Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

138 - QOC 99-417 Question de MM. Adrien BEDOSSA, Yves OGÉ et des membres du groupe "Union pour la démocratie à Paris" à M. le Maire de Paris sur le devenir de la Petite ceinture

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1999


Libellé de la question :
"Selon les dernières informations dont MM. Adrien BEDOSSA, Yves OGÉ et les membres du groupe "U.D.F. et Modérés" disposent, la Commission extra-municipale, chargée par le Maire de Paris d'étudier le devenir de la Petite ceinture, s'orienterait vers la création d'aménagements plantés (parcours verts) dans 4 arrondissements de Paris : les 12e, 14e, 20e et 15e.
En l'attente d'une décision concertée entre la Ville de Paris, l'Etat et la S.N.C.F., ces espaces de promenade seraient conçus comme "transitoires" et réversibles, afin de ne pas obérer les projets à l'étude : création d'une ligne de tramway, aménagement de la Petite ceinture en promenade plantée ou transport ferroviaire classique.
La Petite ceinture intéresse les Parisiens et la population des départements voisins, si l'on en juge par la multitude des associations parisiennes et interdépartementales qui militent pour sa sauvegarde.
C'est ainsi que le 12 juin dernier, une journée d'action pour la préservation de la Petite ceinture a été organisée par la S.N.C.F., en collaboration avec les 26 associations signataires de la clause de sauvegarde.
Il devient donc urgent de se prononcer sur le devenir de ce site, afin d'éviter le développement de nouvelles zones de friches dans Paris, voire même de "dépotoirs", notamment dans la section comprise entre les 13e et 14e arrondissements.
MM. Adrien BEDOSSA, Yves OGÉ et les membres du groupe "U.D.F. et Modérés" demandent donc à M. le Maire de Paris de leur préciser la date à laquelle la Commission d'étude du devenir de la Petite ceinture fera connaître publiquement ses conclusions et qu'un grand débat ait lieu au Conseil de Paris, précédé d'une consultation de l'opinion dans chaque arrondissement, par l'intermédiaire des C.I.C.A.
Ainsi, chacun pourra s'exprimer sur ce dossier et sur les options en compétition, car il est maintenant urgent de prendre une décision."
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
"Depuis plusieurs années, le Nord, l'Est et le Sud de la Petite Ceinture sont pratiquement inutilisés ce qui rend le site difficile à gérer par son propriétaire et pose à l'ensemble des collectivités publiques des problèmes sérieux de sécurité et d'aspect. Les Parisiens sont nombreux à faire part de leurs préoccupations à cet égard et à se demander aussi pourquoi ces emprises, situées au c?ur de quartiers habités, ne sont pas mieux aménagées.
Il est vrai que des projets de transports, notamment de tramway, ont été étudiés et que d'autres sont encore en cours d'examen sur différentes sections de cette emprise, à l'initiative des services de l'Etat, de la Région et des entreprises, comme c'est la règle. Ces réflexions concernent aussi le site voisin des boulevards des Maréchaux. Ce sont des sujets complexes qui demandent une évaluation correcte des problèmes techniques, des coûts et des difficultés d'insertion. Il faut aussi tenir compte des priorités affirmées par les autorités responsables des transports, en faveur des communes qui entourent Paris. Les décisions de réaliser les projets de la Petite Ceinture, quel que soit leur contenu, seront donc longues à prendre. Cela signifie que la situation actuelle, insatisfaisante, risque de se prolonger encore pendant de nombreuses années si la question n'est pas abordée autrement.
C'est précisément l'objet des travaux de la Commission de réflexions et d'études créée à l'initiative du Maire de Paris, qui regroupe des élus de Paris et du Conseil régional, les services de l'Etat et de la Région Ile-de-France, Réseau ferré de France et la S.N.C.F., ainsi que de nombreuses associations. Son but est d'examiner comment, sans fermer la porte à d'autres projets d'avenir, il est possible d'utiliser à bref délai certains de ces espaces pour répondre aux demandes nouvelles des Parisiens en matière de promenades, de jeux, d'activités de plein air et d'animation.
La Commission s'est déjà réunie à trois reprises. Une Charte d'aménagement de la Petite Ceinture a été élaborée en commun pour servir de guide à ces réflexions. L'Etat a également fait part de son point de vue et de ses propositions, qui rejoignent ceux de la Ville de Paris. C'est dans ce cadre que plusieurs sites ont été proposés au printemps dernier pour étudier leur ouverture aux Parisiens, en adoptant partout où c'est nécessaire des dispositifs réversibles. Ces sites sont situés dans tous les arrondissements périphériques ; deux d'entre eux, dans le 15e arrondissement et dans le 12e et 20e arrondissements, s'étendent chacun sur plus de 2 kilomètres.
Ces sites font maintenant l'objet d'un examen approfondi pour préciser les aspects techniques et financiers de leur aménagement. Ces travaux sont conduits en liaison avec les services de l'Etat, R.F.F. et la S.N.C.F., dont l'accord est essentiel, notamment vis à vis de l'évolution future des emprises. Dès que ces accords préalables auront été obtenus, les dispositions proposées seront naturellement présentées en Commission, puis au Conseil de Paris.
En toute hypothèse, la Ville de Paris partage entièrement le souci des auteurs de la question de voir ces réflexions aboutir rapidement à des aménagements concrets pour améliorer au plus tôt la sécurité et la qualité de vie des Parisiens dans tous les secteurs concernés de la Capitale."