Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe communiste relatif à la lutte contre l'utilisation de produits dangereux de blanchiment de la peau.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Le v?u n° 21, concernant l'utilisation de produits dangereux de blanchiment de la peau, a aussi été déposé par le groupe communiste et c?est Ian BROSSAT qui le présente en une minute.

M. Ian BROSSAT. - Vous savez que, dans plusieurs quartiers de Paris, je pense en particulier à des quartiers du 10e arrondissement, à Château d'Eau, dans le 18e aussi, à Château Rouge, de nombreuses boutiques proposent des produits extrêmement dangereux visant au blanchiment de la peau qui font des ravages dans ces quartiers.

Pour l'instant, l'essentiel de la politique dans ce domaine consiste à saisir ces produits qui, pour un certain nombre d'entre eux, sont interdits. L'idée serait que la Mairie de Paris soit à l'initiative d'une grande campagne de prévention visant justement à alerter les populations de ces quartiers sur les dangers liés à l'usage de ces produits, campagne qui serait ciblée dans les quartiers concernés, donc 10e et 18e.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

La parole est à M. Jean-Marie LE GUEN.

M. Jean-Marie LE GUEN, adjoint. - Ce v?u est vraiment très légitime et très bienvenu, au regard d'un problème de santé public très réel, très propre à la nature de Paris, mais qui pose des problèmes de santé publique très importants.

Dans certains quartiers de Paris, vous les avez soulignés, sont vendus des produits qui sont hautement dangereux ! Ce sont des produits souvent interdits par ailleurs par la législation française ou encore des produits contrefaits et ce sont des produits utilisés dans le sens que vous l'entendez, de blanchiment, mais qui sont des produits hautement agressifs pour la santé, notamment parce qu'il s'agit de cortisone avec des risques de cancer à plus ou moins long terme et de dérèglements sanitaires par ailleurs.

Donc, il est très important à la fois de combattre, par le biais de la police sanitaire, la vente de ces produits, d'interpeller les commerçants qui peut-être ne se rendent pas toujours compte de ce qu'ils font, indiscutablement, mais il faut aussi avoir une action d'information et de communication en direction des personnes concernées.

Ne nous y trompons pas, il y a une demande. Demande d'autant plus forte qu'elle est relayée parfois par une certaine vision du show-biz, une certaine vision de la publicité, qui incite un certain nombre de personnes à adopter tel ou tel mode, par ailleurs vraisemblablement critiquable, y compris du point de vue esthétique. Mais ce n'est pas l'objet de la Municipalité de Paris que d'avoir à délibérer sur ce sujet !

Nous nous bornerons aux éléments sanitaires qui, eux, ne sont pas discutables. Je souhaite donc que la Ville de Paris mène une action de communication dans le sens de votre v?u, qui soit ciblée en direction des populations, d'une part, et des commerçants, d'autre part, pour soutenir l'action policière et judiciaire qu'il faut engager contre ces fraudes et contre ces atteintes à la santé publique.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe communiste assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2008, V. 236).