Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

34- 1996, D. 1672 - Autorisation à M. le Maire de Paris, d'une part, de déposer un permis de démolir et, d'autre part, de consentir le dépôt par l'O.P.A.C. de Paris d'un permis de construire visant des bâtiments situés 11, impasse des Souhaits (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1996



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération D. 1672 concernant un permis de construire visant des bâtiments situés 11, impasse des Souhaits (20e).
Monsieur BLET, vous avez la parole.
M. Jean-François BLET. - La démolition du 11, impasse des Souhaits, s'inscrit dans une opération globale menée par l'O.P.A.C. sur le secteur Planchat-Vignoles, opération issue du périmètre d'études initial de la Z.A.C. "Réunion".
Depuis plusieurs années, cette opération détruit progressivement ce quartier faubourien dont les qualités urbaines sont pourtant indéniables.
La rue des Vignoles et ses nombreux passages n'ont pas laissé insensibles les riverains qui se sont regroupés au sein de l'association "Les Pas Sages des Vignoles" pour défendre ce quartier.
Mais l'O.P.A.C. persiste et semble prendre plaisir au jeu de dominos des démolitions successives qui mitent le quartier : expulsions, immeubles murés et terrains vagues.
Pourtant nombre d'immeubles peuvent être aisément réhabilités. Ce fut le cas du 21 de l'impasse des Souhaits, ce devrait être celui des bâtiments du n° 11 de la même impasse, murés par l'O.P.A.C., mais loin d'être vétustes et parfaitement réhabilitables.
L'O.P.A.C. devrait se réorienter vers une politique d'acquisition-réhabilitation offrant par des logements réhabilités un habitat social répondant aux spécificités du quartier.
L'action de l'O.P.A.C. devrait se combiner avec une O.P.A.H. afin d'enrayer le déclin du quartier initié par son action. Il faut inciter les propriétaires à entretenir leurs immeubles et à les doter d'éléments de confort.
Le principe d'une réunion de concertation entre l'O.P.A.C., la Ville et les associations locales aurait été annoncé pour la fin de l'année ou le début de l'année prochaine. C'est bien. Confirmez-nous cette intention.
Mais alors, pourquoi passer en force certains permis de démolir comme celui du 11, impasse des Souhaits ?
Par ailleurs, nous souhaitons attirer votre attention sur l'avenir de l'ensemble du 33, rue des Vignoles sur lequel l'O.P.A.C. a tenté un coup de force en 1995 en déposant un permis de démolir, permis finalement retiré à la demande de l'association "Les Pas Sages des Vignoles" en raison de nombreux vices de forme.
Cet ensemble de locaux associatifs constitue un haut lieu de l'animation de ce quartier et accueille des activités variées, artistes au cours de Flamenco ou des réunions du C.N.T. L'ensemble des locaux ont été entièrement réhabilités par les occupants et à leurs frais. Ils constituent un ensemble remarquable et en bon état.
La propriétaire, de son côté, est prête à abandonner ses droits.
L'association "Les Pas Sages des Vignoles" souhaite une réunion tripartite entre les associations occupantes, la Mairie et la locataire des lieux.
Elle souhaite aussi que les associations puissent négocier des baux directs avec la Ville.
Quoi qu'il en soit, ce haut lieu associatif du quartier doit être préservé.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La parole est à M. BULTÉ.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Je ne suis pas d'accord avec M. BLET, je lui dis non. Ce projet de délibération a été accepté à l'unanimité des élus du 20e arrondissement. Je ne vois pas pourquoi M. BLET voudrait remettre cela en cause aujourd'hui.
Je maintiens ce projet de délibération et souhaite qu'on puisse le voter dans cette Assemblée à l'unanimité, comme au Conseil du 20e arrondissement.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je remercie M. BULTÉ.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mmes SCHNEITER, TAFFIN, MM. BLET et DUMAIT ayant voté contre, M. REVEAU s'étant abstenu. (1996, D. 1672).