Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

71- QOC 98-42 Question de M. Pierre CASTAGNOU et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police concernant l'aménagement du terrain Denfert (14e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - La question suivante de M. Pierre CASTAGNOU à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police concerne l'aménagement du terrain Denfert (14e).
Elle est ainsi rédigée :
" L'aménagement du terrain Denfert, situé derrière la gare R.E.R., place Denfert-Rochereau (14e), donne lieu à la construction de logements et d'un immeuble de locaux de 7 étages, avec quelque 200 places de stationnement en sous-sol.
Il est à prévoir des conséquences très négatives sur la circulation des véhicules et des piétons dans le secteur de la villa Saint-Jacques et des voies attenantes.
Aussi, M. Pierre CASTAGNOU et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent-ils à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police :
- de leur indiquer les mesures qu'ils comptent prendre pour assurer la sécurité des riverains et des piétons et réduire les nuisances ;
- de rétablir le sens de la circulation de la villa Saint-Jacques, qui était le sien il y a 3 ans, le sens actuel étant source de danger en permettant aux véhicules d'éviter le feu rouge de la Tombe-Issoire et de rouler à vive allure dans cette voie étroite où les piétons sont souvent obligés d'emprunter la chaussée en raison de l'étroitesse des trottoirs. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Bernard PLASAIT, adjoint.
Le réaménagement des terrains situés derrière la gare du R.E.R. à la station Denfert-Rochereau prévoit la construction d'un immeuble de bureaux avec parc de stationnement en sous-sol de 218 places, de 2 bâtiments et d'un pavillon pour 71 logements et 71 places de stationnement, ainsi que celle d'une résidence d'étudiants de 167 chambres et 18 places de stationnement, cette catégorie socioprofessionnelle étant faiblement équipée en automobiles.
La capacité de stationnement souterrain est beaucoup trop faible pour avoir une quelconque incidence sur le trafic des voies du secteur
En revanche, le trottoir de la partie concernée du boulevard Saint-Jacques sera libérée du stationnement sauvage qui s'y opère, l'allée centrale située entre les deux rangées de plantations devant pouvoir servir de piste pour les interventions éventuelles de la brigade des sapeurs-pompiers.
En pratique, la très grande majorité des futurs habitants ou des personnes qui travailleront dans ce secteur, auront le privilège d'être situés sur un des sites de la capitale les mieux desservis par les transports en commun, à savoir : six lignes dont une en cours de création, les 2 lignes de l'APTR, 2 lignes de métro urbain, le RER B et à toute proximité la gare Montparnasse de la S.N.C.F.
Il ne fait aucun doute que les Parisiens sauront largement bénéficier de ces infrastructures qui vont dans le sens d'un meilleur usage des transports en commun.
Par ailleurs, le sens de circulation de la villa Saint-Jacques a été inversé à la suite d'un accident mortel qui s'est produit à l'intersection du boulevard Saint-Jacques. En effet, le stationnement des autocars sur le boulevard limitait fortement la visibilité des très rares automobilistes qui sortaient de la villa Saint-Jacques.
Il est à noter que les automobilistes qui, à partir de la place Denfert-Rochereau souhaitent gagner la rue de la Tombe-Issoire, empruntent l'itinéraire le plus court par l'avenue René-Coty. On rencontre ainsi peu d'usagers qui, venant du boulevard Saint-Jacques tournent à droite sur la rue de la Tombe-Issoire et donc a fortiori peu d'usagers empruntant la villa Saint-Jacques.
L'inversion demandée du sens de circulation ne permettrait pas de résoudre le problème de la vitesse excessive de certains automobilistes.
Pour cette raison, sera examinée la possibilité d'aménager un dispositif permettant de ralentir la vitesse dans ce secteur.
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - La villa Saint-Jacques est une voie en sens unique depuis le boulevard Saint-Jacques vers et jusqu'à la rue de la Tombe-Issoire depuis la mise en oeuvre de l'arrêté préfectoral du 20 décembre 1994. Cette inversion de sens unique avait été prise pour supprimer les risques d'accident dus au manque de visibilité du fait de stationnement d'autocars au débouché du carrefour avec le boulevard Saint-Jacques.
Cette mesure avait fait l'objet, à l'époque, d'une large concertation avec l'ensemble des services intéressés.
Concernant la sécurité des piétons et des riverains, je puis vous indiquer que j'ai demandé à la direction de la voirie et des déplacements de la Ville de Paris d'étudier la possibilité de mettre en place des ralentisseurs ou autres dispositifs susceptibles de diminuer la vitesse des véhicules qui empruntent cette voie à vive allure afin d'éviter le feu tricolore de la rue de la Tombe-Issoire.
S'agissant des nuisances liées aux constructions de logements, la définition des emprises et de l'organisation du chantier fait l'objet de réunions sur le terrain en présence de l'ensemble des partenaires concernés.
En tout état de cause, les désagréments causés aux riverains devraient diminuer de manière sensible à partir de la fin du mois de janvier dans la mesure où la phase de terrassement, qui nécessite d'importantes rotations de camions, est sur le point de s'achever.