Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, Voeu déposé par M. Sylvain GAREL et les membres du groupe “Les Verts” concernant la situation de l’association “Les Mêmes”.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2006


 

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 183 dans le fascicule, déposé par le groupe ?Les Verts?, relatif à la situation de l?association ?Les Mêmes?.

Monsieur GAREL, vous avez la parole.

M. Sylvain GAREL. - Pour rebondir sur la dernière phrase de Christophe GIRARD dans sa précédente intervention, cette phrase sur l?utilisation du 1 euro strictement pour la culture pourriez-vous la renvoyer à tous les maires d?arrondissement en recommandé ? Dans le 18e arrondissement, vous en envoyez deux ! Ma collègue Danielle FOURNIER, maire adjointe à la Culture dans le 18e, vous en sera reconnaissante.

Concernant le v?u que je vais défendre maintenant, c?est un v?u qui concerne une association d?artistes, ce que l?on appelle communément des squats d?artistes. C?est un squat qui dure depuis maintenant dix ans, dans un hôpital gériatrique situé à Ivry-sur-Seine, mais comme c?est un hôpital qui dépend de l?A.P.-H.P., cela nous concerne directement puisque cet hôpital gériatrique, l?A.P.-H.P. veut le récupérer, ce qui est légitime. Malheureusement, cela va impliquer la fin de cette association qui s?appelle ?Les Mêmes?.

Cette association regroupe 80 comédiens, plasticiens, musiciens et constructeurs mobilisés, un poste de coordinateur à plein temps et des centaines d?heures de représentation et de préparation des interventions qui émanent de ce lieu très vivant, depuis une dizaine d?années.

Nous souhaiterions que la Ville de Paris intervienne pour qu?en attendant qu?il y ait réellement besoin de ces locaux, l?expulsion soit suspendue. On a toujours tendance à vouloir expulser très tôt les gens qui occupent des locaux, alors que les travaux ne sont pas programmés avant plusieurs mois, voire plusieurs années.

Il s?agit de voir également si, éventuellement, pendant et après les travaux, il peut y avoir un espace pour que ce groupe reste sur place. Si cela était impossible, que la Ville de Paris, en liaison avec l?A.P.-H.P. et la Ville d?Ivry-sur-Seine, bien sûr, trouve une solution pour reloger cette association.

Je vous remercie.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Monsieur GIRARD, vous avez la parole pour répondre.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Je comprends ce que dit M. GAREL, mais je dois reconnaître mon incompétence puisque cet hôpital est hors de Paris et que ma délégation et le Conseil de Paris ne sont pas a priori compétents en la matière.

Mme Véronique DUBARRY. - Cela dépend de l?A.P.-H.P.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Moi, en tant qu?adjoint à la Culture, je n?interviens pas sur le territoire de la délégation d?Alain LHOSTIS. Donc, je ne suis pas en situation de pouvoir accéder à votre demande.

Je vous propose de représenter le v?u, mais dans une autre Commission que la 9e Commission, celle qui concerne l?A.P.-H.P.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Monsieur GAREL, vous avez la parole.

M. Sylvain GAREL. - Il y a un problème. Il nous arrive de déposer un v?u dans une Commission et ce n?est pas le maire adjoint qui siège dans cette Commission qui y répond.

Donc qu?Alain LHOSTIS nous réponde par rapport à ce v?u, s?il doit y avoir une réponse de l?Exécutif. Cela ne me dérange pas de savoir qui répond, mais si on dépose un v?u, on est en droit d?avoir une réponse.

M. Alain LHOSTIS, adjoint. - C?est une question qui a trait à un problème culturel, donc je ne me suis pas senti concerné?

(Rires dans l?hémicycle).

Je suis désolé. Ce n?est pas dans ma délégation et jusqu?à preuve du contraire, je ne suis pas le maire d?Ivry-sur-Seine, que j?ai rencontré récemment sur des questions hospitalières, mais pas sur des questions culturelles. Il s?inquiétait du développement de telle ou telle maternité ou de sa fermeture.

Je n?ai pas, de ce fait, examiné ce v?u sur ce plan-là. Il y a beaucoup de v?ux à caractère culturel qui mettent en cause des objectifs de santé publique et de reconstruction hospitalière. Cela m?ennuie, mais, après tout, on fait face à ces questions.

Même si je n?ai pas eu le temps d?examiner le dossier récemment, c?est un dossier important, il y a une réorganisation sur ce secteur, en matière gériatrique. J?espère que chacun est conscient des enjeux en matière de gériatrie et de gérontologie pour le demi-siècle qui vient, devant le poids que va représenter la prise en charge de ces populations.

A l?heure actuelle, je peux vous dire que sur ce site, on est sur une réhabilitation indispensable des bâtiments qui ne sont plus aux normes de sécurité incendie. Il y a plusieurs millions d?euros de travaux à faire. Il pleut dans les bâtiments. Les conditions de sécurité dans ces bâtiments imposent l?évacuation des personnes. Dans le prochain contrat de plan Etat/Région, il est prévu un centre de recherche sur le vieillissement dont l?opérateur est l?Université Pierre et Marie Curie qui comprendra une unité de recherche I.N.S.E.R.M. en oncologie, la Fédération nationale de Gérontologie et une plateforme d?évaluation gérontologique et technologique.

Voilà ce que je peux vous répondre. Sur le reste, je ne vois pas l?objet de ce v?u et je pense qu?il faut ne pas le retenir, ou alors en discuter sous une autre forme, peut-être avec la Ville d?Ivry-sur-Seine. Je peux vous donner le téléphone de Pierre GOSNAT, le maire, si vous le souhaitez.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - On ne va pas faire un long débat sur le sujet.

Monsieur CONTASSOT, vous avez la parole pour une explication de vote.

M. Yves CONTASSOT, adjoint. - On touche un domaine sensible parce que c?est à la fois une question de santé et une question culturelle. Dans quelle mesure un certain nombre d?activités culturelles qui ont lieu dans les établissements hospitaliers ont-elles une fonction sanitaire, au même titre qu?il y a dans les hôpitaux pour enfant des activités à caractère ludique ?

C?est à peu près le seul hôpital pour personnes âgées dans lequel il y a des activités culturelles dédiées aux personnes âgées. Plutôt que de traiter cela soit uniquement sous l?aspect culturel soit uniquement sous l?aspect des questions de réhabilitation et de création d?un centre de recherche sur la gériatrie, il y a sans doute des solutions alternatives permettant de faire à la fois une opération immobilière et de maintenir une activité culturelle à destination des personnes âgées.

Ce n?est pas tout ou rien. Je regrette que l?on évacue cela en disant que la question ne se pose pas. Elle se pose sans doute dans toute l?A.P.-H.P. pour mieux intégrer des fonctions à destination des personnes avec le côté culturel et d?animation.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Monsieur LHOSTIS et ensuite M. GIRARD, vous avez la parole. Et on prend une décision.

M. Alain LHOSTIS, adjoint. - Que chacun s?occupe de sa délégation ! Je ne m?occupe pas des poubelles, mais, si vous voulez, je pourrai vous donner mon point de vue sur les poubelles publiques !

La leçon qui vient de m?être donnée sur l?intégration des problèmes culturels dans le soin à l?hôpital? Je n?ai aucune leçon à recevoir sur ce plan. On pourra avoir un débat sur cette question, si vous le souhaitez, au Conseil d?administration de l?Assistance publique, où le groupe d?Yves CONTASSOT est représenté.

Je suis prêt à en discuter dans un autre lieu, mais pas de cette façon. Je n?opposerai pas les projets ; je dis que le projet porté par l?Université Pierre et Marie Curie est un projet majeur soutenu par la Municipalité d?Ivry-sur-Seine, le conseil d?université, et approuvé par l?équipe hospitalière qui intègre la dimension et la prise en charge culturelle.

La question de la localisation est un autre débat qui ne concerne pas la Ville de Paris. Je rappelle enfin que je ne suis pas le Directeur général de l?Assistance publique, je n?en suis que le Président délégué.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Monsieur GIRARD, vous avez la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Pour mettre un peu de baume sur un sujet passionnant qu?est la place de la culture partout et dans la santé publique, je voudrais mettre en garde sur deux choses. D?abord, Paris, comme vous le savez, est une petite ville, 105 kilomètres carrés, et nous avons un grand nombre d?artistes et de collectifs aujourd?hui qui y vivent, pas toujours dans les meilleures conditions.

Nous avons à régler un certain nombre de problèmes importants. On a le problème de ?La Générale? puisque le lieu est occupé aujourd?hui de façon illégale et que nous nous sommes engagés, et l?Etat s?est engagé à trouver une solution de relogement pour que l?établissement psychiatrique Maison-Blanche puisse s?y installer. Nous avons également le théâtre de Verre, les ?Frigos?, ?Le Barbizon? pour lequel je redemande au Secrétariat général de la Ville et à nos amis du 13e d?essayer de trouver une solution provisoire d?accueil, dans un bâtiment provisoire dans le 13e arrondissement, comme ils le souhaitent, pour cet excellent collectif qu?est ?Le Barbizon?, le 51, rue de Rivoli.

Par ailleurs, je siège au Conseil de surveillance de l?Hôtel-Dieu et j?y prends une part très active en tenant informé mon collègue Alain LHOSTIS du travail que j?y fais. Là, par exemple, nous travaillons sur la réimplantation de la bibliothèque. Le Conseil de surveillance m?a confié la mission de repenser avec les personnels la place de la bibliothèque au sein de l?Hôtel-Dieu et j?y travaille.

Entre nos délégations, il y a beaucoup de solidarité et d?échanges. Je travaille dans cet esprit. Je nous mets en garde sur le fait que si le papier ne refuse pas l?encre, il est vrai que nous ne pourrons pas accueillir à Paris tous les collectifs. Je voudrais déjà que nous remplissions notre mission en accueillant, déplaçant ou réinstallant les collectifs dont nous nous occupons déjà aujourd?hui.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Il va falloir que l?on en sorte. Je comprends que l?Exécutif appelle à refuser ce v?u, ce qui n?exclut pas le dialogue entre les uns et les autres.

Monsieur GAREL, vous avez la parole pour 30 secondes.

M. Sylvain GAREL. - Je suis d?abord un peu surpris du cafouillage de la réponse de l?Exécutif. On ne sait pas quel est l?adjoint chargé de répondre à cette question.

Deuxièmement, on nous parle toujours d?intercommunalité comme étant l?alpha et l?oméga de la politique parisienne. Dès que cela pose un problème, si c?est à Ivry, on n?en a plus rien à faire. Les artistes qui sont dans cette ville, on s?en fiche, peu importe.

Troisièmement, je vous signale que les travaux ne doivent commencer qu?en 2009 et l?expulsion est demandée immédiatement alors que l?on pourrait y surseoir pendant un ou deux ans en attendant de trouver une solution. La Ville de Paris doit effectivement chercher une solution puisque l?A.P.-H.P. dépend de la Ville de Paris, en grande partie. Tu sièges bien, Alain, tu es président !

M. Alain LHOSTIS, adjoint. - Non, c?est faux !

M. Sylvain GAREL. - Tu es bien le Président. Donc tu as une responsabilité ou alors tu démissionnes de l?A.P.-H.P. et tu dis que cela ne dépend plus de Paris.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Le débat est clos.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe ?Les Verts?, assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.