Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

85- QOC 97-487 Question de MM. Jean WLOS, Henri MALBERG, Mme Mireille MARCHIONI et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris relative au stationnement des cars sur les boulevards de Clichy et de Rochechouart (9e et 18e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1997



Libellé de la question :
" Les cars sont désormais interdits de circulation sur la Butte-Montmartre. Cette décision positive est un premier succès pour les habitants de ce quartier très fréquenté par les touristes.
Demeurent cependant les problèmes liés au stationnement des cars sur les boulevards de Clichy et de Rochechouart. Depuis des mois, le Comité des riverains demande que ce stationnement soit interdit et que des parkings soient mis à leur disposition aux portes de Paris.
Comme les élus communistes, et notamment M. Jean WLOS, l'ont indiqué à plusieurs reprises devant le Conseil de Paris, la solution prônée par la Ville de Paris de réduire le stationnement à 50 places et de le limiter à quelques heures, ne saurait résoudre les nuisances. L'interdiction d'accès sur la Butte a d'ailleurs amplifié le trafic sur les boulevards.
En conséquence, MM. Jean WLOS, Henri MALBERG, Mme Mireille MARCHIONI et les membres du groupe communiste demandent que soient enfin entendus les riverains des boulevards de Clichy et de Rochechouart.
Ils demandent une nouvelle fois à M. le Maire de Paris d'organiser d'urgence une table ronde sur ce sujet, réunissant les différentes parties concernées : la Ville de Paris, les mairies des 9e et 18e arrondissements, la Préfecture de police, la R.A.T.P., les riverains et leurs associations. "
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
" L'accès à la Butte Montmartre est maintenant interdit en permanence aux autocars. Les touristes sont déposés boulevard de Rochechouart ou de Clichy et peuvent se rendre sur la Butte en empruntant le funiculaire dont la gare basse est située à quelques centaines de mètres.
Les chauffeurs de cars en attendant leurs clients peuvent faire stationner leur véhicule moyennant paiement sur 50 emplacements qui leur sont réservés sur les boulevards.
Ces nouvelles dispositions concernant le stationnement ont permis de réduire de 100 à 50 le nombre d'emplacements réservés aux autocars, car en effet ne stationnent plus à ces endroits que, le temps nécessaire uniquement, les autocars concernés par la visite de la Butte.
Il n'y a pas eu accroissement du trafic d'autocars sur les boulevards, bien au contraire celui-ci est en très nette diminution. Les autocars assurant la visite de la Butte qui étaient certains jours autorisés à y accéder ne pouvaient que déposer leurs passagers et venaient les reprendre sur les deux boulevards, ce qui générait de leur part une circulation équivalente à celle qu'ils provoquent actuellement.
Par contre tous les autocars qui venaient stationner sur ces sites ont maintenant pratiquement disparu ce qui a participé à la diminution de trafic constatée.
Il existe actuellement des possibilités de stationnement aux portes de Paris, notamment rue Jean-Cocteau dans le 18e arrondissement. Elles sont peu utilisées par les autocaristes car le temps mis pour s'y rendre et en revenir est souvent trop important par rapport à la durée de la visite de la Butte. Néanmoins il est procédé actuellement à la recherche d'emplacements en périphérie ou sur des terrains hors voie publique qui permettraient d'offrir aux autocars des possibilités de stationnement.
Toutes ces mesures ont été prises, chacun dans leur domaine de compétence et en plein accord, par le Préfet de police et le Maire de Paris.
Par ailleurs, la mise en place de ces dispositions a donné lieu à une concertation lors d'une réunion regroupant le 17 septembre dernier à l'Hôtel-de-Ville les différentes parties intéressées, associations de riverains et de commerçants, professionnels du tourisme et ce en présence des élus des arrondissements concernés.
La solution retenue d'interdire la circulation des autocars sur la Butte Montmartre en limitant dans l'espace et dans le temps le stationnement des autocars sur les boulevards améliore sensiblement l'environnement tout en permettant de maintenir dans des conditions satisfaisantes l'activité touristique sur la Butte pour laquelle la venue des touristes en autocars est primordiale. "
III - Questions du groupe du Mouvement des citoyens.