Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DU 67 - ZAC "Boucicaut" (15e). - Désignation du concessionnaire. - Approbation du traité de concession. - Autorisation à la SEM "PariSeine" de déposer des demandes d'autorisation d'urbanisme.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2009


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DU 67 relatif à la Z.A.C. "Boucicaut" (15e). - Désignation du concessionnaire, sur lequel le groupe U.M.P.P.A. a déposé l'amendement n° 77.

Je donne la parole à M. François VAUGLIN, pour le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.

M. François VAUGLIN. - C?est fort volontiers que je porterai la parole de mon groupe sur ce sujet, même si le débat sur le fond a essentiellement eu lieu.

En tant que Conseiller de Paris non élu du 15e arrondissement, l'échange qui vient d'avoir lieu m'évoque deux réflexions.

La première concerne les modifications qui ont été apportées au projet par les amendements qui avaient été présentés par le groupe U.M.P. sur les deux projets de délibération DU 66 et DU 67.

Concernant l?évolution du projet culturel, elle porte sur moins de 10 % de la surface totale, dont je rappelle qu'elle fait près de 3 hectares.

Ce qui est proposé de modifier dans le traité de concession sur ce projet de délibération DU 67, c'est de diminuer la réalisation de logements et, en particulier, de faire porter toute cette diminution sur la réalisation du logement social, puisqu'on diminuerait de 4.000 mètres carrés la réalisation de logements en passant de 29.750 à 25.700 et que ces 4.000 mètres carrés sont entièrement soustraits à la réalisation de logement social, ceux-ci passant de 14.750 à 10.700 mètres carrés.

En tant qu'élu de l'Est parisien, j'appelle mes collègues de l'Ouest à pas trop d'égoïsme et à faire que chacun porte un petit peu l'effort pour la réalisation de logements sociaux sur l'ensemble de Paris, car la mixité sociale, ce n'est pas seulement faire du logement social à l'Est et des équipements à l'Ouest.

Je pense que ce projet, qui est une opportunité foncière unique à Paris, permet de réaliser cet objectif que nous portons.

Dernier élément, pour souligner l'équilibre du projet qui nous est présenté, puisqu'on voit réaliser du logement privé, du logement social, de l?activité économique, des entreprises, des équipements publics, culturels, pour le handicap, une crèche, une école, un jardin. Bref, c'est tout un morceau de ville qui est reconstruit dans cette Z.A.C. "Boucicaut" et c?est donc aussi avec un grand enthousiasme que le groupe socialiste soutiendra ce projet de délibération.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour répondre, je donne la parole à M. Bernard GAUDILLÈRE sur le projet de délibération DU 67.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, au nom des 1ère et 8e Commissions. - Oui.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Si vous souhaitez répondre.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, rapporteur. - Je n'ai pas très bien compris si le groupe U.M.P.P.A. maintenait ou non l'amendement n° 77, puisque l?amendement n° 77 n'était que la reprise de l'amendement n° 74 qui a été rejeté, donc je suppose que l?amendement n° 77 est retiré.

M. Jean-François LAMOUR. - On va vous dire cela tout à l'heure, Monsieur GAUDILLÈRE.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, rapporteur. - Très bien. Je ne le savais pas.

Dans ce cas-là, Monsieur le Maire, je répondrai peut-être quand les orateurs de l'U.M.P.P.A. auront développé leur argumentation.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - J?avais cru comprendre que les interventions avaient été groupées sur le précédent projet de délibération, mais vous voulez peut-être présenter l'amendement dans ces conditions.

M. Jean-François LAMOUR. - Une explication de vote sur le projet de délibération.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Une explication de vote sur le projet de délibération?

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Après la réponse de l'adjoint.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, rapporteur. - Je n'ai strictement rien à répondre, car l'amendement n° 77 est repris mot pour mot - je les ai comparés - de l'amendement n° 74 ; la réponse sur l'amendement n° 74 résulte largement du projet de délibération précédent.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - L'avis de l'Exécutif sur cet amendement n° 77 est donc? ?

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, rapporteur. - Défavorable.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je donne la parole à M. LAMOUR pour une explication de vote du groupe U.M.P.P.A.

M. Jean-François LAMOUR. - Ce débat éclaire finalement à nouveau le mépris avec lequel l'Exécutif municipal traite des propositions d'amendements et de v?ux de l'opposition, en particulier lorsqu'il s'agit d'un sujet de proximité comme celui de l'aménagement de la Z.A.C. "Boucicaut".

Je répondrai également à notre collègue François VAUGLIN quand il nous donne des leçons en matière de logement social.

Le 11e arrondissement affiche l'un des plus faibles taux en matière de logement social qui puisse exister dans la Municipalité parisienne. Nous n'avons pas de leçons à recevoir de vous, d'autant qu'il y avait 90.000 mètres carrés constructibles à Boucicaut et que la Ville n'en a finalement utilisé que 50.000.

Bernard GAUDILLÈRE, lorsque, encore une fois, on diminue la surface utile en matière de vie associative et qu'on nous dit finalement que 1.100 ou 700 mètres carrés sont sensiblement la même chose, demandez donc aux associations locales qui souffrent d'un manque de mètres carrés disponibles pour vivre leur activité, leur passion en direction de la population du 15e arrondissement, demandez-leur si finalement, voir disparaître 400 mètres carrés de local associatif, ce n'est rien.

C'est particulièrement important. C'est cela, le bon équilibre. La mixité sociale, la création de logement social, nous y sommes favorables, mais dans un équilibre qui permet effectivement d'avoir une vie associative particulièrement bien développée et équilibrée.

C'est une honte, je dis bien une honte, que d'entendre que l'on perd 400 mètres carrés de local associatif et que finalement, Mesdames et Messieurs les Conseillers de Paris, cela ne vous fait rien.

Lorsqu'on évoque l'accès à la culture, je reprends ce qu'a dit Anne HIDALGO quand elle a parlé du Conservatoire.

Si j'ai bien compris, vous voulez que nos jeunes et les moins jeunes pratiquent la culture dans la rue. C'est assez nouveau.

Je souhaite dire aux Parisiennes et aux Parisiens, parents d'enfants en bas âge et qui veulent avoir accès à la culture, en particulier, dans le champ d'un Conservatoire, accès à la musique, qu'ils joueront du violon et du piano dans la rue.

C'est une conception effectivement assez nouvelle de la pratique culturelle à Paris ainsi qu'un peu partout en France et dans le monde.

Je trouve également particulièrement scandaleux qu'on nous oppose à la création d'un nouveau Conservatoire que semble-t-il nous sommes bien dotés, alors que je le rappelle, le 15e arrondissement est le plus peuplé de Paris avec 235.000 habitants.

Il ne s'agit pas d'être à l'Ouest ou à l'Est de l'arrondissement, cependant, la population de cet arrondissement mérite un second Conservatoire où apprendre à jouer des instruments, où apprendre la pratique musicale.

Les arguments que vous avez opposés à des v?ux et des amendements raisonnables et de bon sens ne démontrent qu'une chose : vous considérez le Conseil de Paris comme une simple chambre d'enregistrement, une simple chambre d'information et absolument pas comme un lieu de débat, un lieu où améliorer les projets de délibération et les projets que nous portons collectivement.

Encore une fois, vous démontrez votre sectarisme et votre volonté à chaque fois de mettre de côté les avis des équipes municipales d'arrondissement.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Monsieur Bernard GAUDILLÈRE ?

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, rapporteur. - Quelques mots.

M. Jean-François LAMOUR. - C'est une explication de vote.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Il va vous répondre au nom de l'Exécutif. Il y a eu de multiples prises de parole.

J'ai été relativement souple dans l'application des temps de parole. Bernard GAUDILLÈRE va prendre la parole relativement brièvement et clore ce dossier.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, rapporteur. - Je vais prendre la parole avec la concision qui me caractérise.

Premièrement, sur les locaux associatifs, Monsieur LAMOUR, et à tous les élus du 15e arrondissement, je rappelle qu'en matière de locaux associatifs, nous avons une réalisation qui est en projet, qui va bientôt se faire à quelques dizaines ou centaines de mètres de l'hôpital Boucicaut, c'est le "Patronage Laïque".

Le "Patronage Laïque" qui est un local associatif de longue date, que bien des habitants du 15e arrondissement connaissent, avait été voué à la démolition par la précédente Municipalité et c'est cette Municipalité qui, en 2001, l'a sauvé. Très bientôt, sa réhabilitation donnera lieu à une augmentation, une multiplication des mètres carrés associatifs.

C'est le premier point.

Deuxièmement, sur les logements sociaux, Monsieur LAMOUR, je ne doute pas une seconde de ce que vous avez dit sur votre extrême faveur pour les logements sociaux.

Simplement, je constate, et tout le monde peut le constater, que lorsque nous présentons dans le 15e arrondissement des projets de logements sociaux, la plupart du temps, comme par hasard, ils ne sont pas au bon endroit, ils ne sont pas à la bonne architecture, ils ne correspondent pas à la mixité que vous souhaitez.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

C'est un fait et c'est un fait que je regrette.

(Protestations sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. Claude GOASGUEN, maire du 16e arrondissement. - On n'a jamais voté contre.

M. Jean-François LAMOUR. - Je demanderai une explication de vote, Monsieur le Maire.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, rapporteur. - Au-delà du problème spécifique du 15e arrondissement, je répète ce que j'avais dit lors de la dernière réunion budgétaire, celle de décembre. Je suis très étonné de voir la contradiction constante dans les discours de la Droite entre une affirmation de principe favorable au logement social et sa réaction concrète sur les projets que nous présentons.

Dernier point, puisque j'ai promis à M. le Maire d'être concis, je le serait, il s'agit du Conservatoire.

Au contraire de ce que pense M. LAMOUR, semble-t-il, la proposition d'utiliser pour faire des classes de conservatoire d'autres locaux que des locaux spécifiquement dédiés à un conservatoire, par exemple des locaux d'école, est une excellente proposition, elle permet d'utiliser de manière bien meilleure des équipements publics financés par la collectivité.

Je termine en disant à Jean-François LAMOUR qu'il a raison lorsqu'il nous dit qu'il faut essayer de trouver des économies.

Mieux utiliser les équipements publics dans l'intérêt des Parisiens est une source d'économies.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Monsieur le Président LAMOUR, vous souhaitez conclure le débat.

Je vous donne la parole en vous demandant d'être bref également.

M. Jean-François LAMOUR. - Je vous remercie de me donner une nouvelle fois la parole.

Monsieur GAUDILLÈRE, je vous mets au défi de trouver un projet de délibération en matière de production de logement social pour lequel nous ne nous sommes pas positionnés favorablement depuis le début de la mandature. Dans le 15e arrondissement, pas une.

Vous pouvez rire autant que vous le voulez, Madame HIDALGO.

En revanche, nous nous sommes effectivement opposés aux tours de logement social de 50 mètres. L'empilement des problèmes sociaux, on n'en veut pas, on n'en veut nulle part dans Paris. C'est une certitude.

Sur le logement social bien construit, bien intégré, cherchez un projet de délibération auquel nous nous sommes opposés. Je parle de la production de logement. Quant à l'architecture c'est autre chose, on peut avoir notre avis.

On a l'impression que d'un côté il y a la vérité et de l'autre l'ignorance. C'est ce que vous nous dites en permanence. C'est tout le temps comme cela.

C'est un mensonge, Monsieur GAUDILLÈRE, trouvez des exemples dans ce domaine.

Pour autant, en tant qu'explication de vote, Monsieur le Président, nous maintenons ce vote et nous abstiendrons sur le projet de délibération.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous passons aux opérations de vote.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement n° 77 déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition d'amendement n° 77 est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 67.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DU 67).