Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DJS 442 - Approbation de l'opération et demande de subvention auprès du Centre national pour le développement du sport concernant l'aménagement du terrain d'éducation physique Périchaux (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2008


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DJS 442. Il s'agit d'une subvention demandée au Centre national pour le développement du sport pour aménager un terrain d'éducation physique dit Périchaux dans le 15e arrondissement.

MM. MENGUY et DARGENT interrogent Jean VUILLERMOZ.

Monsieur MENGUY, vous avez la parole.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Le quartier des Périchaux est un quartier auquel tous les élus du 15e arrondissement sont attachés.

Tous les jours, nous travaillons à ce que ce quartier soit désenclavé, le moins isolé possible du reste de l'arrondissement. Je profite pour faire une incise sur le besoin dans ce quartier d'une traverse. On y reviendra dans les débats ultérieurs.

Désenclaver un quartier, c'est toujours compliqué, il ne faut pas que ce soit fait n'importe comment.

Le quartier des Périchaux contenait en son sein un terrain de basket de rue en plein coeur de la cité qui, notamment en 2005, suite à des plaintes des riverains pour nuisance sonore, a fait l'objet d'un projet de déplacement le long du boulevard Lefebvre et le projet a été lancé.

Le problème, c'est que déplacer pour de mauvaises raisons, c?est toujours compliqué et hasardeux quant aux conséquences.

Déplacer sans une concertation complète c?est encore plus hasardeux. Il se trouve qu?il y a quelques semaines, les riverains du 125, boulevard Lefebvre ont été très étonnés de voir, le long du terrain qui doit faire l'objet de travaux et d'installation d'un baskets de rue, des panneaux annonçant pour le mois de novembre ces travaux, alors qu?ils n?ont pas été prévenus.

Vous me direz : oui, mais une concertation a été faite.

Oui, mais la concertation a été faite de façon incomplète et la seule personne de cet immeuble qui a été concertée était une infirmière qui, depuis, a déménagé.

Evidemment, les élus U.M.P.P.A. du 15e ont souhaité en savoir un peu plus sur les tenants et les aboutissants de ce projet. Nous avons donc débattu de cette question en Conseil d'arrondissement et nous avons eu la surprise de constater qu'une de nos collègues, élue de l'opposition d'arrondissement, expliquait que ce terrain serait réservé pour l'accès aux jeunes de 8 à 12 ans et serait en accès limité et encadré.

En 7e Commission, Monsieur VUILLERMOZ, nous en avons parlé. La D.J.S. a précisé qu'il n'était pas du tout question de limiter cette action aux 8-12 ans et d?encadrer l?accès.

Vous comprendrez que rajouter de la confusion à la confusion n'est jamais bon. Nous avons demandé que nous puissions faire une réunion sur le terrain avec la D.J.S. et avec les élus, notamment Jérôme LORIAU, l'adjoint aux sports du 15e arrondissement.

Nous, notre option est claire, Monsieur VUILLERMOZ, et vous avez tout à fait reçu cet argument. Comme je le disais pour les traverses, nous voulons de l'ambition pour ces quartiers. Nous voulons de l?ambition pour le quartier des Périchaux et pour ces jeunes.

C'est la raison pour laquelle, de l'autre côté du boulevard, nous avons demandé que soit prévu un terrain multisports? parce que les jeunes font du basket, mais ils ne font pas que du baskets, il y en a qui font du foot, il y en a qui font du hand et d'autres sports. Alors, que disons-nous à ces jeunes-là qui ne veulent pas faire du basket mais du foot ?

Un terrain multisports à un endroit qui s?y prête est donc tout à fait opportun.

La réunion a eu lieu vendredi dernier, et je m'en réjouis? Je tiens à vous remercier, Monsieur VUILLERMOZ, et la D.J.S. à travers vous, de la disponibilité et du pragmatisme dont vous faites preuve dans cette affaire. Tout le monde s'est bien rendu compte qu'il y avait un problème et un flottement sérieux.

Je souhaite que nous puissions réfléchir de nouveau en toute sérénité, et avec tout le monde surtout. Les voisins du futur terrain sont les premiers concernés à ce que nous puissions réfléchir sur cette question et le projet de délibération DJS 442, je crois, nous en donne là une belle occasion.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci beaucoup, Monsieur MENGUY.

Je donne la parole à Claude DARGENT.

M. Claude DARGENT. - Merci, Monsieur le Maire.

M. MENGUY nous dit qu'il veut de l'ambition. Moi, je constate surtout, avec mes collègues du conseil d'arrondissement, qu'une fois de plus, l'action qu'il défend ici nous conduit à l'immobilisme.

Quelques éléments de rappel du contexte de cette opération.

Dès 2001, dans le cadre de la politique de la ville, une étude a été conduite par les services, en lien avec la mairie d'arrondissement, pour réaménager les Périchaux. C'était l'époque où il y avait encore des micro-quartiers politique de la ville, avant que quelques-uns des collègues U.M.P.P.A. de M. MENGUY ne les suppriment !

Il a donc été décidé à ce moment-là que le terrain de basket-ball serait déplacé. Il serait déplacé pas pour de mauvaises raisons, mais parce qu'il créait des nuisances ; il était trop proche des barres d?habitation.

Il y avait un espace libre et "Paris Habitat" a cédé récemment cette parcelle à la Ville pour que cette opération puisse être réalisée.

Il y a eu une longue concertation, j?en informe M. MENGUY, sur le sujet, pas seulement avec une personne mais avec l'ensemble des habitants du quartier. Vous voyez que, depuis 2001, on a eu le temps de la conduire et elle l?a été de façon tout à fait approfondie.

Un crédit de 150.000 euros a été inscrit au budget 2007 pour la réalisation de cette opération.

Il s'agit d'un quartier où il y a beaucoup de jeunes, notamment beaucoup de jeunes enfants, qui sont privés désormais d'un terrain de basket. On ne peut plus attendre, en l'occurrence ; les crédits ont été dégagés et l'espace est à disposition de la Ville. Ce n'est pas parce que la Droite du 15e arrondissement change d'avis qu'il faut remettre en cause des équipements qui sont à la fois nécessaires, attendus, financés et pour lesquels toutes les études techniques ont été menées.

Pour ce qui concerne la Gauche du 15e arrondissement, nous souhaitons absolument que cet équipement soit réalisé dès que possible. Nous ne manquerons pas d'informer la population des Périchaux de la position aujourd'hui défendue par M. MENGUY et également défendue par M. GOUJON en l'occurrence. M. MENGUY et M. GOUJON sont des conservateurs et, une fois de plus, ils nous le prouvent ! Merci.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur DARGENT.

Je donne la parole à M. VUILLERMOZ sur ce terrain des Périchaux.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Sur ce sujet, M. DARGENT a dit l'essentiel. Je n'ai rien de particulier à ajouter.

Simplement, effectivement quand même, moi, je sais que, depuis 2001, dans le cadre de la politique de la ville, c'est la DPVI qui a conduit une étude pour réaménager la cité des Périchaux, en lien avec la mairie d'arrondissement.

D'accord, c'était la même majorité, mais pas les mêmes personnes qui étaient à la mairie à ce moment-là.

Franchement, cette délibération a un but bien particulier : c'est de demander une subvention au CNDS.

Tout le monde peut s'accorder parce que cela me paraît important que l'on mette à contribution l'Etat dans un cadre comme celui-là.

La décision a été prise après avoir été concertée. Je ne vois plus d'autre solution que de mettre maintenant très rapidement en ?uvre cette décision parce que les jeunes du 15e arrondissement vont manquer d'un terrain.

Par ailleurs, je vous signale que la Ville a engagé également les études pour réaliser un autre terrain à caractère plus sportif au sein du square Calmette. Tout cela devrait permettre de réaliser un peu plus d'équipements sportifs dans le 15e arrondissement.

Donc, je pense qu?il est nécessaire de voter ce projet de délibération ensemble.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur VUILLERMOZ, pour cette intervention brève et claire.

Juste encore un mot de M. MENGUY qui n?avait pas épuisé ses 5 minutes. Mais sans polémique, s?il vous plaît !

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Non, vous savez !

Deux choses rapidement.

Monsieur DARGENT, il faudrait un peu écouter vos collègues plutôt que d'apporter votre réponse déjà toute faite ! Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas eu concertation, j'ai dit qu'elle avait été mal faite.

Vous me dites : on a déplacé le terrain en question parce que les riverains s'étaient plaints de nuisances sonores, mais vous allez venir expliquer cela avec moi aux riverains du 125, boulevard Lefebvre pourquoi c'est à côté de chez eux, du coup, que l'on va mettre le terrain de basket. Franchement, il faut que vous soyez cohérent.

Je ne parle pas des arbres qui seront arrachés, j'imagine que nos collègues sauront s'en émouvoir.

Monsieur VUILLERMOZ, je ne comprends plus très bien. J'ai été destinataire ce matin d'un mail des services de la D.J.S. qui me confirmait que la D.J.S. a pour l?instant suspendu la notification du marché à l'entreprise dans l'attente d'une décision sur l'opération "Périchaux".

Si, le matin, les services disent que c'est suspendu parce qu'il faut attendre pour une meilleure décision et que l'après midi, vous dites le contraire, honnêtement, je ne sais plus qui croire et il faudrait que vous puissiez vous accorder entre vous parce que ceux qui pâtissent directement, ce sont les habitants du 15e et les habitants des Périchaux.

Cela commence à bien faire. Revenez un peu à du bon sens et, en tout cas, soyez cohérents dans vos réponses parce que, franchement, là, cela ne ressemble strictement à rien.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur MENGUY.

Monsieur l?adjoint, vous avez la parole !

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Il y a deux choses, Monsieur MENGUY.

La première, c'est qu'il y a le problème de l'arbre. Donc, il faut prendre une décision.

Deuxièmement, la D.J.S. n'allait pas prendre une décision avant que le vote ne soit intervenu aujourd'hui.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur VUILLERMOZ, pour ces précisions.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 442.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DJS 442).