Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

9- Observations sur le déroulement de la séance.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1996



M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous allons entamer le débat sur les déplacements ; j'espère que nous pourrons le terminer vers 13 heures 15, avant la fin de la matinée. Le Conseil municipal, à l'issue du Conseil général, reprendra avec les réponses aux éventuelles questions d'actualité puis nous passerons à l'examen des dossiers ayant fait l'objet d'inscriptions. Je demande à chacun des intervenants - je parle aux élus et aux adjoints - de veiller à la brièveté de leur intervention.
Nous pourrions lever la séance à 21 heures 30. Nous verrons en fonction de la durée des débats ce qu'il en est exactement et si besoin est, nous envisagerons à ce moment-là une séance de nuit.
Madame, vous vouliez dire un mot avant que nous ne commencions ?
Mme Gisèle STIEVENARD. - Monsieur le Maire, bien évidemment, nous nous associons aux remerciements et félicitations formulés à l'égard des anciens Directeurs ainsi qu'aux nouveaux promus.
Je voulais faire part d'une préoccupation concernant le secteur social où il y a une vacance de poste de haut niveau, pour souhaiter compte tenu de l'importance des budgets sociaux pour la collectivité parisienne, que le poste soit pourvu rapidement, d'autant qu'il y a eu une rotation assez forte ces dernières années.
Je voudrais dire que M. de LEGGE avait une excellente connaissance des dossiers, des acteurs de terrain, des élus, tant Conseillers de Paris que Conseillers d'arrondissement et nous lui souhaitons bon courage dans ses nouvelles fonctions.
Par conséquent, nous avons le souci qu'au niveau de la D.A.S.E.S., ainsi qu'au poste de délégué général aux Affaires sanitaires et sociales, il y ait rapidement des personnes en fonction compte tenu de l'importance de ce secteur. Il en va de l'efficacité du service rendu aux Parisiens, notamment les plus vulnérables.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Madame, c'est un secteur, vous avez raison de le rappeler, prioritaire pour nous sur le plan des principes, sur le plan administratif et sur le plan financier puisque vous savez le montant des crédits important et légitime prévu dans ce secteur.
Quant à la nomination d'un remplaçant à M. de LEGGE, qui a fait un excellent travail, la décision sera prise dans les tous prochains jours.