Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

37- 1996, D. 1578 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la R.A.T.P. une convention relative à la participation de la régie aux travaux de rénovation de la place de la Madeleine (8e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1996



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous reprenons les affaires de la 3e Commission. Nous examinons le projet de délibération D. 1578.
Je donne la parole à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, juste pour dire ce soir que symboliquement, puisque nous avons débattu des problèmes des transports aujourd'hui et que M. le Maire de Paris a parlé des quartiers tranquilles, il me semblerait intéressant d'aménager la place de la Madeleine en vaste zone piétonnière c'est-à-dire en gardant juste, devant l'église, deux voies de transit, l'une allant vers le boulevard Malesherbes, l'autre vers l'Opéra.
Un terre-plein devant l'église ne serait pas de trop quand on pense que, quand les gens veulent se marier, ils mettent souvent un quart d'heure à traverser la place pour aller jusqu'à l'église.
Si l'on piétonnisait complètement les côtés et le derrière de cette église, on pourrait faire bénéficier les piétons du marché aux Fleurs, des commerces, des bancs, enfin d'un endroit qui pourrait devenir beaucoup plus convivial qu'il ne l'est à l'heure actuelle.
Ce que j'ai remarqué dans le projet de délibération, c'est qu'on va peut-être élargir les trottoirs, améliorer un peu cette place. Il n'empêche qu'on garde quand même trois files de voiture, ce que je trouve beaucoup trop. Voilà ce que je vous propose.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. LEBEL.
M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.
Je remercie sincèrement Mme SCHNEITER pour cette suggestion extrêmement intéressante. Je ne voudrais pas l'arrêter en si bon chemin et je peux lui suggérer aussi de transformer la place de la Concorde en cressonnière, le jardin des Champs-Elysées en manège et en terrain de football ! On peut évidemment dire n'importe quoi, Madame SCHNEITER mais, s'il vous plaît, un petit peu de connaissance du terrain suffirait à faire comprendre que si la reconquête de la place de la Madeleine est un but à atteindre dans les meilleurs délai, il faut quand même rester raisonnable.
En tout cas, si vous ne concevez pas de mariages ailleurs qu'à la Madeleine, ils sont suffisamment peu nombreux pour ne pas justifier les dépenses que vos suggestions intéressantes risquent de causer à la Ville de Paris.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. PLASAIT pour répondre aux différents orateurs.
M. Bernard PLASAIT, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Monsieur le Maire, merci de me donner la parole.
Je voudrais simplement faire observer à Mme SCHNEITER qu'il ne s'agit pas ici d'acter un projet qui reste à venir, mais de passer une convention avec la R.A.T.P. Je suis sûr que les idées tout à fait intéressantes de Mme SCHNEITER dans l'avenir seront retenues par la Commission des opérations immobilières.
Quant aux propos de M. LEBEL, qu'il sache que j'y souscris entièrement.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je mets le projet de délibération aux voix.
Qui est pour ?
Madame SCHNEITER, il me semble que vous vous êtes déjà exprimée !
(Protestations sur les bancs des groupe s"Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").
Avez-vous un point vraiment important à ajouter, Madame ?
Mme Laure SCHNEITER. - Je voulais dire que dans d'autres villes en Europe, dans d'autres capitales, il y a effectivement des élus qui transforment certaines places en zone piétonne, et qu'à Rome, c'est le cas de la place Saint-Pierre. Alors, pourquoi pas la Madeleine !
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mme SCHNEITER s'étant abstenue. (1996, D. 1578).