrie d'une réflexion prospective sur son temps et alimentée aux sources d'une grande culture.

Sa vie fut une synthèse achevée entre l'action et la réflexion, mais aussi entre le passé et l'avenir.

Cette fusion, il l'a lui-même exprimée ainsi dans son ouvrage, "Le 16e" : "Le respect de la tradition ne signifie pas l'immobilisme, l'amour du passé ne constitue pas un refus du progrès, le goût du beau et du raffiné ne traduit pas le choix de l'égoïsme. Sachons, au contraire, en promenant notre regard, affermir nos résolutions. Il est important de rendre à la Ville ce qu'elle nous a donné. Gardons-nous d'oublier que d'autres yeux jugeront un jour cet héritage et retenons avec humilité cet enseignement du temps qui scintille éternellement. L'avenir n'est pas à découvrir, mais il convient de l'inventer." Ainsi pensait notre collègue et ami. Son absence dans cet hémicycle est un grand vide.

Que Mme TAITTINGER, sa fille, son frère, sa s?ur, sa famille et ses amis veuillent bien trouver ici le dernier salut de notre groupe, unanimement recueilli, à notre ami Pierre-Christian.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.

Jean-Yves MANO ?

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - C'est en effet un honneur pour moi de rendre hommage à Pierre-Christian Taittinger, cet homme qui, en 1995, m?a accueilli comme premier conseiller de Paris d'opposition au sein du 16e arrondissement. Nos échanges en direct au Conseil d?arrondissement laissaient bien évidemment apparaître nos divergences, mais ceci dans un respect mutuel et dans une immense courtoisie.

De par son style, Pierre-Christian Taittinger était très représentatif du 16e arrondissement, que ce soit par son parcours personnel et ses différentes fonctions privées ou bien comme homme engagé en politique au parcours remarquable, vous l?avez souligné : Ministre, Sénateur, Président du Conseil de Paris, Maire du 16e et, pendant de très nombreuses années, membre de notre Assemblée.

Homme de culture, Pierre-Christian Taittinger a su faire bénéficier les habitants de notre arrondissement de sa passion pour les artistes ou les événements historiques à travers ses célèbres conférences attirant un très nombreux public.

Cet homme a su, au-delà des postures politiciennes, toujours choisir l'intérêt général des Parisiens, même si cela troublait parfois la quiétude du 16e arrondissement.

Cet homme a su prouver que l'élégance dans les propos ou dans les actes politiques n'était pas surannée et j'aurai toujours en mémoire les comptes rendus de mandat que vous organisiez, Monsieur le Maire, auxquels Pierre-Christian Taittinger vous accueillait avec une certaine solennité, faisant une brève déclaration, avant de s'éclipser discrètement, vous permettant un dialogue direct avec les habitants. C'est, à mes yeux, cela l'élégance politique et Pierre-Christian Taittinger fut en cela un exemple.

Permettez-moi, au nom du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés de présenter nos sincères condoléances à sa famille.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.

Mes chers collègues, nous allons interrompre la séance quelques instants avant de reprendre nos travaux.