Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

31- 1997, JS 57 - Subvention compensatrice du loyer dû par le club de football " Paris-Saint-Germain ", pour l'occupation de locaux situés 30, avenue du Parc-des-Princes (16e). - Montant : 625.011 F.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1997



M. Roger ROMANI, adjoint, président - La séance est reprise.
J'annonce aux membres de la 7e Commission qu'ils ont été convoqués, invités personnellement pour tenir une réunion en ce moment même afin d'examiner un projet d'amendement sur la convention d'affermage relative à la gestion des marchés découverts alimentaires. Cela ne pose pas de problème et vise à garantir davantage le bon service des Parisiens.
Nous allons passer au premier projet de délibération qui est le JS 57 et qui concerne la subvention compensatrice du loyer dû par le club de football " Paris-Saint-Germain " pour l'occupation de locaux situés 30, avenue du Parc-des-Princes.
La parole est à Mme CAPELLE.
Mme Liliane CAPELLE. - Nous avons déjà abordé ce sujet ce matin, je voulais simplement formaliser les choses.
Chaque année, la Ville de Paris attribue au Paris-Saint-Germain une subvention compensatrice de loyer pour l'occupation du Parc-des-Princes.
Or, la convention qui lie la Ville au Paris-Saint-Germain, via une société de spectacle contrôlée par Canal plus, expire en juin 1998.
Je voudrais donc poser une simple question : où jouera le P.S.G. la saison prochaine ? Il est en effet difficile de voir clair dans les déclarations contradictoires des uns et des autres. Vous affirmez, Monsieur le Maire, votre volonté de garder le Paris-Saint-Germain au Parc. Dans ce dossier, votre position a le mérite de la constance. En revanche, tel n'est pas le cas des dirigeants actuels du club de la Capitale qui ne se sont pas prononcés officiellement en faveur du maintien ferme et définitif du P.S.G. au Parc-des-Princes.
A huit mois de l'expiration du bail, il est temps de savoir où nous allons.
En réalité, c'est la question du double emploi du Parc-des-Princes et du Stade de France qui est posée. Sitôt les feux de la Coupe du Monde éteints, le débat sur le maintien du P.S.G. au Parc-des-Princes ou son éventuel départ au Stade de France sera rouvert. Et nous serons amenés à décider dans la précipitation, bref, à improviser.
Voilà pourquoi je crois nécessaire d'avoir au Conseil de Paris un débat sérieux sur l'avenir du P.S.G. Je vous demande donc, Monsieur le Maire, d'inscrire ce sujet à l'ordre du jour d'une séance prochaine de notre Conseil.
M. Roger ROMANI, adjoint, président. - Je vous remercie, Madame. Je vois que le sport au Conseil de Paris provoque la joie et la communion de toutes les sensibilités.
M. CANE pour répondre à Mme CAPELLE.
M. Dominique CANE, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je ne vais pas répondre sur la subvention, mais simplement sur la position du Maire de Paris et celle de l'Assemblée : le P.S.G., pour nous, Ville de Paris, doit rester au Parc-des-Princes.
Le Conseil d'Administration auquel j'appartiens a montré son souhait de rester au Parc-des-Princes, simplement le Président LESCURE ne s'est pas prononcé. Notre souhait, qui est celui du Maire, est de garder le Paris-Saint-Germain au Parc-des-Princes pour plusieurs années et non pas pour une année. C'est notre volonté, nous travaillons pour cela.
Si cela ne se faisait pas, ce ne serait la faute ni du Conseil de Paris ni du Maire de Paris.
M. Roger ROMANI, adjoint, président. - Si vous aidez la Municipalité, cela ne sera pas un voeu pieux. L'échange de vues de ce matin a montré qu'il y avait unanimité pour souhaiter que le Club Paris-Saint-Germain continue à jouer à Paris au Parc-des-Princes.
Nous nous en réjouissons tous et je crois, mes chers collègues, que nous devons remercier Mme CAPELLE d'avoir provoqué ainsi la réponse de M. Dominique CANE, adjoint chargé des sports.
N'y voyez pas une pression, mais je suis persuadé que si nous votions à l'unanimité, solennellement, ce projet de délibération, dans notre esprit, il y aurait aussi l'expression du souhait de voir Paris-Saint-Germain représenter les couleurs des Parisiens et de Paris.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 57.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mmes SILHOUETTE, BILLARD, SCHERER, TAFFIN, MM. BLET, DUMAIT et MESMIN ayant voté contre. (1997, JS 57).