Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

94- QOC 96-480 Question de M. Alain DUMAIT, élu indépendant, à M. le Maire de Paris, relative à l'avenir de la radio "Eiffel 95.2".

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1996



Libellé de la question :
"M. Alain DUMAIT demande à M. le Maire de Paris d'organiser, dans les plus brefs délais, un débat en séance publique sur l'avenir de la radio municipale "Eiffel 95.2". En effet, il s'avère que depuis 15 ans, cette radio a coûté en francs courants plus de 120 millions aux contribuables parisiens.
En outre, les projets de développement et d'association, évoqués dans la réponse, en date du 25 septembre 1996, à une précédente question orale de M. Alain DUMAIT, non seulement ne semblent pas avoir à ce jour débouchés, mais encore, laisseraient la Ville de Paris actionnaire majoritaire d'une entreprise dont on peut craindre qu'elle demeurerait encore déficitaire.
Il s'agit, non seulement pour le budget de la Ville, d'une véritable hémorragie, mais également pour toutes les entreprises privées de ce secteur, d'une forme déloyale de concurrence.
M. Alain DUMAIT demande, en conséquence, à M. le Maire de Paris d'envisager désormais toute solution susceptible de préserver les intérêts des Parisiens, y compris le dépôt de bilan"d'Eiffel 95.2"."
Réponse (M. Camille CABANA, adjoint) :
"Ainsi qu'il a été indiqué dans la réponse en date du 25 septembre 1996 à une précédente question de M. Alain DUMAIT, la situation de la radio "Eiffel 95.2" n'étant pas satisfaisante, il a été décidé de procéder à la mise en place d'un nouveau concept propre à reconstituer une audience significative et à réunir autour de la Ville des partenaires qualifiés. Le concept, original, est celui d'une radio de service diffusant en permanence des informations locales utiles : trafic, météo et vie pratique, sorties, vie culturelle, etc.
Il s'agit de mettre cette radio au service des Parisiennes et des Parisiens de telle sorte qu'elle soit pour eux un moyen de faciliter leur vie quotidienne.
Les partenaires réunis après un large tour du marché sont la Générale d'images, auteur du concept et opérateur de la radio, la société Urbiel, filiale de la R.A.T.P., Métro Traffic Control et Canal +.
La nouvelle répartition des parts au sein de la S.A.R.L. Paris Médias, qui est depuis l'origine le support de la radio Eiffel 95.2 et la détentrice de la fréquence, est la suivante :
- l'Association pour l'information municipale : 40 %
- Générale d'Images : 25 % ;
- Métro Traffic Control : 10 % ;
- Urbiel : 15 % ;
- Canal + : 10 %.
L'Association pour l'information municipale a en effet une vocation générale qui s'étend à tous les domaines qui touchent à l'information des Parisiennes et des Parisiens.
Compte tenu de la répartition des nouveaux actionnaires et des prévisions du chiffre d'affaires publicitaire, la participation de l'association devrait passer à 4 millions de francs la première année, 2 millions la deuxième pour tendre vers zéro la troisième.
Il est évident que la réussite du projet dépend principalement de la croissance du chiffre d'affaires publicitaires, c'est-à-dire du développement de l'audience.
La réunion de partenaires aussi qualifiés que Générale d'Images, Urbiel, Métro Trafic Control et Canal +, témoigne de leur confiance dans le projet.
Cette solution, mise en oeuvre depuis le 15 octobre dernier, permet de sauvegarder la radio et la fréquence concédée par le C.S.A., d'en assurer la relance à travers un nouveau concept, de réunir des partenaires institutionnels solides et décidés à s'impliquer et de réduire significativement la charge financière de la Ville en visant une participation zéro à terme.
Elle permet aussi d'apporter aux Parisiennes et aux Parisiens un service complémentaire répondant à leurs besoins et s'inscrit à la fois dans les objectifs de proximité et de qualité de l'information de la Ville.
Ces diverses précisions, qui ont été portées à la connaissance des présidents de groupe en juillet dernier, devraient être de nature à répondre aux interrogations de M. DUMAIT quant à la charge que représentait cette radio pour la Ville et à la préservation des intérêts bien compris des Parisiens."