Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

53 - 1999, DPA 204 - Approbation du principe de la création d'une bibliothèque - centre de documentation pour l'école élémentaire, 87, boulevard Arago (14e). - Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer les demandes de permis de démolir et de construire pour la réalisation de l'opération

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1999


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DPA 204 relatif à la création d'une bibliothèque - centre de documentation pour l'école élémentaire, 87, boulevard Arago.
La parole est à Mme BACHE.
Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Maire.
Monsieur le Maire, je serai assez rapide sur ce sujet, car j'ai déjà eu l'occasion de vous demander par écrit de retirer cette délibération de l'ordre du jour. Pourquoi ? Parce que ce projet n'est pas bon et vous le savez, parce qu'il est rejeté par toute l'équipe enseignante de l'école du 87, boulevard Arago et par l'ensemble des parents d'élèves, 159 sur 223 vous ont d'ailleurs adressé une pétition à ce sujet.
Bien sûr ce n'est pas le projet de création d'une bibliothèque centre de document qui est en cause. Cet ensemble est ardemment souhaité par tous, mais ce qui est en cause, c'est le choix du lieu de cette construction, une partie de la cour de récréation.
J'attire à nouveau votre attention sur le fait que la cour de récréation est déjà très petite : 750 mètres carrés alors que si cette école était construite aujourd'hui, on exigerait une surface de 1.200 mètres carrés. Vous voyez la différence.
De plus, le local des dames de service passerait de 21 mètres carrés à 16 mètres carrés et perdrait tout éclairage naturel. Ne me répondez pas, Monsieur le Maire, comme cela a déjà été, que l'endroit de la cour de récréation qui disparaît est un simple recoin non utilisé.
Bien au contraire, il a été particulièrement choisi, étant protégé, pour permettre aux jeunes enfants du cours préparatoire de s'adonner à des jeux plus calmes à l'écart de leurs aînés, un peu plus turbulents. Aussi les parents d'élèves et l'équipe enseignante sont prêts à travailler avec les services de la DASCO, qui sans doute veulent travailler et se concerter autant que la Direction des Parcs et Jardins, pour proposer une solution alternative.
En conséquence, si vous ne voulez pas retirer ce projet de délibération, je vous demande à tout le moins de faire voter séparément les deux articles, ce qui nous permettrait d'approuver le principe de la création de la bibliothèque centre de documentation que personne ne remet en cause tout en refusant la réalisation de celle-ci dans les conditions actuelles.
Je vous remercie.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Je donne la parole à M. CASTAGNOU.
M. Pierre CASTAGNOU. - Monsieur le Maire, chers collègues, nous avons aujourd'hui à nous prononcer sur la création d'une bibliothèque - centre de documentation à l'école élémentaire, 87, boulevard Arago, dans le 14e.
Nous sommes, bien entendu, favorables au principe de création d'un tel équipement. Qui pourrait s'y opposer ? L'école Arago est la seule du 14e arrondissement à ne pas avoir à ce jour de bibliothèque centre de documentation.
En revanche, nous ne sommes pas d'accord avec le projet retenu par la Ville tel qu'il est présenté dans l'exposé des motifs. En effet, la bibliothèque de 80 mètres carrés serait créée par emprise sur la cour de récréation et le local des employés de service de l'établissement. Or, la cour, dont la surface de 750 mètres carrés serait amputée de plus de 70 mètres carrés, est déjà trop exiguë pour l'accueil et les jeux des quelque 280 enfants qui s'y retrouvent tous ensemble. Ces enfants sont privés de nombreux jeux en raison des heurts qui se produisent trop souvent entre eux dès qu'ils se mettent à courir. Ils ne peuvent donc se détendre dans de bonnes conditions pendant la récréation. J'ajoute que la superficie de la cour est d'ailleurs très inférieure à celle prévue par les normes en cas de construction neuve, à savoir 1.200 mètres carrés pour une école de 11 classes, alors qu'à l'heure actuelle la superficie est seulement de 750 mètres carrés, je le rappelle.
La direction, l'équipe enseignante ainsi que les parents d'élèves, toutes associations confondues, ont depuis longtemps souhaité que cet équipement voie le jour. Mais, comme vous le savez, ils s'opposent à votre projet pour les mêmes raisons que celles que je viens d'indiquer. Ils ont notamment fait une proposition alternative consistant à installer la bibliothèque dans les sous-sols de l'école, puisque la surface disponible existe. Cette proposition n'a pas fait l'objet par les services de la Ville d'une étude comparative complète dont le contenu et les conclusions auraient été communiqués à la communauté scolaire.
Il est évident que le projet que vous nous soumettez va à l'encontre de l'intérêt des enfants, pour qui la cour de récréation est un élément essentiel de la qualité de la vie scolaire.
Mon collègue Serge BLISKO et moi-même avons écrit à M. l'Adjoint au Maire chargé des Affaires scolaires pour que le projet de création élaboré par la Ville - dont le principe n'est pas remis en cause - soit réexaminé en concertation avec la communauté scolaire d'Arago.
M. REINA vient de nous répondre que le projet de délibération d'aujourd'hui a, je le cite : "une portée essentiellement procédurale et ne préjuge donc pas du détail du projet qui sera finalement réalisé", avant d'évoquer plus loin dans sa réponse - ce qui est contradictoire à nos yeux, et je cite à nouveau - "le schéma qui semble devoir être retenu". Or, le choix de la Ville est déjà fait. N'est-il pas en effet écrit dans l'exposé des motifs que, je cite de nouveau, "le programme de l'opération comprend la création d'un bâtiment au rez-de-chaussée par emprise sur la cour et des locaux adjacents" ?
C'est à ce programme, Monsieur REINA, que correspondent les demandes de permis de démolir et de construire que vous nous demandez d'autoriser.
Aussi, pour conclure et puisque vous avez refusé jusqu'à présent, alors que nous vous l'avons demandé, de reporter le vote de cette délibération - mais il n'est pas encore trop tard pour le faire - nous demandons, comme ma collègue Mme BACHE vient de le faire, de procéder, ce qui est de droit, à un vote disjoint sur chacun des deux articles.
Si vous maintenez le vote sur ce projet, nous voterons l'article premier approuvant le principe de création d'une bibliothèque centre de documentation, mais nous voterons contre l'article 2, puisque nous ne nous sommes pas d'accord avec le projet que vous avez retenu. Mais dans les ultimes secondes qui nous séparent de la décision que vous allez prendre, je continue d'espérer puisqu'il y a quelques minutes vous nous avez annoncé le retrait d'un projet de délibération concernant l'aménagement d'un jardin, sachant probablement qu'un certain nombre d'élus de cette Assemblée allaient voter contre.
Je continue d'espérer, Monsieur le Maire.
Merci.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci, cher collègue.
Je donne la parole à Mme MARCHIONI.
Mme Mireille MARCHIONI. - Le projet qui nous est soumis vise à équiper l'école élémentaire du 87, boulevard Arago d'une bibliothèque-centre de documentation.
Nous approuvons sans réserve cette décision qui répond à une demande formulée de longue date par les parents et les enseignants.
La mise en ?uvre de ce projet, en revanche, pose problème et soulève de vives protestations parmi les parents comme l'ont souligné les précédents intervenants. En effet, vous nous proposez de réaliser cet établissement par emprise sur la cour de récréation dont la surface est déjà aujourd'hui inférieure de plus d'un tiers à ce qu'elle devrait être au regard des 11 classes que comporte cette école élémentaire.
Il arrive d'ores et déjà que les enseignants soient conduits pour des raisons de sécurité à interdire aux élèves la pratique de certains jeux. Que resterait-il donc comme espace aux élèves pour se détendre et profiter, comme il se doit, de la récréation si l'on amputait encore la cour d'une surface non négligeable ?
Je voudrais rappeler à cette occasion que beaucoup trop d'écoles parisiennes ont une cour de récréation de surface insuffisante ce qui pose un vrai problème, y compris d'un point de vue pédagogique.
Dans le cas de l'école du boulevard Arago, vous présentez la solution retenue comme la seule possible. Or, il semble que la Direction du Patrimoine ait mis à l'étude plusieurs autres projets de construction. Nous vous demandons, Monsieur le Maire, de nous expliquer pourquoi ils ont été abandonnés.
Nous vous demandons aussi de différer cette décision concernant la mise en ?uvre de votre projet et d'ouvrir des discussions avec les enseignants et parents dont les deux tiers vous ont d'ailleurs adressé une lettre pour réclamer la construction de cette bibliothèque sans qu'il y ait réduction de la surface de la cour de récréation.
Merci.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, communiste et du Mouvement des citoyens).
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - M. OGÉ étant absent, je donne la parole à M. REINA pour répondre.
M. Vincent REINA, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voudrais avant tout rassurer Mme BACHE, M. CASTAGNOU et Mme MARCHIONI sur ce projet de délibération pour lequel d'ailleurs j'ai souhaité adresser une lettre aux élus qui m'avaient interpellé à ce sujet, y compris aux fédérations de parents d'élèves.
Je pensais avoir été clair dans ce courrier mais je vais l'être encore plus.
En liaison avec le Maire du 14e arrondissement, Lionel ASSOUAD et son premier adjoint, Pascal VIVIEN, et en accord avec eux, une réunion sera organisée prochainement avec la communauté scolaire afin de présenter les diverses hypothèses d'implantation qui ont été étudiées.
En tout état de cause, et je vous demande de prendre cela comme un engagement de ma part, rien ne sera fait contre l'avis de la communauté scolaire, c'est-à-dire par conséquent que la solution d'une création en sous-sol sera étudiée comme d'autres, mais rien ne sera fait contre l'avis de la communauté scolaire.
C'est un engagement de ma part. J'espère que cela répond aux inquiétudes des élus et des fédérations de parents d'élèves qui m'ont écrit à ce sujet. Je leur ai d'ailleurs répondu.
Sachez que dans cette affaire et après m'en être entretenu avec le Maire d'arrondissement et son premier adjoint, tout sera fait pour arriver à une solution acceptée par la communauté scolaire.
C'est pourquoi, Monsieur le Maire, je vous demande d'émettre un avis favorable sur ce projet de délibération.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris", "Paris-Libertés" et "U.D.F. et Modérés").
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Pour répondre à la demande des intervenants, je vais procéder à un vote par disjonction.
Je mets aux voix, à main levée, l'article premier du projet de délibération DPA 204.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
L'article premier du projet de délibération DPA 204 est adopté.
Je mets aux voix, à main levée, l'article 2 du projet de délibération DPA 204.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
L'article 2 du projet de délibération DPA 204 est adopté.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 204.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DPA 204).
Mes chers collègues, comme nous nous y étions engagés, il est pratiquement 21 heures 45 et nous allons suspendre la séance. Nous nous retrouverons demain matin à 9 heures 30 en formation de Conseil général à l'issue duquel nous procéderons à l'examen des projets de délibération des 5e, 6e et 7e Commissions.
Je vous remercie.
La séance est suspendue.