Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

75- QOC 97-477 Question de Mmes Martine DURLACH, Gisèle MOREAU, MM. Michel TUROMAN, Pierre MANSAT et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris à propos de la Haute couture.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1997



Libellé de la question :
" La haute couture est en péril. Hier, Nina Ricci a supprimé 30 emplois et aujourd'hui, 67 licenciements sont annoncés chez Scherrer. C'est une nouvelle alerte.
En 6 ans, le nombre total d'ouvrières en atelier est passé de 928 à 650 et il ne subsiste plus aujourd'hui que 18 maisons contre 23 en 1990.
La haute couture est le fruit de la création, des stylistes et de ses ouvrières hautement qualifiées.
Or, depuis des années, il n'y a plus d'embauches et plus d'apprentis.
L'emploi et la création ont été ainsi laminés par des choix de rentabilité immédiate, qui ont conduit à préférer la promotion et la vente d'une multitude de produits pour lesquels la griffe ne sert que de faire-valoir.
Préserver la haute couture, c'est développer les ateliers, l'embauche et la formation d'ouvrières, c'est coopérer avec les autres secteurs de l'habillement.
La haute couture ne doit pas devenir une simple vitrine. Elle doit demeurer un lieu de création, d'innovation. Ce patrimoine, symbole du prestige de Paris et de la France dans le monde, doit vivre.
Aussi, Mmes Martine DURLACH, Gisèle MOREAU, MM. Michel TUROMAN, Pierre MANSAT et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris les mesures qu'il compte prendre afin d'organiser une table ronde, réunissant tous les actrices et les acteurs concernés, employeurs, syndicats, créateurs, salariés et pouvoirs publics. "
Réponse (M. Hervé BENESSIANO, adjoint) :
" Le développement de l'activité économique et de l'emploi à Paris a été érigé en priorité de l'action municipale.
Dans ce cadre, la Ville de Paris est particulièrement attentive à la valorisation des activités d'exception qui contribuent tant au prestige de Paris qu'à son rayonnement économique et qui sont porteuses d'emplois.
Au premier rang de ces activités figurent naturellement les industries et métiers de création auxquels se rattache la Haute couture, qui contribuent par leur créativité à promouvoir et conforter la place de Paris comme capitale de l'Innovation.
Pour ces raisons, la Ville de Paris a toujours apporté son soutien à ce secteur et souhaite contribuer à sa promotion.
Par ailleurs, les représentants parisiens du secteur d'activité de la Haute couture seront bien entendu conviés à participer aux travaux de la commission extra municipale des Métiers d'art et des Industries de création, qui sera installée début 1998, en vue de permettre une concertation et un dialogue permanents entre la Municipalité et les professionnels de ce secteur économique.
La Ville de Paris met en ?uvre les moyens dont elle dispose pour préserver les emplois générés par les entreprises associées aux grandes griffes parisiennes et facilite leur maintien et leur installation dans la Capitale. C'est ainsi, par exemple, que l'hôtel industriel " Les Chevrons " situé dans le 15e, héberge depuis 1991 des ateliers de finition et un show room pour la Maison Nina RICCI et que plus récemment, depuis juillet 1997 des locaux de l'hôtel industriel " Allée Verte " à Paris 11e accueillent des activités de la société Hubert BARERE (corseterie-broderie).
La Ville de Paris, en tant que collectivité locale, ne détient pas de compétences lui permettant d'intervenir directement en faveur du développement de cette branche d'activités, qui relève entièrement du secteur marchand et concurrentiel.
Il appartient à l'Etat de mettre en place le dispositif d'aide et de soutien des entreprises travaillant dans ce domaine et qui sont fragilisées dans une conjoncture économique difficile, ainsi que de favoriser l'adaptation de ce secteur aux nouveaux modes de consommation, à l'évolution de sa clientèle afin de permettre aux marques françaises d'affirmer leur compétitivité par rapport à leur principales concurrentes étrangères.
A ce propos, les entreprises d'un secteur connexe - celui du textile - ont fait connaître récemment leur inquiétude concernant l'éventuelle remise en cause de mesures d'exonération de charges sociales dont elles bénéficiaient jusqu'à présent en matière de baisse de charges sociales.
S'agissant de l'organisation d'une éventuelle table-ronde sur les mesures à mettre en ?uvre pour préserver la vitalité du secteur de la Haute couture et les emplois qu'elle génère, celle-ci ne peut relever que de l'initiative de l'Etat. Naturellement, les services de la Ville pourraient s'associer, dans leur domaine de compétences, à tous réflexions et travaux qui viendraient à être mis en place dans ce cadre. "