Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

119 - QOC 99-410 Question de M. Jean-Pierre BURRIEZ et des membres du groupe "Paris-Libertés" à M. le Préfet de police à propos des effectifs de police des commissariats centraux d'arrondissement de la Police urbaine de proximité au 1er septembre 1999

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1999


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre BURRIEZ et les membres du groupe "Paris-Libertés" demandent à M. le Préfet de police de bien vouloir leur faire connaître les effectifs de police des commissariats centraux d'arrondissement de la Police urbaine de proximité à la date du 1er septembre 1999."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Vous avez souhaité connaître la répartition des effectifs affectés dans les commissariats centraux d'arrondissement de la Direction de la Police urbaine de proximité.
Vous voudrez bien trouver dans le tableau qui vous a été communiqué les informations correspondantes.
Il y a lieu d'indiquer que les commissariats d'arrondissement bénéficient en permanence du concours des effectifs des six secteurs de police urbaine de proximité et des services spécialisés de cette direction, tels que la Brigade anti-criminalité de nuit ou le Service de Protection et de Surveillance des réseaux ferrés parisiens.
J'ajoute que les fonctionnaires de la Direction de la Police urbaine de proximité sont également soutenus par les personnels des divisions de police judiciaire et des Brigades centrales de la Direction de la Police judiciaire, notamment la Brigade criminelle, la Brigade des stupéfiants, la Brigade de répression du proxénétisme, la Brigade de protection des mineurs et la Brigade de répression du banditisme, qui opèrent sur l'ensemble de la Capitale.
Enfin, il y a lieu de rappeler que l'action conduite par les fonctionnaires de la Préfecture de police se trouve largement complétée et soutenue par les Forces mobiles de gendarmerie et des Compagnies républicaines de sécurité, qui sont mises à la disposition du Préfet de police par le Ministre de l'Intérieur - lorsqu'elles ne sont pas mobilisées par des opérations de maintien de l'ordre - afin, précisément, de renforcer la sécurisation dans tout secteur de la Capitale où ces renforts s'avèrent nécessaires et chaque fois que leur présence est requise."