Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

66- QOC 98-37 Question de M. Christophe CARESCHE et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris concernant le quartier " Amiraux-Simplon " (18e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - La question suivante de Christophe CARESCHE à M. le Maire de Paris concerne le quartier " Amiraux-Simplon " (18e).
En voici les termes :
" Le quartier " Amiraux-Simplon " (18e) connaît depuis de nombreuses années des difficultés liées, notamment, à un urbanisme dégradé.
La politique de préemption de la Ville de Paris, très active dans ce secteur, n'a pour le moment débouché sur aucun plan de réhabilitation d'ensemble. Loin de régler les problèmes, elle n'a fait qu'aggraver la situation.
Dans ce contexte, le démarrage, dès cette année, de 2 opérations prévues de longue date dans ce quartier, est une priorité.
Il s'agit de la construction d'un immeuble P.L.I., d'une crèche de 60 berceaux et de la réalisation d'un jardin public, rue Boinod.
La Ville de Paris avait assuré aux élus de l'arrondissement et à l'association de quartier que ces opérations débuteraient dès 1998. Or, des informations tendraient à remettre en cause ces engagements que M. le Maire de Paris lui-même avait pourtant personnellement confirmés il y a 6 mois.
Concernant la réalisation de la crèche et des logements P.L.I., les services de la Ville de Paris auraient indiqué qu'un problème de relogement retarderait cette opération. Il est pour le moins surprenant de "découvrir" ce problème aujourd'hui, alors que cette opération est programmée depuis longtemps et qu'elle a fait l'objet d'une délibération du Conseil de Paris.
S'agissant du jardin public, les services de la Ville de Paris auraient fait état de la présence de préfabriqués à destination scolaire sur le site, pour justifier l'impossibilité d'engager sa réalisation.
Là encore, cet argument paraît spécieux puisque la résorption de ces préfabriqués est liée à la construction de la 2e tranche du collège Marie-Curie, qui doit être livrée à la rentrée 1998.
La Mairie du 18e arrondissement a d'ailleurs accepté une procédure de déclaration d'utilité publique restreinte pour permettre à cette 2e tranche d'être réalisée au plus vite.
Dans ces conditions, le démantèlement des préfabriqués pourrait avoir lieu durant l'été 1998 et permettrait ainsi le lancement de la réalisation du jardin public à la fin de cette année.
Ce " scénario " est d'ailleurs explicitement évoqué dans la délibération DAUC 97-247, votée récemment par le Conseil de Paris. Il serait donc incompréhensible que ces 2 opérations ne soient pas lancées dès cette année.
Les obstacles évoqués par les services de la Ville de Paris paraissent en effet très surmontables.
M. le Maire de Paris peut-il indiquer quelles sont ses intentions concernant ces 2 opérations ? "
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint.
M. CARESCHE s'inquiète des obstacles qui sembleraient s'opposer au démarrage de différents programmes de l'opération " Simplon-Amiraux ", déclarée d'utilité publique le 13 décembre 1990.
Pour ce qui concerne la construction, au nord de la rue des Amiraux, d'un immeuble de 25 logements avec une crèche de 60 berceaux, confiée à la S.A.G.I., les informations suivantes peuvent être apportées :
Le relogement du dernier occupant des bâtiments situés sur l'emprise de cet immeuble projeté a été effectué au mois de décembre 1997. Il ne s'agit pas d'une " découverte " mais simplement ce relogement a pris plus de temps que prévu car il a fallu faire de nombreuses propositions avant que l'une d'entre elles soit acceptée.
Une convention de mandat, déléguant la maîtrise d'ouvrage de la crèche, a été signée le 13 novembre 1997 entre la Ville et la SAGI. En vertu de cette délégation, celle-ci vient de notifier une mission de maîtrise d'oeuvre à M. Penchreac'h, lauréat de la consultation de concepteurs pour ce projet. Après approbation de l'avant-projet détaillé de l'équipement par la Ville, la demande de permis de construire pourra être déposée en mars 1998.
Le Conseil de Paris sera saisi, au plus tard, à l'automne 1998, pour approuver les modalités de financement du programme de logements sociaux.
Compte tenu des délais nécessaires à l'instruction du permis de construire et de ceux inhérents à l'attribution des marchés de travaux, le démarrage du chantier aura lieu fin 1998, début 1999.
Sur le deuxième point, je rappelle que l'enquête publique en vue de l'engagement d'une procédure d'expropriation afin d'étendre le collège Marie-Curie s'est conclue par un avis défavorable du commissaire enquêteur en date du 17 juillet 1997. Ceci entraînera un délai supplémentaire dans la livraison de l'équipement puisque l'utilité publique du projet doit désormais être prononcée par un décret, qui doit intervenir dans un délai maximal de 18 mois après clôture de l'enquête publique, soit avant le 27 décembre 1998.
Compte tenu des délais qui seront nécessaires à l'intervention de ce décret, à l'acquisition et à la libération des immeubles concernés, l'achèvement de l'extension du collège Marie Curie ne pourra intervenir avant la rentrée scolaire de l'an 2000.
Toutefois, et malgré l'existence de besoins d'accueil transitoires liés à ces retards, la Ville étudie actuellement des solutions alternatives d'accueil provisoire, afin que les préfabriqués soient démontés et que les travaux d'aménagement du square puissent démarrer dans les meilleurs délais, si possible en1999. "