Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

68- QOC 98-39 Question de M. Alain LE GARREC et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur la restructuration de la Banque de France.

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - La question suivante de M. Alain LE GARREC à M. le Maire de Paris concerne la restructuration de la Banque de France.
Je vous en donne lecture :
" La Banque de France, dont le siège se trouve rue Croix-des-Petits-Champs (1er), envisage dans un avenir très proche sa restructuration et la fermeture, entre autres, des 2 succursales parisiennes, boulevard Malesherbes et place de la Bastille.
Il semble d'ailleurs que l'objectif de la Banque de France soit purement et simplement de vendre ces 2 bâtiments, sans se soucier des salariés et encore moins de la vie des quartiers concernés.
Contrairement aux autres banques, la Banque de France a des missions de service public et de proximité :
- gestion du surendettement ;
- gestion de la monnaie fiduciaire ;
- information bancaire objective aux particuliers ;
- service aux entreprises (bilan).
Dans le souci annoncé qui est celui de M. le Maire de Paris de maintenir la cohérence et l'humanité des quartiers parisiens, quelles sont ses intentions et ses actions pour que cette restructuration se fasse dans une concertation large et à la hauteur des ses ambitions pour Paris ? "
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Nicole CATALA, adjoint.
Le maintien des emplois dans la Capitale et le développement économique de Paris constituent des priorités essentielles de la Municipalité parisienne.
La Ville de Paris est dans cet esprit, particulièrement attentive à l'équilibre des arrondissements et des quartiers qui les composent, ainsi qu'aux conditions de vie de leurs habitants.
C'est pourquoi, le Maire de Paris a déjà plusieurs fois appelé de ses voeux - tant de la part des entreprises que des établissements publics qui sont implantés dans la Capitale et qui concourent au dynamisme de son tissu économique - la mise en oeuvre d'une réflexion systématique sur les conséquences éventuelles de toute hypothèse de réorganisation de services sur l'équilibre habitat - emploi et l'animation économique des quartiers concernés.
S'agissant des deux projets de fermeture de succursales parisiennes qui seraient envisagés par la Banque de France, le Maire de Paris n'a pas manqué de saisir le Gouverneur de la Banque de France et le Représentant de l'Etat de ce dossier, afin de leur demander des éléments d'information sur ces projets. Il a rappelé l'importance que la Ville attache à ce que les décisions ayant des incidences en matière d'emploi prennent en compte la nécessité de préserver la vitalité économique des quartiers comme la qualité du service public rendu aux Parisiens.
En effet, il importe, dans le contexte économique difficile que connaît Paris, qu'une concertation soit engagée en amont avec les services municipaux lors d'opérations de ce type, de sorte que soit recherchée toute solution alternative permettant de concilier les impératifs de gestion et d'organisation des établissements concernés - dont il n'appartient naturellement pas à la Ville de juger - et les préoccupations économiques et sociales de la Municipalité parisienne.