Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DASES 343 G - Attribution d’une subvention de fonctionnement à l’association “Phare - Pour l’Harmonie des Relations Enfants-parents” sise 5, rue Guillaumot (12e). - Montant : 10.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Septembre 2005


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DASES 343 G relatif à l?attribution d?une subvention de fonctionnement de 10.000 euros à l?association ?Phare - Pour l?Harmonie des Relations Enfants-parents? sise 5, rue Guillaumot (12e).

La parole est à nouveau à Mme RENSON, et c?est M. LHOSTIS qui lui répondra.

Mais, Madame RENSON, si vous faites votre intervention calmement et dans le silence, il vous sera répondu de même. Mais évitez d?interrompre, écoutez la réponse, même si elle ne vous satisfait pas de votre point de vue.

Mme Cécile RENSON. - Madame la Présidente, je compte bien sur l?objectivité coutumière de M. LHOSTIS pour être tout à fait tranquille et ne pas avoir besoin de lui couper la parole. Mais s?il dit des contrevérités, je me permettrai quand même de le faire remarquer. Je vous remercie.

Il s?agit donc d?une intervention concernant l?association ?Phare?.

Tout le monde est d?accord, le suicide est la première cause de mortalité chez les jeunes de 25 à 34 ans et la deuxième chez ceux de moins de 24 ans après les accidents de la route. Et l?actualité vient de mettre cruellement en relief le problème de ces deux adolescentes d?Ivry-sur-Seine qui trouvaient, à 14 ans, que la vie ne vaut pas le coup. On ne peut qu?éprouver une tristesse infinie lorsqu?on apprend qu?aucun adulte ne s?est rendu compte de rien, malgré les appels au secours qu?elles avaient multipliés auprès d?autres collégiens.

Tout le monde est d?accord, il faut prévenir le mal-être des jeunes pour les réconcilier avec la vie et agir. L?association ?Phare? pense que l?autodestruction des jeunes est inacceptable, elle lutte contre les formes d?autodestruction des jeunes, mobilise les énergies de tous face à leur mal-être, répond aux demandes des enfants en difficulté ou de leurs parents et travaille en réseau avec des professionnels pluridisciplinaires. Elle a donc cherché à ouvrir un espace d?accueil et d?écoute avec une ligne d?écoute pour les jeunes ?A qui parler avant de penser au pire?, et pour les parents ?Quand la vie fait peur à votre enfant?.

?Phare? est devenue une association de référence pour le Ministère de la Santé pour son travail sur les violences. Et malgré toutes ces références et l?intérêt essentiel de cette association, alors qu?elle attend une subvention de 20.000 euros, le Département mégote et lui octroie une subvention de la moitié de celle qui est sollicitée. C?est bien la preuve que le Département de Paris n?a pas vraiment pris la dimension du problème gravissime du suicide de l?adolescent et de l?adulte jeune.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Monsieur LHOSTIS, vous avez la parole.

M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - Oui, là aussi, le sujet est très sérieux, et l?actualité montre effectivement que nous avons essayé de trouver des solutions et d?aider les jeunes et les adolescents dans différentes interventions.

Pour toutes les raisons qui ont été dites d?ailleurs par Mme RENSON, et fort bien, c?est pour cela que nous subventionnons cette association. La polémique sur le montant est absolument inutile, et je vous demande de voter sans hésitation le montant proposé, tout de même significatif, de 10.000 euros. Voilà, je n?ai rien d?autre à ajouter.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci. Au moins, cette association est financée, elle ne l?était pas par le passé.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 343 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DASES 343 G).

2005, DASES 348 G - Subvention de fonctionnement de

70.000 euros à l?association ?Le kiosque info SIDA

toxicomanie?, 36, rue Geoffroy-l?Asnier (4e).

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DASES 348 G relatif à l?attribution d?une subvention de fonctionnement de 70.000 euros à l?association ?Le kiosque info SIDA toxicomanie?, 36, rue Geoffroy-l?Asnier (4e).

La parole est à M. Laurent DOMINATI. M. LHOSTIS répondra.

M. Laurent DOMINATI. - Merci, Madame la Présidente.

Il s?agit d?une subvention attribuée à l?association ?Kiosque information SIDA toxicomanie?. C?est une association qui a été créée il y a de longues années, qui fait un travail remarquable de prévention en ce qui concerne justement le SIDA et la toxicomanie, et chaque année elle en fait plus. Chaque année, elle élargit soit les contacts téléphoniques, soit les rendez-vous individuels, soit la prévention auprès des jeunes, non seulement des jeunes Parisiens, mais également des jeunes Franciliens.

Vous subventionnez cette association comme d?autres organismes, et vous avez raison de le faire. Mais j?ai une question à vous poser qui est assez simple : la subvention que vous proposez est de 70.000 euros qui est la même? d?un même montant que le montant précédent. Or, dans les projets de délibération qui sont proposés, il y a deux plans de financement, l?un avec 70.000 euros et l?autre avec 85.000 euros. Et d?après ce que l?on voit du développement de l?activité de cette association qui est vraiment? - enfin, vous la connaissez comme moi qui existe depuis des années et qui fait un travail, et qui chaque année en fait plus, il me semblait qu?il était plus exact effectivement de donner une subvention supérieure à celle de l?année précédente.

Ma question est très simple : pourquoi y a-t-il deux plans de financement, l?un à 70.000, l?autre à 85.000 ? Cela fait quand même une différence de 15.000 euros, c?est une somme importante. Le budget de cette association est beaucoup plus important puisqu?il est financé également par d?autres organismes. La subvention de la Ville, je crois, est de l?ordre de 30 %, peut-être un peu plus, peut-être un peu moins, peu importe enfin, pas ?peu importe? - en l?occurrence sur la somme. Et il semblerait que cependant des discussions continuent avec la Ville et que la Ville serait d?accord pour augmenter cette subvention.

Donc, je vous pose très simplement la question : plutôt que de donner dans une deuxième délibération dans trois mois ou dans quatre mois, pourquoi ne pas? y a-t-il des raisons pour s?opposer ou pour faire en sorte qu?on ne porte pas cette subvention à 85.000 euros, comme apparemment le plan de financement l?avait envisagé, en accord je suppose d?ailleurs avec vous, parce que je serais étonné qu?ils ne le fassent pas en accord avec la Ville ? Donc, telle est ma question, et avec une réponse, je l?espère, positive de votre part.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est à

M. LHOSTIS, pour vous répondre.

M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - La réponse est simple : peut-être la présentation a laissé entendre que la subvention serait limitée à 70.000 euros. Aujourd?hui, nous votons une subvention pour les actions de prévention du Sida. Nous serons amenés au mois de novembre à voter les 15.000 euros qui ont trait à l?action prévention des toxicomanies. Donc, voilà, vous avez votre réponse. Mais votre interrogation est tout à fait pertinente, et évidemment c?est une question technique parce que ce sont deux budgets différents.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 348 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DASES 348 G).

Je vous en remercie.