Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

92- QOC 96-465 Question de Mme Martine BILLARD, élue de "Paris écologie, solidarité et citoyenneté", à M. le Maire de Paris à propos du C.R.E.C.E.P.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1996



Libellé de la question :
"Le C.R.E.C.E.P., laboratoire dépendant de la Ville de Paris, gère un centre de mesures de radioactivité de l'eau. Il mesure donc la radioactivité de l'eau de la Seine, de la Marne et autres rivières alimentant Paris en eau.
Ce laboratoire est opérationnel depuis 1993. Il est cofinancé, à hauteur de 1 million, par l'Agence de bassin "Seine-Normandie", par les 3 producteurs d'eau (S.A.G.E.P., Lyonnaise des eaux, C.G.E.), par E.D.F. et par la Ville de Paris par mise à disposition d'un local.
La convention qui a mis en place ce dispositif prévoyait donc que les résultats des mesures de radioactivité seraient rendus publics. Or, ces résultats ne l'ont jamais été. Pourtant, en 1996, la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a dépassé ses autorisations de rejet de tritium.
Mme Martine BILLARD demande donc à M. le Maire de Paris de respecter les engagements pris et de publier les rapports de mesures de radioactivité relevées par le C.R.E.C.E.P."
Réponse (M. Lucien FINEL, adjoint) :
"Le Centre de recherche et de contrôle des eaux de Paris (C.R.E.C.E.P.) réalise depuis 1985 des mesures de qualité radiologique de l'eau destinée à l'alimentation en eau potable des Parisiens, qui incluent depuis 1992 des mesures de tritium.
Actuellement, il effectue un suivi radiologique de la qualité de l'eau de la Seine, tous les jours ouvrables à la prise d'eau de l'usine d'eau potable d'Orly et mensuellement depuis Marnay (Aube), à l'amont de la centrale de Nogent-sur-Seine, jusqu'à Ivry.
Les résultats des analyses réalisées par le C.R.E.C.E.P. sont bien évidemment disponibles et fournis à ceux qui le demandent. Sur l'initiative de l'adjoint au Maire compétent, les résultats pour 1993 et 1994 ont été communiqués aux Conseillers de Paris pour la séance du 22 mai 1995, dans le cadre d'une information sur le fonctionnement de la centrale de Nogent-sur-Seine.
En mai 1996, le bilan 1995 de la qualité de l'eau de la Seine et de la Marne et de la qualité de l'eau distribuée a été fourni aux membres de la 7e Commission, mais il est vrai que les résultats des mesures radiologiques n'étaient pas joints, car aucun problème n'était apparu en 1995. Ce bilan est à votre disposition. Y sont ajoutés les résultats connus à ce jour pour 1996.
A la mi-juin 1996, E.D.F. a reconnu qu'un dépassement de la limite fixée par l'autorisation des rejets liquides dans la Seine pour l'activité en tritium s'est produit. Cette limite est de 80 becquerels par litre et le dépassement confirmé par l'Office pour la protection contre les rayonnements ionisants a été au maximum de 95 Bq/l.
Je vous rappelle qu'il n'y a pas de norme impérative pour la radioactivité de l'eau de consommation en tritium, mais que l'Organisation mondiale de la santé recommande une radioactivité inférieure à 7.600 Bq/l. L'impact sanitaire du dépassement de la limite d'autorisation est donc insignifiante.
Dès lors, la nature de cet incident d'ordre réglementaire relève donc de l'Etat. Bien entendu, nous devons rester vigilants et le C.R.E.C.E.P. doit poursuivre ses analyses qui vous seront, à nouveau, communiquées début 1997."