Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif aux installations électriques des tours du Front-de-Seine, dans le 15e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2008


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons au v?u n° 33 relatif aux installations électriques des tours du Front-de-Seine, v?u déposé par le groupe U.M.P.P.A.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN interroge Mme HIDALGO.

Vous avez la parole, Madame.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - Merci, Monsieur le Maire.

A l'heure où nous débattons et nous décidons de l'avenir du paysage urbain parisien, de l'urbanisme de notre Capitale, de gestes architecturaux, à l'heure où certains se positionnent pour l'érection de nouvelles tours de 50 mètres, d'autres de gratte-ciel, il me paraît essentiel de revenir un instant sur l'entretien et la sécurisation du patrimoine architectural existant.

Ce v?u met en évidence les graves problèmes de sécurité qui se posent dans les tours du Front-de-Seine du 15e arrondissement pour ce qui concerne leurs installations électriques, haute et basse tension.

Pour ce qui concerne les groupes électrogènes, j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer ce sujet au Conseil du 15e arrondissement, et nous n?avons pas obtenu de réponse.

Le problème de ces installations électriques est qu?elles sont situées en sous-sol, parfaitement inondables en cas de crue de la Seine. Des travaux s'imposent pour les mettre hors eau, permettre tout simplement le fonctionnement des organes vitaux des tours du Front-de-Seine, à savoir les ascenseurs, les éclairages de sécurité, le système de désenfumage.

Pour le moment, E.D.F. est prêt à engager les travaux, mais rien ne peut être fait tant que des travaux ne seront pas réalisés dans les tours elles-mêmes, dans les parties communes. Personne ne peut payer parmi les copropriétaires.

Il me semble de la responsabilité de notre Assemblée de trouver une solution, au nom de l'intérêt général, au nom de la sécurité des occupants des tours pour savoir qui va financer ces travaux de mise hors eau.

Il faudra certainement se pencher sur la responsabilité juridique des uns et des autres mais pour le moment, il s'agit de trouver une solution.

Que penseront de nous ceux qui, dans 40 ans, seront assis sur les bancs de cet hémicycle - et seront certainement plus attentifs que ceux qui sont là pour le moment - et qui auront à décider de l'entretien de ce que nous érigeons aujourd'hui ?

L'objectif de ce v?u est de demander une évaluation du montant des travaux de mise hors eau des installations électriques des tours du Front-de-Seine, de proposer une subvention de la Ville de Paris et de soumettre prochainement au vote du Conseil de Paris cette subvention.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame POIRAULT-GAUVIN.

Mme HIDALGO vous répond.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci beaucoup.

Je voudrais rappeler à Mme POIRAULT-GAUVIN que le P.P.R.I. est annexé au P.L.U. et que son application s'impose pour tous les nouveaux permis de construire.

Ce document vise à réduire au maximum les désordres occasionnés par une crue centennale. Il ne concerne que les constructions neuves ou les réhabilitations nécessitant des permis de construire.

Ainsi, par exemple, la restructuration qui a été faite vraiment en profondeur de la tour Pierre & Vacances sur le Front-de-Seine a induit une mise en conformité avec le P.P.R.I.

En revanche, je rappelle à Géraldine POIRAULT-GAUVIN que la S.E.M. "Paris Seine" a déjà saisi les Conseils syndicaux des tours. Il faut préciser que les tours du Front-de-Seine sont des immeubles de statut privé et qu'il leur revient de faire procéder aux études et aux transformations nécessaires à la mise en conformité avec les normes I.G.H.

J'ai déjà répondu et le Directeur général de la S.E.M. "Paris Seine" a déjà fait cette réponse au Maire du 15e arrondissement.

La Ville ou l'ex-aménageur, la S.E.M., ne peuvent pas aujourd'hui être tenus pour responsables des travaux et du coût des travaux à effectuer.

Des aides de l'A.N.A.H. peuvent éventuellement être mobilisées sous conditions de ressources pour des propriétaires occupants ou en incitant les propriétaires à pratiquer des loyers maîtrisés pour les propriétaires bailleurs.

Je tenais à rappeler ces éléments.

Je voudrais ajouter, parce que vous ne l'avez pas repris dans votre propos, que dans le v?u déposé par votre groupe et notamment par M. GOUJON, il est expliqué que nous abandonnerions ce quartier.

Je voudrais simplement rappeler que les travaux de grande ampleur qui sont entrepris sur le secteur Beaugrenelle ne montrent pas particulièrement de signes d'abandon du quartier.

De même, lorsqu'on voit la transformation et la végétalisation de la dalle Beaugrenelle, nous sommes loin de l'abandon.

Je rappelle à Géraldine POIRAULT-GAUVIN qu'il y a là une responsabilité privée. Si les copropriétaires privés, et on peut le concevoir, ont des difficultés pour installer hors eau un certain nombre d'installations électriques, ils peuvent, avec les aides de l'A.N.A.H. ou autres, solliciter des deniers publics.

Je ne crois pas que la Ville soit là pour apporter ces moyens particuliers. La Ville a d'autres priorités et d'autres urgences.

J'émets donc un avis défavorable à ce v?u.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame HIDALGO.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est rejeté.