Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DJS 341 - Approbation du principe des travaux de réfection de la pelouse du terrain d'honneur du stade Charléty (13e) et des modalités de passation du marché de travaux.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2008


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons au projet de délibération DJS 341. Il s?agit d?approuver le principe de travaux de réfection de la pelouse du terrain d'honneur du stade Charléty dans le 13e arrondissement. Il s'agit des modalités de passation du marché des travaux.

M. Claude GOASGUEN intervient pour cinq minutes et M. Jean VUILLERMOZ lui répondra.

M. Claude GOASGUEN, maire du 16e arrondissement. Ah ! Comme on s'amuse aujourd'hui, Monsieur l'adjoint ! Quelle bonne surprise!

En juin, nous votions pour le "lit de camp" provisoire des joueurs de rugby qui, soi-disant, ne pouvaient pas jouer à Charléty. Nous votions une subvention de réparation, pas pour le rugby proprement dit mais pour une salle de réception. Effectivement, une salle de réception est importante pour le rugby, c?est clair. Cela fait 2,5 millions d?euros.

A présent, c'est la pelouse. Sur la pelouse, je voudrais noter quelque chose qui me chagrine.

On nous avait expliqué pendant plusieurs mois, vous en tête d'ailleurs, que l'on ne pouvait pas faire des matchs de rugby et des matchs de foot sur la même pelouse.

Or, que n'ai-je pas découvert dans la presse ! En réalité, le "lit de camp" que vous préparez avec d'ailleurs pas mal d'argent est fait pour le Stade Français mais aussi pour le Paris Football Club. C'est incroyable !

Au Parc des Princes, on ne peut pas jouer de match sur la pelouse entre le P.S.G. et le Stade Français, cela ne doit pas être le même football mais à Charléty, on peut jouer au football et au rugby, visiblement c'est une pelouse exceptionnelle.

La plaisanterie, cela va un petit peu quand même ! Tout cela est rigolo. Bien entendu, il n'est pas question, Monsieur VUILLERMOZ, que vous nous entraîniez dans ce propos auquel vous ne croyez pas un mot d'ailleurs.

Vous avez raison de ne pas y croire, tout cela est une très mauvaise affaire, Monsieur VUILLERMOZ !

(Rires sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

Franchement, vous vous êtes mis dans une sacrée galère, et je vous souhaite beaucoup de plaisir.

Quant à nous, avec ces plaisanteries diverses, il est hors de question que l'on puisse prendre part à ce vote. A force de dire des contrevérités, tout cela un jour ou l'autre finira par se savoir.

Je n'ai envie ni d'être pris dans une affaire que je ne comprends pas ni d'être ridicule, il est donc hors de question que le groupe U.M.P.P.A. s'associe à ce propos qui ne tient pas debout.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOASGUEN.

La parole est à M. Jean VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Je souhaite vous dire, Monsieur GOASGUEN, que la pelouse du stade Charléty date de 1994 et n'a pas bénéficié de travaux de rénovation depuis.

Vous n'avez peut-être pas joué, je crois que M. LAMOUR a joué récemment dessus, ce n'est pas un gazon comme une table de billard, cela saute beaucoup et il y a beaucoup de mauvais rebonds.

Pour l'instant, le rugby n'y joue pas et la pelouse est déjà très abîmée. Il est donc nécessaire, malgré le travail remarquable des personnels de la D.J.S. qui entretiennent cette pelouse et ce stade, de rénover cette pelouse. C'est l'objectif principal de ce projet de délibération.

Certains d'entre nous utilisent de temps en temps le stade Charléty ou y vont pour assister soit à des matchs soit y jouer eux-mêmes, toutes les réfections qui se feront dans ce stade, même si évidemment elles bénéficieront durant une période au Stade Français, bénéficieront ensuite à l'ensemble des utilisateurs de ce stade.

Aujourd'hui, comme c'est un stade qui était fait avant tout pour l'athlétisme, il est vrai que les vestiaires n'étaient pas destinés aux équipes de sports collectifs.

Comme le Paris Football Club y joue avec l'intention de monter en deuxième division le plus tôt possible, j?espère dès l?an prochain, je souhaite que ce stade soit équipé pour faire en sorte que des matchs professionnels de deuxième division se déroulent sur ce stade. C'est une bonne chose.

Vous dites : ce sera compliqué. Je ne veux pas dire le contraire, Monsieur GOASGUEN, et personne ne dit que ce ne sera pas compliqué de recevoir en même temps une équipe de rugby et une équipe de football.

On peut le faire durant une période très courte. Plus la période sera courte, mieux ce sera. Sinon, vous le savez parce que vous avez joué au rugby et que vous allez voir de temps en temps des matchs de rugby, une piste d'athlétisme entre les joueurs et le public n'est pas la meilleure chose.

C?est également la raison pour laquelle on veut aussi refaire le stade Jean Bouin.

Vous m'avez interrogé ce matin, j'ai répondu, je ne vais pas y revenir. Cela dit, vous le savez comme moi, le Racing Métro n'est pas bien lorsqu?il va jouer à Colombes parce que, là-bas aussi, il y a une piste d'athlétisme.

Soyons clairs, ce n'est pas la meilleure solution pour le rugby de jouer à Charléty.

Le Grand Stade, ce n'est pas 20.000 places ni 12.000 places mais 90.000 places. La résonance et l'ambiance sont différentes dans un tel stade que dans un stade de 12.000 places comme à Jean Bouin.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Monsieur VUILLERMOZ, je vous remercie d'avoir répondu courtoisement comme d'habitude.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 341.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DJS 341).