Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés à M. le Préfet de police relatif à la réouverture de l'unité de police de quartier Beaugrenelle.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2008


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons à présent en 5e Commission le v?u n° 13, relatif à la réouverture de l'unité de police de quartier à Beaugrenelle, qui a été déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, et s'adresse au Préfet de police mais M. SARRE prendra également la parole.

Mais en attendant, je donne la parole à Gilles ALAYRAC.

M. Gilles ALAYRAC. - Merci, Madame la Maire.

Je voudrais vous dire, Monsieur le Préfet de police, que ce v?u a été voté à l?unanimité par le Conseil du 15e arrondissement. Très rapidement, il faut avoir tous en tête les engagements que la Ville de Paris et vous-même, Préfecture de police, avez pris auprès des habitants du quartier de Beaugrenelle, il y a trois ans, qui consistaient à acter le déménagement de l?antenne de police de quartier qui se trouvait rue Linois, vers la rue Balard. Mais en même temps, l?engagement a été pris vis-à-vis des habitants de réintégrer ensuite l'unité de police de quartier dans Beaugrenelle.

Ces engagements, me semble-t-il, doivent être tenus, d?abord parce qu'il s'agit du respect de la parole donnée vis-àvis de nos concitoyens, mais aussi parce qu'il y a une justification à ce que l?unité de police de quartier rouvre à Beaugrenelle, pour trois raisons.

La première raison, c'est l'ouverture prochaine d'un centre commercial qui va drainer dans ce quartier des consommateurs, sans doute nombreux, nous l'espérons. Il y a donc effectivement nécessité de la présence de la police. La deuxième raison, c'est que ce quartier est déjà très densément peuplé et la troisième raison, c'est qu'il y a toujours eu dans ce quartier des problèmes de délinquance, qui d?ailleurs justifient aujourd'hui la présence d'un club de prévention dans ce quartier. Pour ces trois raisons, nous souhaitons la réouverture d'une antenne de police de quartier à Beaugrenelle.

Je rajouterais, Monsieur le Préfet, que votre annonce lors du conseil de prévention et de sécurité du 15e arrondissement, il y a quinze jours, d'affecter vingt policiers supplémentaires dans le 15e arrondissement, qui forcément nous réjouit tous, nous permet d'être confiants sur ce dossier et sur les engagements que vous prendrez.

Merci de votre réponse.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Monsieur ALAYRAC.

Monsieur le Représentant du Préfet de police, vous avez la parole.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Les travaux du quartier de Beaugrenelle ont effectivement nécessité le déménagement dans de nouveaux locaux de l'antenne de police de quartier qui était implantée. Plus spacieux et situés dans un quartier en renouvellement urbain dans lequel ils ont fait la preuve de leur utilité, les locaux de Balard conviennent parfaitement à l?accueil du public. Il est d'abord proposé de pérenniser l?U.P.Q. de Balard.

Pour être précis, s'agissant des engagements de la Préfecture de Police vis-à-vis du secteur de Beaugrenelle, la sécurisation fidélisée par la police de quartier sera maintenue. En outre, la base de projection des policiers de quartier sera réinstallée sur le site, comme l?a dit le Préfet, à la condition que le gestionnaire de l'ensemble immobilier mette gratuitement à disposition les locaux. Cette solution se traduira par un nombre accru de patrouilles traversant le quartier, y compris au départ et à l'arrivée dans les locaux.

Afin de préserver le service public de proximité, attendu en priorité par les habitants, à savoir le niveau effectif de présence sur la voie publique, l'accueil du public pour le dépôt de plaintes et les doléances continuera de s'effectuer au commissariat central, qui se situe au coeur de l'arrondissement, à proximité des services municipaux.

L'ouverture d'un troisième lieu d'accueil du public dans l'arrondissement entraînerait en effet à défaut une diminution du nombre de patrouilles. Ce n?est jamais en elle-même une implantation immobilière, il faut se le rappeler, qui permet de prévenir ou de réduire la délinquance, mais bien la présence au bon endroit et au bon moment des services de police ou encore le travail d'investigation.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Monsieur SARRE, vous avez la parole.

M. Georges SARRE, adjoint. - Madame la Maire, comme j'ai eu l'occasion de le rappeler lors de la dernière séance du Conseil, je suis partisan d'une police proche des citoyennes et des citoyens. Toute action permettant de renforcer à Paris la police au service des citoyens, répondant au quotidien à une demande sociale de sécurité, mérite naturellement d?être soutenue.

Considérant que la réouverture de cette unité de police de quartier dans le 15e arrondissement entre dans cette démarche, je vous demande, Mesdames et Messieurs, chers collègues, de voter ce v?u.

Je tiens à rappeler qu'une demande similaire a été adressée au Préfet de police par le Conseil de Paris à l'initiative de Daniel VAILLANT et de Ian BROSSAT lors de la dernière séance du Conseil de Paris.

Je suis intervenu aussi auprès du Préfet de police pour appuyer une demande d?U.P.Q. dans le quartier des Olympiades du 13e arrondissement de Paris.

Si le projet de réouverture de cette U.P.Q. dans le 15e arrondissement doit faire l?objet de toute votre attention, Monsieur le Préfet de police, il en va de même des autres arrondissements.

Je finirai en rappelant que l'une des raisons d'être d'une U.P.Q. est de pouvoir recueillir les plaintes des administrés ; naturellement je n'imagine pas qu'il puisse en être autrement.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - La parole est à M. GOUJON pour une explication de vote.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. Puisque le v?u de M. ALAYRAC vient un peu en contradiction, en concurrence en tout cas, avec la réponse de M. SARRE car il demande d'autres ouvertures d?U.P.Q., nous l?avons voté en Conseil d'arrondissement, simplement je voudrais dire que nous sommes extrêmement satisfaits de la position du Préfet de police.

Au lieu d'avoir un seul local de police, nous en avons deux, un sur Balard et un sur Beaugrenelle, ce qui n?était absolument pas prévu au départ, nous l'en remercions comme nous le remercions d'avoir annoncé, lors du Comité de sécurité du 15e arrondissement, l'affectation de 20 gardiens de la paix supplémentaires pour l?îlotage dans les quartiers sensibles de cet arrondissement et la mise en place d'une demi-douzaine de dispositifs de vidéo protection supplémentaires, comme la mairie du 15e arrondissement l'avait demandé.

Ce sont donc des avancées très importantes pour la sécurité du 15e arrondissement qui permettront de renforcer la baisse de la délinquance déjà très importante dans cet arrondissement.

Je souhaite également que la Ville, pour faire bonne mesure, tienne les engagements annoncés lors de ce Conseil, notamment la mise en place d'une équipe de correspondants de nuit sur les six qui seront créés prochainement par la Mairie de Paris, et aussi bien sûr des dispositifs de vidéo surveillance dans les ensembles immobiliers sensibles à l'initiative des bailleurs sociaux.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Votre avis sur le v?u n° 13, vous le votez ?

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. Oui.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Un mot avant de mettre le voeu aux voix parce que j'ai suivi cette affaire.

Lorsque l'unité de police de quartier a déménagé provisoirement, nous avions vraiment, comme l?a rappelé Gilles ALAYRAC, pris l'engagement et obtenu des exploitants, notamment du centre commercial de Beaugrenelle, que des conditions soient vraiment réunies pour que cette unité revienne à sa place parce qu'elle est utile à cet endroit.

J'insiste parce qu'il y a eu de nombreuses rumeurs colportées par je ne sais qui, laissant à penser que la Ville de Paris ne serait plus aussi intéressée par l'ouverture de cette unité de police de quartier.

Par la parole notamment du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés et par la parole de l'adjoint en charge des questions de sécurité et de prévention ainsi que par ma parole, nous réaffirmons notre volonté de voir cette unité de police de quartier réouvrir dans un quartier qui en a bien besoin.

Chacun saura ainsi que les rumeurs infondées laissant entendre que la Ville de Paris n'était pas attentive à cette ouverture n'étaient que de fausses rumeurs.

On en reparlera, je pense que le point que nous venons de faire aujourd'hui est important pour que la population soit éclairée sur qui défend quoi.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Je demande l'application du règlement intérieur.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Vous avez déjà donné une explication de vote.

Normalement non, mais comme je suis quelqu'un de poli et conscient que le débat doit exister, je vous redonne la parole pour une minute.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. C'est simplement l'application du règlement intérieur, cela n'a rien à voir avec une éventuelle courtoisie de votre part.

Je dirai tout d'abord que la Préfecture de police va bien au-delà de ses engagements et sur une demande qui est celle de la mairie du 15e arrondissement puisque nous avons deux locaux de police, et qu'il y aura dans chacun de ces locaux de police des unités qui patrouilleront dans les deux secteurs, aussi sensibles l'un que l'autre que sont Beaugrenelle et Balard et que nous avons satisfaction sur ce point, bien au-delà.

Je précise qu?il faut néanmoins que la Ville de Paris attribue des locaux dans de bonnes conditions et notamment de gratuité pour que cette unité de police puisse s'implanter.

Il faut que la Ville fasse un effort en matière de sécurité.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u présenté par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés assorti d'un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est donc adopté. (2008, V. 228).