Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

73- QOC 96-489 Question de MM. Pierre MANSAT, Henri MALBERG et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris relative à l'avenir de l'entreprise"L'Amicale", 32, rue des Vignoles (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1996



Libellé de la question :
"L'Amicale", petite entreprise d'articles de fêtes, emploie 17 salariés, 32, rue des Vignoles, dans le quartie r"Réunion" (20e).
Cette entreprise existe depuis 3 générations. Elle a une grande réputation et est la seule à proposer une telle diversité d'articles. Elle fait partie de la vie économique et culturelle du quartier. Ses clients sont des particuliers, des écoles, des entreprises, des associations, des comités d'entreprise, etc.
Depuis des années, les difficultés s'accumulent. L'entreprise est menacée de fermeture. Les salariés, convaincus que leur entreprise peut répondre à un besoin des clients qu'ils connaissent bien, ont décidé de tout faire pour sauver "l'Amicale" : ils font des propositions concrètes, contactent des clients pour que ceux-ci passent des commandes, sollicitent l'appui des élus locaux, des écoles, des associations, des habitants du quartier. Ils ont constitué un comité de soutien très large, ouvert à tous ceux qui sont prêts à aider à ce que "l'Amicale" vive.
Ils reçoivent un appui très important dans le quartier "Réunion" et au-delà. En quelque sorte, "l'Amicale-Comptoir des articles de fêtes" fait partie du "patrimoine", et puis la population considère qu'il faut des emplois et des activités dans les quartiers.
MM. Pierre MANSAT, Henri MALBERG et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris une prise de position permettant de mobiliser tous les moyens afin que soient recherchées les solutions permettant à cette entreprise de vivre avec tous ses emplois actuels.
En outre, cette affaire valide la proposition formulée à plusieurs reprises : celle de la mise en place, au niveau des arrondissements, de véritables "cellules de crise" réunissant tous les partenaires et acteurs de la vie économique et les élus afin de prévenir les difficultés des entreprises et rechercher à temps les solutions.
M. le Maire de Paris va-t-il répondre à cette demande ?"
Réponse (Mme Isabelle de KERVILER, adjoint) :
"M. le Maire de Paris porte une attention toute particulière aux questions de maintien de l'emploi et du développement de l'activité économique.
La situation de "l'Amicale - comptoir des articles de fêtes", vieille entreprise du 20e arrondissement, lui avait été signalée par M. Didier BARIANI, adjoint au Maire de Paris chargé des quartiers sensibles.
Cette entreprise a, en effet, déposé son bilan le 16 octobre dernier et un administrateur a été désigné. M. le Maire de Paris s'est rapproché du Préfet de Paris, compétent, et une saisine du CODEFI et de la Conférence des chefs des services financiers a été diligentée sans retard afin que soient examinées les conditions d'un aménagement éventuel du passif fiscal et social de l'entreprise.
Par ailleurs, M. le Maire de Paris a signalé cette société, dont la qualité des prestations est reconnue, aux services qui pourraient éventuellement y faire appel."