Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

103- QOC 97-466 Question de MM. Alain DUMAIT, Georges MESMIN et Mme Benoîte TAFFIN, élus indépendants, à M. le Maire de Paris sur la convention mise en place entre l'O.P.A.C. de Paris et divers partenaires dont la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1997



Libellé de la question :
" MM. Alain DUMAIT, Georges MESMIN et Mme Benoîte TAFFIN interrogent M. le Maire de Paris sur la convention mise en place depuis juillet 1996, entre l'O.P.A.C. de Paris et divers partenaires, dont la Ville de Paris, visant à soutenir l'installation de nouvelles entreprises dans les locaux commerciaux vacants de l'O.P.A.C.
A ce jour, quel bilan peut-on établir pour cette opération ? Quels en sont les coûts éventuels pour la Ville et pour l'O.P.A.C. ? "
Réponse (M. Michel BULTÉ, adjoint) :
" La Ville de Paris est très attachée à maintenir dans les quartiers de la Capitale une activité commerciale vivante. La présence de commerces ou d'activités en pied d'immeubles, tout en participant à l'animation locale, contribue également au maintien de la stabilité sociale et à la sécurité des habitants.
L'O.P.A.C. de Paris possède 3.000 locaux commerciaux de toute nature et dans des quartiers très différents. Afin d'améliorer le taux d'occupation de ces locaux, l'O.P.A.C. a engagé une triple action :
1°) - La réorganisation de son service des affaires commerciales pour rapprocher ses équipe commerciales de terrain de ses clients,
2°) - La conduite d'une politique adaptée d'évaluation des loyers : les prix de location de ces locaux commerciaux sont fixés au cas par cas, en fonction de plusieurs critères (emplacement, surface et configuration du local, vitrine....). Ils se situent en dessous du marché privé, à comparaison de locaux identiques (façade, configuration, visibilité, emplacement....),
3°) - Un partenariat étroit avec la DDAEE, la CCIP et le Comité d'Expansion Economique de Paris en vue de répondre très rapidement aux besoins d'installation exprimées par les entreprises.
Dans cet esprit, l'O.P.A.C. participe à la mise en ?uvre d'un dispositif conventionnel de soutien aux demandeurs d'emploi ayant un projet de création d'entreprise.
Ce dispositif a pour objectif de compléter les aides proposées aux créateurs d'entreprise notamment par l'Etat, la Région d'Ile-de-France et la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris.
Il tend, d'une part, à faciliter l'installation d'entreprises nouvellement créées dans des locaux vacants en pied d'immeubles appartenant à l'O.P.A.C., et d'autre part, à offrir aux entrepreneurs, en tant que de besoin, un accompagnement personnalisé au cours des deux premières années suivant la création de l'entreprise.
L'accompagnement est effectué à titre gratuit par les partenaires et, notamment, par les agents du bureau municipal compétent. Par ailleurs, l'O.P.A.C. consent des conditions locatives certes intéressantes pour les bénéficiaires mais en fonction du sérieux et de la pérennité des projets, gage d'une occupation durable de locaux actuellement vacants.
Aujourd'hui, 20 dossiers de chômeurs créateurs d'entreprises, comportant une demande en terme de locaux, sont en cours d'instruction. Ils émanent des " clubs de créateurs d'entreprises " de l'A.N.P.E.
La moitié d'entre eux qui ont atteint un degré de maturation suffisant ont fait l'objet de propositions de locaux. Par ailleurs, la DDAEE s'attache à proposer des locaux dans des hôtels industriels (lorsque les activités créées s'y prêtent) ou le secteur privé.
Il faut souligner que la finalisation technique, économique et commerciale de projets de cette nature requiert des délais assez importants, notamment dans le contexte de la suppression par l'Etat de l'ACCRE, aide aux chômeurs créateurs d'entreprises.
Il est à noter que la politique de proximité et d'études des situations individuelles conduite par l'O.P.A.C. a permis d'augmenter sensiblement le nombre de locaux loués en 1995 (+ 25 %) et d'obtenir la stabilité des locations commerciales en 1996. "