Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

56 - 1999, ASES 104 - Subvention à l'association "Fédération de Paris du Secours populaire français" (9e). - Montant : 113.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1999


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons au projet de délibération ASES 104 concernant une subvention à l'association "Fédération de Paris du secours populaire français".
Je donne la parole à Mme SCHERER.
Melle Sylvie SCHERER. - Merci.
Monsieur le Maire, mes chers collègues, je ne peux que me satisfaire que notre collectivité accorde une subvention de 113.000 F au Secours populaire français pour toutes les actions sociales que cette structure mène auprès de la population parisienne en difficulté.
Cependant, la Ville de Paris accorde, depuis six ans, la même subvention au Secours populaire alors que la délibération spécifie que "les actions sociales développées par cette association revêtent un intérêt certain pour la collectivité parisienne et qu'elle aide les personnes démunies sur tous les plans afin de résorber la fracture sociale".
Par ailleurs, l'association présente, pour cette année, un budget beaucoup plus important correspondant à la mise en conformité et à l'aménagement de locaux pour y développer son activité et il me semble que la collectivité aurait pu, cette année, faire un effort supérieur à celui consenti les exercices précédents.
D'autre part, il semble que le Secours populaire français ait saisi la collectivité parisienne d'un projet de foyer pour les moins de 25 ans, qui n'apparaît pas dans cette délibération, qui comprend un travail de suivi sur dix huit mois, menant à l'autonomie de ces jeunes en matière d'emploi et de logement.
Alors que l'âge moyen des S.D.F. ne cesse de baisser, ces projets sont non seulement dignes d'intérêt mais indispensables à Paris. L'expérience est déjà menée en banlieue par le Secours populaire et donne des résultats très satisfaisants.
Je me permets d'insister sur cela parce que j'ai eu, comme l'ensemble de mes collègues, ce petit document "guide pratique anti-galère 16-25 ans : trouver sa place à Paris" et j'ai eu la curiosité de feuilleter toute la partie qui correspond au logement. Je trouve que l'offre qui est proposée est sincèrement très insuffisante. Et puis, on trouve des annotations telles que "pour les personnes en voie de réinsertion, donc disposant d'un minimum de ressources, par exemple le R.M.I.". Quand c'est adressé à un public allant de 16 à 25 ans, cela me semble un peu dommage que les informations données, notamment au niveau du logement, soient aussi génériques.
Je souhaiterais donc savoir, en dehors du fait que je demande que la collectivité fasse un petit effort supplémentaire sur ce projet du Secours populaire, si la proposition de foyer qui a été soumise à Paris par le Secours populaire est actuellement à l'étude, et quelles sont les suites que nous comptons lui donner.
Je vous remercie.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Mme HERMANGE a la parole pour répondre à Mme SCHERER.
Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Réponse brève, Monsieur le Maire.
Je comprends les préoccupations de Mme SCHERER. La Fédération de Paris du Secours populaire français a sollicité au titre de 1998 une subvention de fonctionnement de 350.000 F afin de pouvoir financer l'ensemble de ses actions.
Comme nous sommes obligés de répartir la dotation financière afférente aux subventions aux associations qui sont nos partenaires pour lutter contre la fracture sociale, il a été décidé de soumettre au Conseil municipal la reconduction de la subvention annuelle de 113.000 F attribuée à l'association et de soumettre au Conseil général l'attribution d'une subvention exceptionnelle de 237.000 F.
Ainsi, la collectivité parisienne a accordé à la Fédération de Paris du Secours populaire français une subvention du montant que celle-ci avait sollicitée.
Je peux vous dire qu'avec Mme CATALA, nous étudions le projet dont vous avez parlé. Je ne doute pas que, prochainement, le Département de Paris s'en saisira.
Merci.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Madame HERMANGE.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 104.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, ASES 104).