Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

93- QOC 96-479 Question de Mme Benoîte TAFFIN et M. Alain DUMAIT, élus indépendants, à M. le Préfet de police sur les autorisations d'occupation de l'espace public.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1996



Libellé de la question :
"Mme Benoîte TAFFIN et M. Alain DUMAIT demandent à M. le Préfet de police de bien vouloir examiner avec davantage de bienveillance les demandes qui lui sont adressées par des commerçants qui, dans le cadre d'opérations d'animations, souhaitent obtenir des autorisations d'occupation de l'espace public.
Ils se réfèrent à une demande adressée à M. le Préfet de police par le Grand Rex pour la présentation en avant-première du film "Le Bossu de Notre-Dame". Un avis défavorable à la parade prévue en accompagnement a été donné pour la raison que cette manifestation nécessiterait la fermeture de la circulation pendant quelques 3 heures.
Compte tenu du fait que les grands boulevards constituent le lieu privilégié de cortèges et de manifestations de toutes sortes, qui entravent la circulation pendant des journées entières, il apparaît que, dans certaines circonstances, des autorisations de voirie pourraient être accordées, notamment pour des animations dont le caractère populaire est indiscutable."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les services de la Préfecture de police examinent chaque année plus de 2.000 projets d'animation sur la voie publique. A cela, il faut ajouter environ 1.500 manifestations d'expression revendicative.
Globalement, on dénombre tous les ans quelque 7.000 événements importants dans les rues de la Capitale, soit 20 par jour en moyenne.
La Préfecture de police s'emploie donc à satisfaire un maximum de demandes tout en veillant à préserver la fonction première de la voie publique, qui est de faciliter les déplacements.
Concéder une part trop importante à la fonction d'animation serait de nature à aggraver les difficultés de circulation dans la Capitale, avec les répercussions négatives qui en résulteraient nécessairement pour l'activité économique.
Dans tous les cas, mes services, en liaison étroite avec la Mairie de Paris, s'attachent à trouver un juste équilibre entre plusieurs impératifs contradictoires.
S'agissant plus particulièrement du projet de parade à l'occasion de la sortie en avant-première du film "Le Bossu de Notre-Dame" au Grand Rex, évoqué dans votre question, une solution a pu être trouvée en concertation avec la société Euro-Disney.
Consciente de la gêne importante qu'aurait entraînée, pendant plusieurs heures, la neutralisation du boulevard Poissonnière un samedi après-midi, la société a reconsidéré son projet. L'animation aura lieu essentiellement à l'intérieur du cinéma ainsi que sur le trottoir lors de la sortie des spectateurs."