Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par M. Ian BROSSAT, Mme Aline ARROUZE et les éluEs du groupe communiste relatif à la participation de la Ville de Paris à la Journée mondiale des "Cities for life".

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2008


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Le voeu n° 58 qui vient maintenant à l'ordre du jour, et qui émane du groupe communiste, a trait à la participation de la Ville de Paris à la journée mondiale des "Cities for life".

La parole est à M. le Président BROSSAT pour une minute.

M. Ian BROSSAT. - Aline ARROUZE présentera le voeu.

Mme Aline ARROUZE. - Merci.

Le combat pour l'abolition de la peine de mort dans le monde demeure d'une actualité brûlante. L'adoption de la résolution des Nations Unies pour un moratoire universel sur l'abolition de la peine de mort le 18 décembre 2007 donne à cette exigence une force redoublée.

La journée mondiale des "Cities for life", villes pour la vie, villes contre la peine de mort, que l'on célèbre tous les 30 novembre en souvenir de l'anniversaire de la première abolition de la peine de mort de la part d'un Etat, en l'occurrence le Grand-duché de Toscane en 1786, est une initiative internationale qui a réuni 760 villes en 2007, dont 35 capitales.

Sur proposition de Ian BROSSAT, moi-même, et les élus du groupe communiste, le Conseil de Paris émet le voeu que la Ville de Paris adhère à l'appel en faveur d'un moratoire universel sur les exécutions capitales promues par la communauté Sant-Egidio, que la Ville de Paris participe le 30 novembre 2009 à la prochaine Journée mondiale en illuminant un édifice représentatif, comme le font les autres villes participantes et que la Ville de Paris se saisisse de cette occasion pour sensibiliser l'opinion publique parisienne à ce combat.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour répondre, la parole est à M. Pierre SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je remercie les auteurs du voeu de rappeler la permanence de la nécessité du combat contre la peine de mort, auquel notre Assemblée s?honore de participer.

Les progrès en la matière sont sensibles depuis 2004, avec en particulier l'abolition de la peine capitale au Sénégal, au Mexique, au Liberia, au Tadjikistan, ou encore aux Philippines.

Mais c'est évidemment extrêmement fragile, quand on apprend qu'au Pérou, ils veulent rétablir la peine de mort. Bref, consciente de ce contexte fragile, la Ville de Paris, qui s'honore de ses positions claires et constantes contre la peine de mort, s'est exprimée à plusieurs reprises à ce propos et a mené diverses actions symboliques ces deux dernières années que je souhaite vous rappeler, et auxquelles vous avez d'ailleurs participé.

Ces actions se sont principalement appuyées sur l'association "Ensemble contre la peine de mort". Il s'agit tout d'abord de l'organisation en octobre 2006 d?un débat avec Robert BADINTER pour les 25 ans de sa loi de 1981 sur l'abolition ; il s'agit ensuite de la participation à l'organisation à Paris du troisième congrès mondial contre la peine de mort, qui a été organisé dans notre Ville à l'initiative de "Ensemble contre la peine de mort", et un soutien financier a été accordé pour que ces assises se tiennent.

Je suis par ailleurs favorable à la campagne internationale contre la peine de mort promue par la communauté de Sant-Egidio, créée à Rome en 1968, mondialement connue et respectée pour l'action inlassable qu'elle mène depuis maintenant 40 ans en faveur de la paix, du dialogue interculturel et interreligieux. Cette communauté a effectué de nombreuses médiations en zones de conflits intercommunautaires ou de guerres civiles, que ce soit au Kosovo ou en Asie centrale. Elle a notamment contribué à la conclusion de la plateforme de Rome, fruit de la médiation entre organisations politiques algériennes, et contribué à la mise en place de l'accord de paix au Mozambique en 1992.

Evidemment, je suis totalement favorable à ce que le 30 novembre prochain, nous trouvions un bâtiment non éclairé que l'on puisse éclairer pour commémorer et rappeler aux Parisiens que la Ville est contre la peine de mort. J'ai donc un avis favorable.

(Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, remplace M. Bernard GAUDILLÈRE au fauteuil de la présidence).

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe communiste assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2008, V. 253).