Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

5 - Communication sur le bilan des aides matérielles et financières apportées par la Ville de Paris au titre de l'aide humanitaire

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1999


M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, depuis 1998 la situation internationale a été caractérisée par une succession de catastrophes humanitaires. Fidèle à sa tradition la Ville de Paris, a tenu à apporter son soutien pour venir en aide aux victimes. Je souhaite dresser aujourd'hui devant vous un premier compte rendu.
S'agissant tout d'abord du cyclone Mitch, qui a ravagé à la fin de l'automne dernier le Honduras et le Nicaragua, le Conseil de Paris a voté une aide exceptionnelle de 1 million qui a été versée à la Fondation de France. Celle-ci a servi à financer divers opérateurs présents sur place. M. DELY, Ingénieur en chef des Services techniques, s'est rendu sur place.
Après évaluation, une mission technique a été consacrée à la reconstruction de maisons et d'infrastructures. Celle-ci a fait l'objet d'un rapport précis qui sera remis dès aujourd'hui à l'ensemble des Conseillers de Paris. Ce document témoigne du savoir-faire remarquable de nos agents.
Au cours du printemps 1999, le conflit du Kosovo a suscité un immense élan de générosité des Français et des Parisiens en particulier. Notre Assemblée a voté également une subvention de 1 million, auquel s'ajoutaient les dons des Parisiens pour un montant de plus de 400.000 F. Dès le mois d'avril la Conférence des présidents a procédé à la répartition de plus de 1 million de francs entre différentes organisations de solidarité internationale. L'opération dans le détail vous avait été communiquée à l'époque.
A la clôture du compte ouvert pour accueillir les dons, il reste 153.973 F, la Conférence des présidents a souhaité que cette somme soit affectée à une reconstruction caractérisée par la volonté de préserver le caractère multi-ethnique de cette province, il est apparu que cette somme pourrait permettre la réhabilitation d'une école dans la zone protégée par les troupes françaises de la K-FOR.
Au-delà de l'aide financière, je veux insister sur la mobilisation exemplaire de la Mairie de Paris et de l'Assistance publique des Hôpitaux de Paris pour apporter un secours matériel aux personnes déplacées et réfugiées. Ainsi, dans le cadre d'un partenariat Mairie de Paris - Croix-Rouge, 20 tonnes de denrées offertes par les Parisiens ont pu être rassemblées à l'Hôtel de Ville et dans les mairies d'arrondissement, triées, conditionnées et transportées grâce notamment au concours de dizaines d'agents municipaux.
Par ailleurs, à ma demande, l'Assistance publique des Hôpitaux de Paris a conduit trois missions en Albanie, une première mission d'évaluation menée par Marie-Thérèse HERMANGE, dès le mois d'avril 1999, permettant de déterminer les priorités. A partir de là, dans le cadre d'un partenariat étroit avec le Croix-Rouge, 50 tonnes d'équipements, de consommables, de médicaments, ont pu être envoyées.
En outre, deux missions d'appui spécialisé sont intervenues en mai et juin pour aider à la mise en service des matériels et contribuer à la formation des personnels. Enfin, je ne saurais passer sous silence l'efficace coopération engagée avec la D.A.S.S. de Paris pour l'accueil des réfugiés kosovars.
Troisième drame : les séismes qui ont provoqué officiellement 15.000 victimes en Turquie durant le mois d'août. Les transports automobiles municipaux ont mis à la disposition des véhicules pour le transport vers les aéroports parisiens des produits des diverses collectes organisées par l'Ambassade de Turquie à Paris et début septembre M. DELY s'est rendu en mission d'évaluation sur place. Ses contacts avec les autorités locales et consulaires lui ont permis d'identifier deux projets pilotés par des organisations françaises, sous l'égide de l'Ambassade de France et qui ont reçu l'agrément des autorités turques.
Le premier projet concerne la construction d'une école de 16 places, près de la Ville de Golchouk, menée par la Croix-Rouge avec des entreprises privées françaises présentes en Turquie. Le coût total est évalué à 10 millions de francs.
Le second projet, à l'initiative du Secours populaire français, vise à la réalisation d'un programme de relogement temporaire pour des instituteurs et professeurs de la Ville de Degirmendere, la dépense étant évaluée à 4 millions.
La Conférence des présidents qui s'est tenue hier soir a souscrit à ces propositions et demandé que l'aide exceptionnelle accordée par la Ville soit consacrée à 60 % au premier projet et à 40 % au second. La conférence a également émis le voeu que cette subvention exceptionnelle soit, compte tenu du contexte, de 1 million et demi de francs.
Je souhaite relayer cette demande auprès de notre Assemblée et vous propose d'adopter un projet de délibération prévoyant le versement d'une subvention exceptionnelle d'un montant de 900.000 F à la Croix-Rouge, destinée au projet de reconstruction d'une école, et de 600.000 F au Secours populaire français pour le projet d'habitat temporaire.
Je précise qu'une mission technique de la Ville de Paris pourra assurer localement un suivi de ces chantiers.
Je souhaite conclure en vous indiquant que les autorités municipales d'Athènes nous ont fait savoir, pour leur part, qu'elles maîtrisaient la situation et n'avaient aucune demande de soutien à nous adresser pour l'instant.
Enfin, s'agissant des événements survenus sur l'île de Taiwan, les autorités locales n'ont évoqué que la possibilité de renforcer la coopération technique avec la Ville de Paris.
En vous redisant toute ma fierté, au nom des Parisiennes et des Parisiens et avec votre soutien unanime, d'avoir pu apporter un peu d'espoir à des populations désemparées, traumatisées, je vous remercie d'avoir suivi tout cela avec le souci objectif de faire un effort humain, financier et technique qui, je crois, contribuera à trouver des solutions humaines et techniques à des drames que vous connaissez.
Merci.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris", "Paris-Libertés" et "U.D.F. et Modérés").
Je voudrais remercier les ingénieurs intervenant en Amérique centrale, qui sont présents dans la tribune. Pour le Honduras : M. LACROUTS, Ingénieur divisionnaire des travaux et M. DOUCHEMENT, agent de maîtrise. Pour le Nicaragua : M. DESCHAMPS, ingénieur divisionnaire des travaux et M. GIMENEZ, technicien.
Je les en remercie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris", "Paris-Libertés" et "U.D.F. et Modérés").
Je mets aux voix, à main levée, les deux propositions de subvention de 900.000 F et de 1,5 million.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Les deux propositions de subvention sont adoptées.
Je vous remercie.